2017/08/02

Mission Île de la Cité : le coeur du coeur | Philippe Bélaval et Dominique Perrault, Mission d'étude Île de la Cité (@Mission_IDC)



Info: Perrault Architecture (pdf)

Document (pdf)






«Un plan à triple horizon : immédiat – 2024 – 2040


»La mission propose de définir trois horizons successifs dans le déploiement du plan global pour l’Île de la Cité. Le premier de ces horizons relève de l’immédiat : les pouvoirs publics pourraient lancer dès maintenant la plupart des études de programmation architecturale et économique des différents aménagements et interventions proposés. En outre, certaines mesures pourraient être mises en oeuvre sans délai (voir infra).

»Le deuxième horizon porte l’île à 2024-2025. La candidature de Paris pour accueillir les Jeux olympiques de 2024 et celle de la France pour devenir hôte de l’Exposition universelle de 2025 ont incité la mission à envisager de profiter des dynamiques que causeront, entre 2017 et 2024, la préparation de ces événements pour enclencher les travaux relatifs au nouveau schéma de mobilité de l’île ainsi qu’au renforcement des attraits paysagers et touristiques.

»L’accroissement prévisible du nombre de touristes présents à Paris dans le cadre de ces deux manifestations engage l’Île de la Cité à renforcer d’ici à ces échéances l’offre de logements et de services de l’île.

»Enfin, le dernier horizon de ce plan est 2040. L’on atteindrait alors l’objectif de l’île habitée après avoir mis en oeuvre toutes les propositions liées à l’optimisation des ressources foncières de l’île (verrières, extensions en sousface…).

»Tout l’enjeu de la période 2025-2040 serait alors d’appuyer tous les projets qui permettraient de faire de l’Île de la Cité un territoire perçu et vécu et dont la population se densifierait : implantations commerciales, nouveaux services aux habitants… En 2040, l’île atteindrait sa vitesse de croisière en matière de développement urbain.

»Autrement dit, cette démarche en trois temps peut se résumer par un premier temps pour propulser le projet, un deuxième pour permettre l’accélération de la mutation de l’île lors d’un événement mondial majeur, les Jeux olympiques, et un dernier qui serait donc celui de la croisière.»







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire