2017/07/27

Transport aérien 2050 - Des recherches pour préparer l'avenir | ONERA (Office National d'Etudes et Recherches Aérospatiales)



Info: ONERA

Document (pdf)






Sommaire


Introduction

Scénarios et options technologiques

> Unlimited Skies

> Regulatory Push-Pull

> Down-to-Earth

> Fractured World

Domaines de recherche

> Aéronefs

> Contrat 4D et automatisation

> Infrastructures aéroportuaires

> Outils de conception et de validation

Notre vision des priorités





«L’avenir d’un secteur de pointe est lié aux options prises, plusieurs décennies en amont, dans les laboratoires et centres de recherche. Énergies, matériaux, configurations, systèmes embarqués, infrastructures, protection de l’environnement : autant de domaines technologiques sur lesquels il faut miser à bon escient. En 2050, le trafic aérien aura beaucoup évolué, son environnement également. Mais jusqu’à quel point et en s’appuyant sur quels atouts ? Entre un développement sans borne, une régulation drastique, une disparition quasi-totale et une combinaison de ces trois hypothèses, les technologies gagnantes ne seront pas les mêmes.


»Scénarios et options technologiques

»Épuisement du pétrole, hausse des températures, creusement des inégalités à l’échelle planétaire : autant de facteurs décisifs qui vont, à court terme, influer considérablement sur nos sociétés. Leurs effets sont déjà perceptibles.

»Le transport aérien et ses acteurs y sont d’autant plus exposés que ce secteur est consommateur de ressources, générateur de rejets et qu’une grande partie de sa raison d’être réside dans les échanges entre les hommes et les continents.

»Certaines questions méritent donc d’être posées. D’ici quarante ans, le ciel sera-t-il encore le lieu du transport massif de passagers ? Seront-ils embarqués à bord d’appareils conventionnels toujours plus volumineux ou des configurations inédites seront-elles apparues à l’issue de ruptures technologiques majeures ? L’aviation offrira-t-elle un substitut à la voiture particulière ?

»Qu’appellerons-nous, alors, voyage aérien ? Aurons-nous migré des énergies fossiles actuelles vers des sources alternatives ? Aura-t-on su investir dans des systèmes de régulation du trafic propres à décongestionner nos aéroports, ou butera-t-on sur les limites d’un système déjà saturé ?

»Autant d’interrogations qui, loin d’être théoriques, ont tout à voir avec la manière dont nos sociétés envisagent leur avenir et mobilisent leurs moyens de recherche. Des pistes existent pour façonner un monde différent dans lequel l’aérien gardera une place. Elles dépendent d’options technologiques et organisationnelles à choisir dans un futur proche.

»C’est pour en donner une représentation capable de constituer une aide à la décision que nous nous sommes attachés à imaginer la place du transport aérien en 2050 en s’appuyant sur les quatre scénarios définis par l’étude Consave. Autant de contextes, d’arrière-plans, sur lesquels nous avons bâti une structure, un substrat organisationnel assis sur des options technologiques pertinentes propres à offrir une vision globale, c’est-à-dire une vision système.»





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire