2017/07/24

Santé 2025. Un monde d’innovations | Les Entreprises du Médicament en France (LEEM) (@LeemFrance)



Info: LEEM

Document (pdf)






Sommaire :


Chapitre 1 : D’Innovation Santé 2015 à Santé 2025

Il était une fois “Innovation Santé 2015”

4 étapes pour un débat exigeant avec l’ensemble des parties prenantes

Une vision synthétique des transformations à venir pour les innovations santé d’ici 2025


Chapitre 2 : Les 3 axes de travail partagés

Axe 1 : Innovation et industrialisation

Axe 2 : Gestion du patrimoine santé

Axe 3 : Effi cience du système de santé


Chapitre 3 : Les 12 chantiers communs

Chantier nº 1 : Un environnement compétitif

Chantier nº 2 : Le soutien aux phases pré-industrielles

Chantier nº 3 : Des chaînes recherche-industrie longues – la chaîne emblématique cancer

Chantier nº 4 : Des fi lières d’excellence : “industrie de la cellule”, “nanotechnologies appliquées à la médecine”, “immuno-vaccins”

Chantier nº 5 : La coordination territoriale des lieux d’innovation et l’intégration volontariste du monde industriel

Chantier nº 6 : Des structures d’orchestration des par pathologies et /ou problématiques

Chantier nº 7 : Information et implication des citoyens acteurs de santé

Chantier nº 8 : Promotion collective de la santé

Chantier nº 9 : Évolution des métiers et des formations des acteurs de santé

Chantier nº 10 : Processus d’évaluation pour le progrès thérapeutique

Chantier nº 11 : Des informations et bases de données partagées

Chantier nº 12 : Une nouvelle filière autonomie à domicile




«L’économie de la santé est l’économie du futur. Restons dans la course !


»En ces temps où tout n’est que vitesse, accélération, où un sujet chasse l’autre, une priorité en remplace une autre, certains évènements majeurs passent inaperçus. Il en a été ainsi de la deuxième conférence des industries de santé, le 4 octobre 2010, au cours de laquelle nos voisins d’Outre-Rhin ont exprimé leur volonté de faire de l’industrie de la santé, une branche leader en Allemagne. En ce même mois d’octobre, étaient publiés les résultats impressionnants de l’Institut de génomique de Pékin, classant la Chine parmi les géants du séquençage.

»Ces annonces ne sont qu’une pâle illustration des stratégies volontaristes d’investissements auxquelles se livrent les pays tentés par le fort potentiel de croissance et de création d’emplois des sciences de la vie et de la santé. La France fi gure en bonne place sur l’échiquier des nations en lice : une recherche reconnue, des professionnels de santé qualifi és, une industrie pharmaceutique puissante… Aujourd’hui, cependant, sa position est fragilisée et taillée en brèche tant par ses rivaux “habituels”, les États-Unis, l’Angleterre, l’Allemagne… que par des nouveaux venus ambitieux et organisés, la Chine, l’Inde, Singapour, Israël...

»Au moment où tous nos compétiteurs fourbissent leurs équipements et leurs clusters pour rafl er la mise dans les sciences du vivant, nous ne pouvions pas rester passifs. Nous avons donc décidé d’initier une démarche de prospective associant tous nos partenaires – la recherche publique, les PME engagées dans les nouvelles technologies (biotech, nanotech,…) les autres industriels de la santé (dispositifs médicaux, NTIC...), les acteurs des réseaux de soins et les représentants des patients – afi n de cerner les futurs possibles en santé d’ici 2025 et positionner la France comme un pays leader et attractif en matière d’innovation santé.

»Ce sont les résultats de cette opération menée collectivement depuis 18 mois que nous vous présentons dans cet ouvrage : ils sont proposés sous forme de chantiers et donneront lieu à la constitution de groupes projets pour avancer concrètement vers 2025 et faire de la santé, un des leviers de croissance économique du futur.

»Au terme de cette réfl exion, s’il ne fallait retenir qu’un message, il tiendrait en quelques mots : à ce moment charnière où l’innovation médicale vit une véritable révolution, nous avons pleinement conscience de la nécessité de coopérer étroitement avec nos partenaires dans cette phase de mutation.

»C’est la clé de la réussite.

»Nous voulons continuer à innover pour les 900 000 personnes atteintes d’un cancer aujourd’hui en France, mais aussi pour les 86 000 malades du sida, les 3 millions de diabétiques, les 400 000 schizophrènes et tous ceux qui attendent de nous du progrès thérapeutique.

»Nous le leur devons !


»Christian Lajoux
Président du Leem
»





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire