2017/08/25

Avec innovation, 2020 2030 2050




Agriculture et nature

Une prospective pour le secteur vigne et vin dans le contexte du changement climatique | FranceAgriMer (@FranceAgriMerFR) via Innovin (@Inno_vin) [link]

Charte 2008 - 2019. Rapport | Parc naturel régional du Morvan (@ParcduMorvan) [link]

#LULUCF Les secteurs de la sylviculture, du papier et de l'agriculture s'unissent en faveur d'un niveau de référence pour les forêts dynamique : EUSTAFOR, COPA - COGECA, CEPF, CEPI et CEI-Bois [link]

#AgricultureInnovation2025 30 projets pour une agriculture compétitive & respectueuse de l’environnement | Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation (@Min_Agriculture) [link]



Personnes

Booster l’Innovation sociale en 12 propositions | Les entreprises pour la Cité (@LepC_France) [link]

Déclaration Africa 2030. Entreprendre ensemble l’avenir ! Jeunes = Entrepreneurs = Entreprises = Emplois | Forum de la Jeunesse et de l’Entrepreneuriat à l’AGYP (Active Growth & Youth Program) avec le MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) @medef [link]

Santé 2025. Un monde d’innovations | Les Entreprises du Médicament en France (LEEM) (@LeemFrance) [link]

Les personnes en situation de handicap en 2035. Répercussions des tendances technologiques et sociétales sur notre monde | GDI (Gottlieb Duttweiler Institute) (@GDInstitute) [link]

Stratégie 2020 de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) (@Federation) [link]

Stratégie 2020 - Caritas Neuchâtel (@CaritasSuisse) [link]



Gouvernance

Ensemble contre la corruption. Stratégie 2020 de Transparency International (@anticorruption) [link]



Énergie

Innovation dans le secteur de l’électricité. Vers la vision 2050 | Association canadienne de l’électricité (ACÉ) / Canadian Electricity Association (CEA) @CDNelectricity [link]

Scénario négaWatt 2017-2050 | Association négaWatt (@nWassociation) [link]

Stratégie CAP 2030 | EDF (Électricité de France) (@EDFofficiel) [link]

Perspectives Énergétiques 2017 à l’horizon 2040. Points-clés | Exxon Mobil (@exxonmobil) [link]



Technologie

Intelligence artificielle : 5 chiffres-clés à connaître | Microsoft Ideas (@Microsoftideas) Digital is business [link]



Directions du futur

Vision Djibouti 2035 | DJIBOUTI 2035 (@DJIBOUTI2035) - République de Djibouti [link]

Notre monde en 2050 | AFP (Agence France-Presse) (@afpfr) [link]

Luxembourg 2045. Les 30 glorieuses sont devant nous! | Michel-Edouard Ruben. Publié par la Fondation IDEA (@FondationIDEA) [link]



Cités

Mission Île de la Cité : le coeur du coeur | Philippe Bélaval et Dominique Perrault, Mission d'étude Île de la Cité (@Mission_IDC) [link]



Défense

Le futur de la Défense : Horizon 2030 | Cabinet de la Défense et de la Fonction Publique (@defense_BE), ministre Steven Vandeput (@svandeput) [link]



Transport et communications

Bus2025. Inventons ensemble le bus de demain | Groupe RATP (@GroupeRATP) [link]

Transport aérien 2050 - Des recherches pour préparer l'avenir | ONERA (Office National d'Etudes et Recherches Aérospatiales) [link]



Culture et sciences

Plan d'orientation stratégique 2016-2030 | Institut de recherche pour le développement (IRD) (@ird_fr) [link]

Vision du développement culturel 2025 | Ville de Québec (@villequebec) [link]



Environnement

Economie Circulaire : Un atout pour relever le défi de l’aménagement durable des territoires | Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie ADEME (@ademe) [link]



Entreprise et industrie

Voyage vers le futur, mon entreprise en 2030 | @derosnayjoel via @EDFutur [link]

Une Industrie compétitive pour la Croissance et l’Emploi, 2017-2022 | Groupe des Fédérations industrielles (GFI) (@GFI_Industrie) [link]






2017/08/24

With innovation, 2020 2030 2050




Cities

The Future of London. 2050 | Published by Bright Blue (@WeAreBrightBlue) and Localis (@Localis) [link]

Seattle 2035. Comprehensive Plan. Managing Growth to Become an Equitable and Sustainable City 2015-2035 | City of Seattle (@CityofSeattle). Office of Planning & Community Development. Seattle 2035 (@Seattle2035) [link]



Countries and territories

Vietnam 2035. Toward Prosperity, Creativity, Equity, and Democracy | World Bank (@WorldBank) and Ministry of Planning and Investment of Vietnam (#mpi.gov.vn) [link]

Saudi Vision 2030 | Vision 2030 Kingdom of Saudi Arabia (@SaudiVision2030) [link]

UAE (United Arab Emirates) Future Strategy [link]

Regional Development Strategy (RDS) 2035 | Department for Infrastructure (@deptinfra), Strategic Planning and Coordination Division [link]

Mombasa Vision 2035 Master Plan. Integrated Strategic Urban Development Plan (ISUDP) | Mombasa County Government [link]



People

Direct-to-Patient Remote Research | eClinicalHealth - CLINPAL (TM) (@eClinicalHealth) [link]

The World in 2050: How will the global economic order change? | PwC (@PwC‏) [link]



Finances and financial organizations

Realizing the Potential of Blockchain. A Multistakeholder Approach to the Stewardship of Blockchain and Cryptocurrencies | Don Tapscott (@dtapscott) and Alex Tapscott (@alextapscott), World Economic Forum (WEF) (@wef) [link]

Strategy 2020. The Long-Term Strategic Framework of the Asian Development Bank (ADB) (@ADB_HQ) [link]



Transport and communications

Flightpath 2050 Europe’s Vision for Aviation | European Commission. Directorate-General for Research and Innovation. High Level Group (HLG) on Aviation and Aeronautics Research [link]

YARA and KONGSBERG enter into partnership to build world's first autonomous and zero emissions ship | Kongsberg Maritime (@KOGMaritime) [link]

Current market outlook (2016-2035) | The Boeing Company (@Boeing) [link]

The Airport of the future. Dubai Airports (@DubaiAirports) 2050 [link]



Internet

The Future of Internet Infrastructure | The Daily Conversation (@TheDailyConvo) [link]



Industry and enterprise

The future of manufacturing: A new era of opportunity and challenge for the UK. Project Report | GOV.UK. Department for Business Innovation & Skills Government. Office for Science (@GOVUK) [link]

African Economic Outlook (AEO) 2017. Entrepreneurship and Industrialization | African Development Bank (@AfDB_Group), OECD Development Centre (@OECD_Centre) and United Nations Development Programme (@pnudfr) [link]

Development of State of the Art-Techniques in Cement Manufacturing: Trying to Look Ahead. CSI/ECRA Technology Papers 2017 | Cement Sustainability Initiative (CSI) (‎@CementCSI): European Cement Research Academy (ECRA). World Business Council for Sustainable Developement (WBCSD) (@wbcsd) [link]

A vision for non-ferrous metals industry in 2050 | EU Science Hub - Joint Research Centre (@EU_ScienceHub) [link]



Future paths

The Knowledge Future: Intelligent policy choices for Europe 2050 | European Commission (@EU_Commission) [link]

Shaping an interconnected world. G20 Leaders’ Declaration | G20 [link]

GOA 2035 Vision Strategy − An Abridged Report | Goa Golden Jubilee Development Council [link]

Paradox of Progress. Global Trends | National Intelligence Council (NIC) (@ODNI_NIC) [link]



Defence

European Defence Agency (EDA) Role in Research & Technology. Towards Enhanced European Future Military Capabilities | EDA (@EUDefenceAgency) [link]



Energy

Earth 2050: The Future of Energy | Shell, Wired Magazine & Discovery Channel [link]

Low carbon energy and feedstock for the European chemical industry | Alexis Michael Bazzanella and Florian Ausfelder, DECHEMA (Gesellschaft für Chemische Technik und Biotechnologie e.V.) (@DECHEMA) - European Chemical Industry Council (CEFIC) (@Cefic) [link]



Environment

Earth Observations in support of the 2030 Agenda for Sustainable Development | GEO (Group on Earth Observations) (@GEOSEC2025) [link]



Food

The future of food and agriculture. Trends and challenges | Food and Agriculture Organization (FAO) of the United Nations (UN) (@FAOnews) [link]






2017/08/23

Con innovación, 2020 2030 2050




Energía

Energía 2050. Política energética de Chile | Ministerio de Energía (@MinEnergia del @GobiernodeChile) [link]

Visión Estratégica 2030 | Plataforma Futured (Plataforma española de redes eléctricas) [link]



Personas

Estrategia de la Unión Europea en materia de lucha contra la droga (2013-2020) | Consejo de la Unión Europea (@EUCouncil) [link]

Estrategia SERGAS 2020 | Xunta de Galicia. Consellería de Sanidade. Servizo Galego de Saúde (@ACIS_sergas) [link]

El comercio del conocimiento: economía del siglo XXI | Banco Nacional de Comercio Exterior (@bancomext) [link]

Visión de futuro para el sector de la salud 2025 | Observatorio de Prospectiva Tecnológica Industrial (OPTI) [link]



Educación

Innovación y cambio educativo a pequeña y gran escala | @arivas7 via @Educar2050 [link]

El futuro de la formación profesional en América Latina y el Caribe: desafíos y lineamientos para su fortalecimiento | Centro Interamericano para el Desarrollo del Conocimiento en la Formación Profesional (OIT/Cinterfor) (@OITCinterfor) [link]

Estrategia UAM 2025 | Universidad Autónoma de Madrid (UAM) (@UAM_Madrid) [link]



Industria y empresa

Desafíos del Agua para la región Latinoamericana | Fundación Chile (FCH) (@fundacionchile) [link]

Visión Estratégica 2020 de la Logística Integral en España | Logistop (Plataforma Tecnológica en Logística Integral) (@Logistop_). Centro Nacional de Competencia en Logística Integral (CNC) [link]

Desde el cobre a la innovación. Roadmap Tecnológico 2015-2035 | Fundación Chile (@fundacionchile) [link]

Estrategia de Desarrollo Industrial de Canarias 2009-2020 (EDIC) [link]



Finanzas

Banca de Desarrollo y financiamiento en una era de cambios tecnológicos | 47 Asamblea General de la Asociación Latinoamericana de Instituciones Financieras para el Desarrollo (ALIDE) (@_ALIDE_) [link]



Transporte y comunicaciones

Hoja de Ruta del Ferrocarril 2050: Eje del Espacio Único Europeo del Transporte | ERRAC: European Rail Research Advisory Council / Consejo Europeo para la Investigación Ferroviaria [link]

Análisis DAFO y Prioridades Científico Tecnológicas y de Innovación del Sector Ferroviario Español. Visión 2050 | Plataforma Tecnológica Ferroviaria Española (PTFE) [link]

Mazda anuncia su visión a largo plazo para el desarrollo tecnológico “Zoom-Zoom sostenible 2030” [link]



Ciudades

TRC 2040. Plan Estratégico para Torreón con enfoque Metropolitano 2040 | Instituto Municipal de Planeación y Competitividad de Torreón (IMPLAN) (@trcimplan). Administración Municipal de Torreón. Estado de Coahuila. México [link]

Distrito Castellana Norte (DCN) (@DCNMadrid) [link]

E2020DSS | Donostiako Estrategia Bulegoa, 2020 urtera begira - Oficina de Estrategia de San Sebastián, con miras a 2020 (@e2020dss) [link]



Países

Visión 2030. El México que queremos | Presidencia de la República [link]

Plan Binacional de Integración Fronteriza Ecuador-Colombia 2014-2022 | Secretaría Nacional de Planificación y Desarrollo (Senplades) (@SenpladesEc) [link]



Gobernanza

La Administración Pública del Futuro. La Administración 2050 | Carles Ramió Matas, @GIGAPP [link]



Rumbos del futuro

Conocimiento e innovación hacia el 2050 en Costa Rica | Asociación Estrategia Siglo XXI [link]

Agenda 2030 y los Objetivos de Desarrollo Sostenible. Una oportunidad para América Latina y el Caribe | Sistema Económico Latinoamericano y del Caribe (SELA) @SELAInforma [link]

España en el mundo 2033 | PwC España (@PwC_Spain) [link]

Megatendencias. Un análisis del estado global | Centro Nacional de Planeamiento Estratégico (CEPLAN) (@CEPLAN2050) [link]



Tecnología

Función de la ciencia, la tecnología y la innovación en la garantía de la seguridad alimentaria para el año 2030 | ONU. Consejo Económico y Social. Comisión de Ciencia y Tecnología para el Desarrollo. Informe del Secretario general (@UNCTAD) [link]

La reinvención digital, una oportunidad para España | Digital McKinsey (@DigitalMcKinsey) con la colaboración de la Fundación Cotec (@Cotec_Innova) [link]






2017/08/22

Portugal e países de língua portuguesa em África, inovação 2020 2030 2050 (Lusofonia 2/2)




Objetivos 2020 2030 2050


Pessoas

Acelerar a igualdade de género e o Empoderamento das Mulheres em África. Relatório Africano de Desenvolvimento Humano 2016 | United Nations Development Programme (UNDP) (@UNDP) Angola [link]

Um futuro para a saúde - todos temos um papel a desempenhar | Fundação Calouste Gulbenkian (@FCGulbenkian) [link]

O Programa Africano de Transformação da Saúde para 2015–2020. Uma Visão para a Cobertura Universal de Saúde | Organização Mundial da Saúde. Escritório Regional para a África (OMS / WHO) [link]

Estratégia Nacional para o Envelhecimento Activo e Saudável 2017. Proposta do Grupo de Trabalho Interministerial | Serviço Nacional de Saúde (SNS) [link]


Meio ambiente

Programa Nacional para as Alterações Climáticas (PNAC) 2020/2030 | Agência Portuguesa do Ambiente (APA) (@apambiente) [link]

Estratégia Nacional para a Conservação da Natureza e Biodiversidade 2025 | Instituto da Conservação da Natureza e das Florestas (ICNF) [link]


Energia

Angola Energia 2025. Visão de longo prazo para o sector eléctrico | Angola Energia 2025. Ministério da Energia e Águas. República de Angola [link]


Desenvolvimento local e nacional

Timor-Leste. Plano Estratégico de Desenvolvimento 2011-2030 | Governo de Timor-Leste [link]

Programa de Desenvolvimento Rural de Portugal - Continente: PDR 2020 (#pdr2020) [link]

Inovação Territorial - Portugal 2020 | República Portuguesa (@govpt) [link]

Agenda 2063. A África que Queremos. Plano de implementação para a primeira década, 2014-2023 | African Union (@_AfricanUnion) [link]

O que é o Portugal 2020 | República Portuguesa (@govpt) [link]

Estratégias de inovação RIS3: Políticas de coesão 2014-2020 [link]


Investigação e inovação

E2I Estratégia de Investigação e Inovação 2013-2020 | Laboratório Nacional de Engenharia Civil (LNEC) (@LNEC_PT) [link]



Hoje, nosso bagagem pelo futuro


Cidades

As dez maiores Inovações Urbanas | Fórum Econômico Mundial (WEF) (@wef): Conselho de Agenda Global sobre o Futuro das Cidades [link]


Tecnologia

Tendências de negócio e o papel das Tecnologias da Informação e da Comunicação | Associação Portuguesa para o Desenvolvimento das Comunicações (APDC) (@APDC) [link]


Alimentos

Simpósios ANIPLA 2017 Inovação e Tecnologia na Produção de Alimentos [link]


Economia social

Capacitação para o Investimento Social | Portugal Inovação Social - Laboratório de Investimento Social (@invest_socialPT) [link]



Rumos do futuro


Pessoas

As nossas crianças em 2025. Opinião de líderes proeminentes sobre o futuro das crianças em Moçambique | UNICEF Moçambique (@UNICEF_Moz) #SitanMoz [link]

Era do Potencial Humano 2.0 - Forças Futuras no Mundo do Trabalho | Manpower Group (@ManpowerGroup‏) [link]


Meio ambiente

@PlasticChange: Até 2050 existirá mais plástico do que peixe no mar | @euronewspt [link]

Alterações climáticas e desenvolvimento urbano | Direção-Geral do Território [link]

Apoiar a Transição para uma Economia Circular: Fase I | Fundo Ambiental (#FundoAmbiental) do Ministério do Ambiente (@ambiente_pt) [link]

Eco-inovação e a Competitividade Empresarial. Projeto ECOPRODUTIN | AEP – Associação Empresarial de Portugal [link]

Desafios do Mar 2020. Estratégias de Eficiência Coletiva (EEC) | Fórum Oceano – Associação da Economia do Mar [link]


Globalização

Controlar a globalização. Documento de reflexão | Comissão Europeia (@EU_Commission) [link]

Portugal Espaço 2030. Uma estratégia de investigação, inovação e crescimento para Portugal | Programa Espaço da Fundação para a Ciência e a Tecnologia (FCT). Ministério da Ciência, Tecnologia e Ensino Superior (@ciencia_pt) [link]


Tecnologia e inovação

Portugal INCoDe.2030. Iniciativa Nacional Competências Digitais e.2030 | INCoDe.2030 (@incode2030). Governo de Portugal (@govpt). Ministério da Ciência, Tecnologia e Ensino Superior (@ciencia_pt) [link]

Destino: Crescimento e inovação. O impacto da inovação na performance económico-financeira das PME e no seu crescimento | COTEC Portugal (@COTEC_Portugal) e Deloitte Portugal (@DeloittePT) [link]






2017/08/21

Brasil, inovação 2020 2030 2050 (Lusofonia 1/2)





Empresas e associações e instituções
privadas: Rumos do futuro


Tecnologia

O futuro em ciência, tecnologia e inovação. Carta IEDI, edição 775 | Instituto de Estudos para o Desenvolvimento Industrial (IEDI) (@iedi) [link]

A tecnologia no mundo, ano 2100 | @saopaulotv [link]


Natureza

Visão de Sustentabilidade 2050 | Natura (@naturanet) [link]


Alimentos

Cocriando soluções para mitigar perdas e desperdícios de alimentos no Brasil | BASF (@BASF_Brasil) [link]


Indústria

Visão Brasil 2050 | Conselho Empresarial Brasileiro de Desenvolvimento Sustentável (CEBDS) (@cebds) [link]

Transformação global das indústrias até 2025. Como mapear tendências e captar oportunidades | Jürgen Paulus e Aldemir Drummond, Fundação Dom Cabral (FDC) (@DomCabral) [link]


Energia

Biodiesel: oportunidades e desafios no longo prazo | Ubrabio (União Brasileira do Biodiesel e Bioquerosene) (@Ubrabio) [link]

Visão 2040. Cenários mundiais para a indústria de óleo e gás | Deloitte Brasil (@DeloitteBR) [link]


Transportes e comunicações

Honda apresenta diretrizes globais até 2030 | @Honda [link]




Administrações públicas


Pessoas

Brasil 2050. Desafios de uma nação que envelhece | Câmara dos Deputados (@camaradeputados) [link]


Defesa

Plano Estratégico 2017 - 2024 | Corpo de Bombeiros Militar do Distrito Federal (@cbm_df) [link]


Sustentabilidade

Brasil 2040: cenários e alternativas de adaptação à mudança do clima | Ministério do Meio Ambiente do Brasil (MMA) (@mmeioambiente) [link]


Matérias primas

Plano Nacional de Mineração 2030. Geologia, Mineração e Transformação Mineral | Ministério de Minas e Energia (MME) (@Minas_Energia) [link]


Rumos do futuro

Visão Brasil 2030 | Projeto GoveRNança Inovadora do Estado do Governo do Rio Grande do Norte [link]


Tecnologia

Parceria entre Brasil e União Europeia vai desenvolver Internet das Coisas e 5G. Missão Brasileira no IOT SWC Barcelona | Ministério da Ciência, Tecnologia, Informações e Comunicações (MCTIC) (@mctic) e Associação Brasileira de Internet das Coisas (@abincbr) [link]

Estratégia Nacional de Ciência, Tecnologia e Inovação (ENCTI) 2016-2019 | Ministério da Ciência, Tecnologia e Inovação (MCTI) (@MCTIC) [link]


Empresas

Inovar é criar valor. 22 casos de inovação em micro, pequenas, médias e grandes empresas | Confederação Nacional da Indústria (CNI) (@CNI_br) [link]


Agricultura

Visão 2014-2034: o futuro do desenvolvimento tecnológico da agricultura brasileira | Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária do Ministério da Agricultura, Pecuária e Abastecimento EMBRAPA (@embrapa) [link]




Organizações académicas e educativas


Rumos do futuro

Planejamento Estratégico 2025 | Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico (CNPq) (@CNPq_Oficial) [link]

As tendências para o Brasil em 2035 | Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada (@ipeaonline) [link]

Brasil 2035, cenários para o desenvolvimento | ASSECOR (Associação Nacional dos Servidores da Carreira de Planejamento e Orçamento) (@assecor) e IPEA (Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada) (@ipeaonline) [link]

Megatendências Mundiais 2030. O que entidades e personalidades internacionais pensam sobre o futuro do mundo? Contribuição para um debate de longo prazo para o Brasil | Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada (IPEA) @ipeaonline [link]


Pessoas

Longevidade e produtividade no trabalho: visão da indústria | SESI (Serviço Social da Indústria. Departamento Regional do Paraná) (@SESIPR): Instituto SESI de Inovação em Longevidade e Produtividade [link]

Trabalho / Tecnologia 2050. Três cenários alternativos | Projeto Millennium (@MillenniumProj). Núcleo de Estudos do Futuro. Pontifícia Universidade Católica de São Paulo (PUC SP) (@puc_sp) [link]


Tecnologia

A Quarta Revolução Industrial do Setor Têxtil e de Confecção: a Visão de Futuro para 2030 | SENAI CETIQT (Centro de Tecnologia da Indústria Química e Têxtil) (@cetiqtsenaibr) [link]

Plano Estratégico do Parque Tecnológico UFRJ (Universidade Federal do Rio de Janeiro) 2016 - 2045 | UFRJ (Universidade Federal do Rio de Janeiro) (@ufrj) [link]


Sustentabilidade

Bioeconomia: visões internacionais no Brasil | FAPESP (Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo) (@AgenciaFAPESP) e FIESP (Federação das Indústrias do Estado de São Paulo) (@Fiesp) [link]


Indústria

Siderurgia no Brasil 2010-2025 | Centro de Gestão e Estudos Estratégicos (CGEE) (@CGEE_oficial) [link]




ONG


Indústria e infraestrutura

Indústria, inovação e infraestrutura: Construir infraestruturas resilientes, promover a industrialização inclusiva e sustentável e fomentar a inovação. Documento temático sobre o ODS 9 | ONU Brasil (@ONUBrasil) [link]






2017/08/18

#AgricultureInnovation2025 30 projets pour une agriculture compétitive & respectueuse de l’environnement | Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation (@Min_Agriculture)




Info: Plan Agriculture – Innovation 2025 : premier bilan des actions

Document (pdf)




«Des propositions sous forme de projets


»Le cœur de ce rapport est constitué d’une trentaine de fiches projets qui identifient aussi clairement que possible : les enjeux ; les actions à conduire ; les parties prenantes et les acteurs concernés ; les sources de financement ; chaque fois que cela a du sens, un indice de maturité technologique (TRL) (3) ; des indicateurs et un calendrier de mise en œuvre. Trois grandes priorités se sont dégagées, elles-mêmes articulées autour de 9 axes : 1


»Développer une approche système et faire de l’agriculture un contributeur à
la lutte contre le dérèglement
climatique en :

»Accompagnant et stimulant la transition agro-écologique [Agroéco]. Cet axe se situe dans le prolongement du rapport de Marion Guillou (2013) et de la Loi d’Avenir pour l’Agriculture (2014). Ici encore le spectre des propositions est large : recherches sur les sols, plan d’action pour lutter contre le changement climatique (programme "4 pour mille"), portail de services et de données climatiques pour l’agriculture, gestion intégrée de l’eau, outils de diagnostic sanitaire rapide et utilisables au niveau de l’exploitation.

»Développant les recherches et l’innovation pour la bioéconomie [Bioéco]. Prise ici comme l’exploitation durable du capital naturel, la bioéconomie englobe l’ensemble des filières de production, transformation et recyclage des biomasses animales et végétales. Les projets recouvrent des thématiques particulières (autonomie protéique de la France et de l’Europe, dans le prolongement du rapport Innovation 2030 d’Anne Lauvergeon), l’élargissement des recherches en ingénierie et technologies déjà financées par le PIA (bio-raffineries, fermentations à haut débit...), des fronts de science (biologie des systèmes et biologie de synthèse pour les bioindustries) et, plus largement, la structuration de la recherche en bioéconomie (finalisation d’une feuille de route interministérielle, création de centres interdisciplinaires de recherche) et le besoin de développer des approches systémiques.


»Permettre le plein développement des
nouvelles technologies dans l’agriculture en :

»Poursuivant la révolution du numérique [Num]. Cet axe prolonge la mission confiée en 2014 à Jean-Marc Bournigal sur les agroéquipements : il couvre un large champ allant des programmes de recherche (outils d’aide à la décision, capteurs) aux actions de développement économique (création d’un portail ouvert de données Numériques agricoles, nouvelles pratiques d’expérimentation utilisant le Numérique).

»Accélérant le développement de la robotique agricole [Rob] (également ici en prolongement de la mission confiée en 2014 à Jean-Marc Bournigal sur les agroéquipements). Ici encore une approche très concrète a été retenue : inscrire un programme dédié de robotique agricole dans le plan sur la Nouvelle France industrielle, structurer le tissu industriel par des programmes public – privé, créer une plateforme ouverte de test et de validation. Mobilisant le levier génétique et les biotechnologies [Gén].

»Il s’agit d’un outil essentiel de la compétitivité, qui fait l’objet d’une très vive concurrence internationale, pour lequel la France dispose d’un très haut niveau de compétences en recherche, mais a pris du retard dans l’expérimentation et la diffusion. Les projets recouvrent la sélection génomique végétale et animale, la maîtrise des nouvelles biotechnologies, l’exploitation de la diversité métabolique végétale. Il inclut aussi un volet réglementaire pour préciser les procédures d’homologation des variétés dérivées des biotechnologies (en lien avec le Haut conseil des biotechnologies [HCB] et dans le cadre européen). Soutenant le secteur naissant du biocontrôle [Bioc].

»Il faut tout à la fois structurer la recherche (création d’un consortium public-privé pour le biocontrôle végétal) et soutenir le développement et le transfert (lancement d’un petit nombre de projets intégrés de recherche – développement – transfert dans le cadre du plan Ecophyto). Le développement du biocontrôle animal fait l’objet d’un projet spécifique, de même que les procédures d’évaluation des produits du biocontrôle.


»Fédérer tous les acteurs de la R&D, de l’expérimentation et du
développement agricole en appui de la compétitivité en :

»Favorisant l’innovation ouverte [Innouv]. Très directement orienté vers l’expérimentation au niveau de l’exploitation agricole et du territoire, cet axe vise la diffusion rapide de méthodes et d’outils pour encourager l’innovation : Living labs territoriaux, réseau "d’expérimentations systèmes", outils d’évaluation et de partage des expériences de terrain.

»Evaluant la multiperformance et en innovant en économie agricole [Éco]. C’est l’axe le plus englobant. Les propositions portent sur le développement d’outils d’évaluation multicritère des performances des systèmes agricoles, sur la structuration de financements innovants pour l’agriculture, l’amélioration de la réponse aux aléas de toutes natures (climatiques, sanitaires ou de marché) mais aussi sur les besoins d’innovation organisationnelle.

»Soutenant les actions de formation [Form], pour accompagner l’ensemble des évolutions en cours, notamment dans quatre domaines clé : le Numérique en agriculture, l’agroécologie, la bioéconomie et la génétique animale et végétale.

»Ces neuf axes constituent un tout : ils ne sont pas indépendants les uns des autres, il faut donc les considérer dans leur logique d’ensemble, comme un cadre cohérent répondant à l’ambition de la lettre de mission Agriculture Innovation 2025 et n’impliquant pas la création de strates organisationnelles supplémentaires.

»Pour autant, ils ne recouvrent pas la totalité des actions de recherche, de développement, de transfert ou d’innovation menées par les différents acteurs scientifiques et techniques, mais représentent des priorités.»





2017/08/17

Stratégie 2020 - Caritas Neuchâtel (@CaritasSuisse)




Info: Caritas Neuchâtel

Document (pdf)




«Notre Charte en 10 points


»1. Se fondant sur le message d’amour délivré par l’Evangile, Caritas Neuchâtel accueille les personnes en difficulté et découvre avec elles l’aide qui leur est nécessaire.

»2. Caritas Neuchâtel s’engage à appréhender l’être humain dans sa globalité.

»3. Caritas Neuchâtel participe à la construction d’une société équitable, tolérante et solidaire.

»4. Caritas Neuchâtel s’interroge sur les causes de l’exclusion.

»5. Caritas Neuchâtel met l’action au coeur de sa mission.

»6. Caritas Neuchâtel accueille, accompagne et défend toute personne en difficulté dans le respect de sa propre personnalité.

»7. Caritas Neuchâtel sensibilise l’opinion publique et agit sur le plan politique.

»8. Pour remplir sa mission, Caritas Neuchâtel emploie du personnel qualifié et favorise l’engagement de bénévoles.

»9. Caritas Neuchâtel collabore activement avec le Réseau Caritas, avec la Fédération Catholique Romaine Neuchâteloise, les paroisses et les missions linguistiques, avec les pouvoirs publiques et les associations et institutions sociales du canton.

»10. Les ressources financières de Caritas Neuchâtel proviennent de subventions publiques et privées, de l’indemnisation de prestations de services, de dons et de legs.»





2017/08/16

Ensemble contre la corruption. Stratégie 2020 de Transparency International (@anticorruption)




Info: Transparency International

Document (pdf)




«CONCRÉTISER NOTRE VISION


»Ensemble contre la corruption est une stratégie élaborée par et pour le mouvement de Transparency International. Ensemble, nous nous engageons à respecter les priorités inscrites dans Ensemble contre la corruption et à les mettre en oeuvre avec la passion, le professionnalisme et l’innovation qui caractérisent Transparency International.

»Toutes les parties du mouvement de Transparency International participeront à la réalisation de cette stratégie, et seront évaluées en fonction de leur contribution. Notre contribution collective aux changements décrits dans cette stratégie sera plus importante que la somme de ses parties.

»Le Conseil d’Administration International, dont les membres sont élus par le mouvement de Transparency International, a pour responsabilité globale de superviser la mise en oeuvre de la stratégie et de veiller à ce que les différentes parties de notre mouvement respectent leurs engagements stratégiques.

»Le Conseil d’administration s’assurera que la stratégie reste pertinente, en surveillant ses progrès et en supervisant tous les amendements qui y sont apportés, par exemple à l’issue de son examen à mi-parcours. Le Conseil d’administration fera également la promotion de la stratégie Ensemble contre la corruption comme cadre d’action du mouvement dans sa globalité, défendant les intérêts de la stratégie au sein de notre mouvement et en dehors.

»Les sections nationales intègreront les priorités stipulées dans Ensemble contre la corruption dans leurs propres stratégies et plans et elles décriront la manière dont elles contribueront à la mise en oeuvre de cette stratégie.

»En tenant compte de leurs besoins et des réalités locales, les sections veilleront à ce que Transparency International parle d’une seule voix dans le monde entier. Elles participeront à l’élaboration des campagnes, des politiques, des recherches et des outils, ainsi qu’à la mobilisation des citoyens, en adéquation avec les priorités de Ensemble contre la corruption. Les sections s’engageront à partager leur expertise et leurs expériences à l’échelle du mouvement et à fournir les éléments nécessaires pour déterminer l’impact global de la stratégie. Certaines sections dirigeront les initiatives mondiales et d’autres y participeront.

»En tant que leaders respectés dans le domaine de la lutte contre la corruption, les membres individuels de Transparency International mettront leurs connaissances, expertise et réseaux à disposition du mouvement pour participer à la réalisation de ses objectifs stratégiques, en particulier sur la scène internationale. Ils utiliseront leur leadership pour contribuer aux campagnes, aux initiatives thématiques et au développement des sections, ainsi qu’aux autres éléments susceptibles de renforcer notre présence stratégique.

»Le Secrétariat International axera ses travaux sur les priorités définies dans Ensemble contre la corruption. Son plan de mise en oeuvre de la stratégie décrira la manière dont il y contribuera grâce aux rôles clés identifiés dans le cadre de sa mission.

»Ces rôles sont notamment de diriger les efforts de plaidoyer du mouvement aux niveaux mondial et régional, de promouvoir les actions de plaidoyer et la présence stratégique au niveau national, d’encourager le développement et le partage des connaissances et des approches en matière de lutte contre la corruption à l’échelle du mouvement et au-delà, et d’appuyer le fonctionnement efficace du mouvement dans son ensemble.

»Il est crucial de disposer des ressources nécessaires pour réaliser les actions décrites dans Ensemble contre la corruption. Conformément à la Charte de Transparency International, les entités de notre mouvement sont chargées d’obtenir les ressources indispensables à la réalisation de leur propre travail. Cela inclut les ressources requises pour la mise en oeuvre de leurs rôles respectifs au titre de la stratégie Ensemble contre la corruption. Parallèlement, nous nous engageons à travailler de concert pour accroître et diversifier les ressources destinées à la mise en oeuvre de cette stratégie et au-delà, et garantir ainsi un revenu pérenne pour l’avenir.

»Tout en continuant à cibler notre base de donateurs traditionnels — à savoir les donateurs gouvernementaux et intergouvernementaux — le mouvement sollicitera de plus en plus des fonds auprès d’autres sources, y compris les fondations, le secteur privé, les donateurs principaux et le public.»





2017/08/14

Stratégie 2020 de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) (@Federation)




Info: IFRC

Document (pdf)




«ACTION FACILITATRICE 2 : MENER DES ACTIVITÉS DE DIPLOMATIE HUMANITAIRE POUR PREVENIR ET REDUIRE LA VULNERABILITÉ DANS UN MONDE INTERDEPENDANT


»Notre diplomatie humanitaire se consacre à convaincre les décideurs et les guides d’opinion d’agir, en tout temps, dans l’intérêt des personnes vulnérables et dans le plein respect de nos Principes fondamentaux. La diplomatie humanitaire est un effort multidirectionnel qui met en évidence les besoins et les droits des personnes vulnérables, tout en cherchant à faire entendre avec force la voix de ces personnes dans tous les processus de négociation.

»Nous nous employons à prévenir et à réduire la vulnérabilité en utilisant à bon escient le rôle d’auxiliaire des Sociétés nationales pour améliorer l’accès aux personnes dans le besoin, et en attirant l’attention sur les causes et les conséquences potentielles des vulnérabilités émergentes ou réémergentes. En outre, nous promouvons l’image du Mouvement à travers notre réseau mondial de représentants éclairés qui font plus largement connaître notre action. Ces efforts sont complétés par des partenariats extérieurs forts et une base de ressources diversifiée et élargie.



»Statut d’auxiliaire : un partenariat spécifique et particulier entre États et Sociétés nationales


»Il incombe au premier chef aux gouvernements de prendre en charge les vulnérabilités qui existent dans leur pays, et le rôle principal des Sociétés nationales, en tant qu’auxiliaires des pouvoirs publics, est de leur apporter leur concours dans l’exercice de cette responsabilité.

»Il est ainsi reconnu qu’à certaines périodes, les circonstances imposent qu’une institution indépendante, acceptée par toutes les parties, atteigne les communautés vulnérables, qui, parfois, ne sont accessibles que par ce moyen. Le rôle d’auxiliaire crée son propre espace humanitaire neutre et impartial et permet d’accéder aux bénéficiaires en déployant des capacités Croix-Rouge et Croissant-Rouge, qui peuvent s’exercer librement, sans entrave, pour servir les personnes vulnérables en fonction de leurs besoins.

»En gardant ce qui précède à l’esprit, les Sociétés nationales nouent et entretiennent des relations avec les pouvoirs publics – en veillant à ce que ces relations soient équilibrées et fondées sur la confiance – et apportent toutes les révisions nécessaires à la base juridique de leur rôle d’auxiliaires.

»Ce partenariat spécifique et distinctif est fondé sur le dialogue, la confiance, la coopération et l’entente et le respect mutuels, de façon à pouvoir aborder les questions humanitaires les plus sensibles dans un contexte confidentiel et constructif et de manière indépendante. Il assure aux Sociétés nationales une place privilégiée dans les instances de prise de décisions avec les gouvernements et une part appréciable des ressources qui sont consacrées à l’action humanitaire.

»Le partenariat avec un gouvernement inclut :

»> la participation de la Société nationale à l’accomplissement des tâches dévolues à l’État, au titre du droit international et des résolutions de la Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, et la coopération dans d’autres activités connexes, notamment la santé et les services sociaux, la gestion des catastrophes et le rétablissement des liens familiaux ;

»> le droit de la Société nationale de dialoguer avec les pouvoirs publics à tous les niveaux sur les questions relevant de sa compétence. Cela inclut la consultation de la Société nationale sur les questions humanitaires majeures et sa participation aux activités nationales et internationales de secours d’urgence et de préparation aux catastrophes, ainsi qu’aux activités sanitaires, sociales et autres pour lesquelles elle dispose de compétences et elle mobilise des ressources ;

»> la création, par l’État, d’un environnement favorable à la Société nationale, notamment en adoptant une législation appropriée quant à son statut, l’utilisation de l’emblème, la mobilisation de ressources (uniquement liée à des motifs humanitaires) et d’autres types de soutien qui facilitent le fonctionnement efficace de la Société nationale, par exemple dans les domaines du volontariat ou du régime fiscal et douanier.

»> l’autorisation donnée à la Société nationale de prêter son concours au service sanitaire officiel des armées et l’emploi de personnel de la Société nationale dans ce cadre, conformément à la Première Convention de Genève de 1949.


»Les Sociétés nationales prennent l’initiative de répondre aux besoins humanitaires quand elles ont les moyens de le faire. Dans leur rôle d’auxiliaires, sont tenues aussi d’examiner sérieusement toute demande exprimée par les pouvoirs publics de mener des activités humanitaires dans le cadre de leur mandat. Les États doivent s’abstenir de demander aux Sociétés nationales d’agir en contrevenant aux Principes fondamentaux, aux Statuts ou à la mission du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

»Les Sociétés nationales sont tenues de refuser toute demande de ce type et les pouvoirs publics doivent respecter les décisions qu’elles ont prises. L’État ne doit pas s’ingérer dans le fonctionnement de la Société nationale, la sélection de ses activités, la nomination de ses dirigeants et la révision de ses textes juridiques.



»Sensibilisation et communication


»Aux niveaux local, national, régional et mondial, nous nous employons collectivement à attirer l’attention sur les besoins des personnes vulnérables en matière d’assistance et de protection. En outre, nous demandons instamment que des mesures soient prises pour combattre les causes sous-jacentes de leurs souffrances et prévenir ou réduire les vulnérabilités, les conflits et les crises à venir, en signalant immédiatement les problèmes émergents.

»Nous plaidons pour que les législations, les plans de développement et les stratégies de gestion des catastrophes nationaux soient efficaces et adaptés aux personnes vulnérables, qui devraient être à même d’exprimer leurs besoins, d’exercer leurs droits et de tirer un meilleur parti des services publics et des filets de sécurité renforcés dans le domaine social.

»La crédibilité de nos activités de sensibilisation est étayée par une Fédération internationale bien informée et bien connectée qui relie toutes les Sociétés nationales pour faire en sorte qu’il n’y a ait pas de discordance dans le discours sur nos objectifs communs. Nous tirons avantage des technologies et des compétences de communication modernes pour influencer les décideurs et les guides d’opinion ainsi que pour renforcer le soutien du public à des idéaux humanitaires communs.

»Nous le faisons en conduisant des campagnes sur des thèmes spé- cifiques, et en nous adressant à tous, en particulier à la jeune génération. Au sein de la Fédération internationale, nous utilisons des plates-formes solides d’échanges d’informations pour mettre les connaissances en commun, promouvoir l’innovation et assurer la cohésion au sein de notre organisation – une vision commune de notre appartenance et de notre engagement, qui s’étend du niveau mondial aux niveaux national et des sections.

»En utilisant les outils de collaboration en ligne à l’échelle de la Fédération internationale, nos volontaires, nos membres et nos employés deviennent plus efficaces et tissent davantage de liens sociaux, tout en ayant rapidement accès à des compétences de pointe. Une culture solidement axée sur la communication renforce la capacité des Sociétés nationales, en leur donnant la possibilité d’être vues, entendues, utilisées et, en fin de compte, dotées de ressources accrues pour venir en aide aux personnes dans le besoin.



»Coopération et partage de ressources


»En tant que pilier essentiel de la communauté humanitaire internationale et du système d’assistance au développement, nous apporterons à la satisfaction des besoins des personnes vulnérables une contribution prévisible et sûre, qui soit proportionnée à notre taille et à notre champ d’action.

»Ce faisant, nous sommes tout aussi déterminés à assurer une plus grande cohérence dans notre coopération aux niveaux mondial, régional et national avec nos partenaires, notamment ceux du système des Nations Unies (auprès duquel la Fédération internationale bénéficie d’un statut d’observateur permanent), les institutions financières internationales, les groupements régionaux, les groupes non gouvernementaux et issus de la société civile, les réseaux professionnels, les organismes universitaires ainsi que le secteur privé.

»Nous sommes notamment disposés à jouer un rôle de chef de file lorsque nous sommes les plus à même le faire. Nous nous appliquons à travailler en complémentarité et coordination étroites avec d’autres acteurs, qui souscrivent à des normes communes de bonnes pratiques. Dans ce contexte, nous attendons de nos partenaires qu’ils reconnaissent la place particulière qui est la nôtre sur le plan national et dans le système international et qu’ils respectent notre mandat et notre indépendance d’action.

»Enfin, nous cherchons à promouvoir des cadres et des systèmes de coopération internationale qui améliorent l’équité, l’harmonisation, la qualité et la responsabilisation dans le domaine de l’assistance humanitaire, et favorisent le développement du droit international se rapportant à notre action.

»Aider autrui est l’un des instincts humains les plus fondamentaux et les plus nobles, et nous sommes largement reconnus comme les plus à même de le faire. Dans nos partenariats avec les donateurs individuels et autres, nous mettons l’accent sur l’action communautaire qui contribue directement à la satisfaction des besoins des personnes vulnérables, à travers des arrangements à long terme, axés sur les résultats et dont les ressources peuvent être mises en commun.

»Nos partenariats avec les entreprises – qu’ils soient mondiaux, nationaux ou locaux – s’appuient sur nos Principes fondamentaux et sur des critères éthiques clairs, qui mettent l’accent sur la promotion de la responsabilité sociale.



»Impact attendu de l’Action facilitatrice 2


»> Accès accru aux personnes vulnérables afin de leur venir en aide, et attention plus rapidement attirée sur les situations de vulnérabilité et leurs causes

»> Soutien renforcé du public, des pouvoirs publics et des partenaires, et ressources accrues pour combattre les vulnérabilités

»> Reconnaissance accrue des perspectives communautaires dans le système humanitaire international et de développement et dans le cadre des accords de coopération internationale.»





2017/08/11

Perspectives Énergétiques 2017 à l’horizon 2040. Points-clés | Exxon Mobil (@exxonmobil)



Document (pdf)






«Notre énergie à l’horizon 2040 : Sept éléments à savoir


»L’énergie moderne constitue l’une des conquêtes les plus complexes de l’humanité, et son évolution est influencée par d’innombrables facteurs.

»Les Perspectives Énergétiques présentent la vision d’ExxonMobil en matière d’offre et de demande mondiales d’énergie à l’horizon 2040. Les données et conclusions présentées dans ce document nous aident à orienter nos investissements à long terme. Le document attire également l’attention sur un double défi : celui de s’assurer que le monde entier a accès à un approvisionnement fiable et bon marché en énergie tout en réduisant les émissions pour lutter contre les risques liés au changement climatique. Nous rendons public les Perspectives pour permettre une meilleure compréhension des défis qui façonnent l’avenir énergétique de la planète.

»Pourquoi est-ce important ? Parce que l’énergie est indispensable à la vie moderne. Elle est essentielle au progrès humain et capitale pour améliorer le niveau de vie de milliards de personnes dans le monde.

»Nous pensons toutefois que sept éléments principaux jouent un rôle majeur dans la définition du paysage énergétique à l’horizon 2040.


»L’énergie est indispensable à la croissance économique

»Un taux de croissance élevé est synonyme d’augmentation du niveau de vie. Dans le monde, la classe moyenne va plus que doubler au cours des 15 prochaines années. Cette accélération de la croissance s’accompagne d’une augmentation de la consommation.

»La demande en énergie s’intensifie alors qu’un nombre croissant de personnes souhaitent habiter des logements, acquérir un véhicule et acheter des appareils électroménagers ou électroniques comme des réfrigérateurs, des lave-vaisselle et des smartphones.


»Les pays hors OCDE tirent la demande mondiale d’énergie

»En Chine et en Inde, l’urbanisation continue et l’exode rural stimuleront la croissance économique. La Chine sera probablement le pays qui contribuera le plus à l’augmentation du produit intérieur brut (PIB).

»L’Inde connaîtra également une forte croissance avec un doublement de sa part du PIB mondial.


»Le mix énergétique mondial évolue

»Le mix énergétique continue à se diversifier, en ligne avec la croissance de l’économie mondiale et avec les changements de politiques gouvernementales. Le nucléaire et les énergies renouvelables connaîtront un développement important, et le gaz naturel sera la source d’énergie qui enregistrera la plus forte croissance.

»La diversification de l’offre énergétique reflète l’évolution des économies, des progrès technologiques et des politiques visant à réduire les émissions.


»Le gaz naturel tire la croissance des énergies

»Le pétrole continuera à jouer un rôle de premier plan dans le mix énergétique, la demande étant stimulée par le besoin de carburants pour le transport et de matière première pour l’industrie chimique.

»Cette matière première sert à fabriquer des plastiques et d’autres matériaux de pointe utiles aux usines et aux consommateurs, pour les gains d’efficacité énergétique.


»Le gaz naturel tire la croissance des énergies

»Le gaz naturel est la source d’énergie qui croît le plus. À l’horizon 2040, il représentera un quart de la demande mondiale d’énergie. Le gaz naturel étant abondant et polyvalent, il permet au monde d’aller vers une production d’électricité moins émettrice de CO₂, et émerge comme étant un carburant possible pour certains types de transports.


»Des solutions rentables pour réduire les émissions de CO2

»La réponse à l’augmentation de la demande énergétique doit s’accompagner de solutions constructives qui limitent les risques dus au changement climatique.

»Ceci pourra se faire par la transition vers une production électrique moins émettrice de CO et des mesures d’efficacité énergétique dans chaque secteur. Les émissions mondiales de CO liées à l’énergie devraient atteindre leur pic au cours des années 2030, malgré un doublement du PIB d’ici 2040.


»Les possibilités offertes par la technologie

»Alors que le progrès technologique continue de s’accélérer, des solutions nouvelles – et toujours incertaines – pourraient apparaître et permettre d’atteindre les objectifs énergétiques et environnementaux.

»Les avancées technologiques récentes favorisent les gains d’efficacité pour ralentir la croissance de la demande, et permettent de faire appel à de nouvelles options énergétiques, notamment le pétrole et le gaz naturel non conventionnels, le nucléaire et les énergies renouvelables.»





2017/08/10

#LULUCF Les secteurs de la sylviculture, du papier et de l'agriculture s'unissent en faveur d'un niveau de référence pour les forêts dynamique : EUSTAFOR, COPA - COGECA, CEPF, CEPI et CEI-Bois



EUSTAFOR (European State Forests) (@EUSTAFOR), COPA-COGECA (Committee of Professional Agricultural Organisations - General Confederation of Agricultural Cooperatives in the European Union) (@COPACOGECA), CEPF (Critical Ecosystem Partnership Fund) (@CommunityCEPF), CEPI (Confederation of European Paper Industries) (@CEPI_Paper) et CEI-Bois (European Confederation of Woodworking Industries) (@CEIBois)

Communiqué de presse via COPA COGECA






«La commission environnement du Parlement européen a aujourd'hui adopté le projet de rapport de l'eurodéputé Norbert Lins concernant le Règlement relatif à l'utilisation des terres, au changement d'affectation des terres et à la sylviculture (LULUCF).

»La politique relève de la plus haute importance pour les secteurs sylvicole et agricole puisqu'elle définit les bénéfices climatiques de la gestion des forêts et l'utilisation du bois. Un élément clé du règlement porte sur la manière de comptabiliser les émissions et les absorptions des forêts. Dans le cadre sur le Climat et l'Energie à l'horizon 2030, la Commission européenne a proposé de nouvelles règles européennes de comptabilisation pour les activités LULUCF, à l'aide d'un “niveau de référence pour les forêts” basé sur les pratiques de gestion et l'intensité passées (1990-2009).

»Aujourd'hui, la commission environnement a décidé de poursuivre cette approche en votant en faveur d'un compromis visant à comparer l'intensité de gestion des forêts en 2020-2030 avec la période historique 2000-2012.

»Cette approche consistant à comparer la future utilisation des forêts à l'intensité historique de gestion a été vivement critiquée par les secteurs agricole et sylvicole. Ces derniers ont souligné le fait qu'afin d'exploiter pleinement le potentiel de bénéfices sur le long terme des forêts gérées durablement et des produits ligneux récoltés en ce qui concerne l'adaptation au changement climatique et son atténuation, les niveaux de référence pour les forêts doivent prendre en considération les données les plus récentes en matière de ressources forestières et les politiques pertinentes.

»“Nous ne devrions pas pénaliser les pays qui n'ont pas pleinement exploité le potentiel durable de leurs forêts par le passé. Les États membres devraient pouvoir utiliser leurs forêts croissantes pour développer une bioéconomie sans recours aux énergies fossiles et les propriétaires forestiers devraient pouvoir poursuivre leurs investissements dans la gestion durable des forêts, ce qui constitue la meilleure stratégie à long terme pour maintenir les puits de carbone et garantir les bénéfices climatiques des forêts”, a souligné Emma Berglung, Secrétaire générale de la CEPF.

»“Les ressources forestières se développent en Europe et nous devrions promouvoir l'utilisation de bois produit durablement dans les forêts européennes pour réaliser les objectifs en matière de climat et d'énergie et parvenir à une bioéconomie durable. En fait, la stratégie forestière européenne appelle à la gestion, à la croissance et à l'utilisation des forêts, et cela va bien au-delà du fait de les considérer simplement comme des stocks de carbone”, a ajouté Piotr Borkowski, Directeur exécutif de l'EUSTAFOR.

»“Un niveau de référence pour les forêts dynamique est essentiel pour garantir que les investissements soient réalisés là où ils sont réellement nécessaires : dans la gestion durable des forêts. Nous devons maintenir la trajectoire pro-croissance des forêts européennes, afin de préserver le puits de carbone que représentent les forêts de l'UE tout en exploitant davantage le réel potentiel de la bioéconomie”, a indiqué Sylvain Lhôte, Directeur général de la CEPI.

»“L'utilisation du bois issu de forêts gérées durablement est LA clé pour lutter concrètement contre le changement climatique. Les législateurs européens doivent avoir pour ambition de mettre en place un niveau de référence pour les forêts cohérent et dynamique, afin de maintenir la fonction de puits de carbone des forêts et d'assurer une disponibilité appropriée des matériaux, ce qui permettra à la société de bénéficier pleinement du stockage du carbone offert par les produits ligneux récoltés”, a souligné Patrizio Antonicoli, Secrétaire général de la CEI-Bois.

»“Nous déplorons vivement le vote à la commission environnement”, a pour sa part indiqué Liisa Pietola, Présidente du groupe de travail “Environnement” du Copa-Cogeca. “Il signifie une perte pour la croissance et l'emploi dans les communautés rurales ainsi que pour le climat. Nos pays souffrent de plus en plus d'évènements météorologiques extrêmes et les incendies de forêt se font plus fréquents, or cela risque de les pénaliser encore davantage. Les secteurs agricole et sylvicole sont les seuls qui absorbent les émissions de l'atmosphère. L'avis de la commission de l'agriculture a été totalement ignoré”.

»Les organisations faîtières des secteurs forestier et agricole à Bruxelles appellent tous les eurodéputés à adopter une vue d’ensemble concernant l'adaptation au changement climatique et son atténuation dans le domaine de la sylviculture. En cette période de transition vers une société qui ne sera plus fondée sur les énergies fossiles, tous les débouchés de la sylviculture sont nécessaires et les bénéfices devraient être examinés sur le long terme.

»L'EUSTAFOR, le Copa et la Cogeca, la CEPF, la CEPI et la CEI-Bois restent persuadés que les discussions à venir au Parlement européen et au Conseil auront un impact positif sur l'évolution de la proposition.»





2017/08/09

Intelligence artificielle : 5 chiffres-clés à connaître | Microsoft Ideas (@Microsoftideas)
Digital is business



Microsoft Ideas (@Microsoftideas)






«De la traduction automatique aux chatbots, en passant par les algorithmes auto-apprenants, l’intelligence artificielle (IA) recouvre l’ensemble des technologies capables de comprendre leur environnement et d’agir en conséquence. Aujourd’hui, grâce à l’IA, les machines peuvent accomplir des choses qui étaient encore inimaginables il y a quelques années : converser avec un humain en langage naturel, diagnostiquer des maladies… ou traduire des pages Wikipedia en quelques secondes. C’est une nouvelle ère qui s’annonce et les entreprises doivent prendre le train en marche. Pour mieux cerner ce (vaste) sujet, Microsoft Ideas fait le point à travers 5 chiffres-clés.


»1950 : l’année fondatrice

»C’est en 1950 qu’Alan Turing, mathématicien et cryptologue britannique, a publié Computing machinery and intelligence, un article introduisant le test de Turing, censé déterminer si un ordinateur se comporte, ou non, comme un être humain. Encore utilisé aujourd’hui, ce test consiste à mettre un humain en confrontation verbale avec un autre humain et un ordinateur. Si l’humain qui engage l’interaction n’est pas capable de déterminer lequel de ses interlocuteurs est un ordinateur, on considère que le logiciel a passé le test avec succès.

»Plusieurs décennies après, si aucune machine n’a encore réussi le test, les avancées sont colossales. Ainsi, en octobre 2016, des chercheurs Microsoft ont franchi une étape historique : pour la première fois, une IA a atteint la même performance qu’un être humain en transcription d’une conversation audio, une prouesse que personne n’espérait réaliser il y a encore cinq ans.

»Au-delà de l’exploit technologique, c’est un véritable changement de paradigme : pour Harry Shum, à la tête du Microsoft Artificial Intelligence and Research group, nous sommes en effet en train de passer d’un monde où les humains doivent comprendre les ordinateurs et parler leur langage à un monde où ce sont les machines qui doivent nous comprendre (et elles le font de mieux en mieux !)


»11,1 milliards de dollars

»C’est le montant que devrait atteindre le marché de l’IA d’ici 2024, contre 200 millions en 2015, d’après le cabinet d’analyse Tractica. La croissance exponentielle de la puissance des processus de traitement, combinée à une augmentation sans précédent des données disponibles, fait que l’intelligence artificielle est devenue extrêmement attractive pour les entreprises. Son déploiement entraîne des investissements conséquents en termes d’infrastructure, de formation, d’intégration et de maintenance, qui s’ajoutent à une hausse des budgets IT, notamment en ce qui concerne le hardware et le stockage (incluant le cloud).

»“Une nouvelle ère s’annonce, explique Bruce Daley, l’analyste qui a conduit l’étude. Des technologies construites sur le modèle du cerveau humain, comme le deep learning, effectuent des tâches aussi variées que le diagnostic médical, l’évaluation des risques, le program trading, la détection de fraudes, la recommandation de produits, la classification d’images, la reconnaissance vocale, la traduction ou les véhicules autonomes. Et les premiers résultats parlent déjà d’eux-mêmes.”


»1 561 start-up

»Plus de 1 550 jeunes pousses consacrées à l’IA, dans 70 pays différents, sont recensées dans le dernier rapport de Venture Scanner. Avec une levée de fonds moyenne de 22 millions de dollars par entreprise, on atteint le montant record de 10 milliards de dollars levés au total par les start-up de l’intelligence artificielle. Ce sont les applications de machine learning qui concentrent la majorité des investissements : autour de 3,5 millions de dollars pour 425 start-up.

»Certaines de ces start-up spécialisées choisissent de s’appuyer sur l’expertise et la force des grands groupes. En janvier 2017, Microsoft a ainsi annoncé l’acquisition de Maluuba, une pépite canadienne ayant une expertise poussée dans le deep learning et la compréhension du langage naturel. En novembre 2016, le groupe avait déjà établi un partenariat avec OpenAI, une start-up à but non lucratif fondée par Elon Musk, avec l’objectif de faire émerger une intelligence artificielle responsable et sécurisée.


»60 langues

»De l’anglais au maya yucatèque, en passant par le français ou le hmong daw, aujourd’hui, Microsoft Translator supporte 60 langues et se décline pour les utilisateurs dans une application, un widget ou encore Translator for Bing. Des centaines d’entreprises, comme Amazon, LinkedIn, Etsy ou HP, utilisent déjà Microsoft Translator pour leurs contenus et applications, qu’ils soient destinés à l’interne ou à l’externe.

»Une fonctionnalité inédite, introduite en décembre 2016, au Microsoft AI event de San Francisco, permet désormais la traduction en temps réel, et donc de se passer d’un traducteur humain. Fondée sur des algorithmes qui fonctionnent à la manière d’un réseau neuronal, cette technologie est beaucoup plus fluide et proche du raisonnement humain que les systèmes de traduction automatique qui l’ont précédées. Et grâce au machine learning, elle est capable d’apprendre des corpus qui lui sont présentés. A Londres, The Children’s Society l’utilise par exemple pour communiquer avec de jeunes réfugiés.


»+ 40% de productivité

»D’ici 2035, l’intelligence artificielle pourrait contribuer à augmenter la productivité mondiale de 40%, d’après une étude Accenture de 2016.

»“L’impact observé repose sur l’automatisation de tâches de faible niveau assurée par la technologie avec un meilleur rendu final, explique Paul Daugherty, le directeur technique d’Accenture qui a piloté l’étude. Les salariés ont plus de temps dégagé pour accomplir d’autres tâches plus satisfaisantes, résoudre des problèmes et répondre aux questions complexes surgissant au fil de leurs activités.”

»Déjà, l’IA est entrée dans nos bureaux, qu’il s’agisse de Cortana, l’assistant personnel de Windows 10 ou avec des fonctionnalités comme Map, pour Excel. Et, selon un rapport d’IPsoft de janvier 2017, d’ici 10 ans, les machines effectueront 80% des tâches répétitives et chronophages et laisseront donc la place au développement de qualités typiquement humaines : créativité, innovation, intelligence sociale et émotionnelle, résolution de conflits…

»La question n’est donc plus de savoir si la révolution aura lieu, mais comment les entreprises vont embrasser ce changement et adapter leurs workflows… Et elle se pose dès aujourd’hui.»





2017/08/08

Luxembourg 2045. Les 30 glorieuses sont devant nous! | Michel-Edouard Ruben. Publié par la Fondation IDEA (@FondationIDEA)



Info

Document (pdf)




«Comment le Luxembourg pourra-t-il rester compétitif?



»La croissance économique future reposera de plus en plus sur la capacité d’attractivité des pays qui seront mis en concurrence comme lieu de localisation par des entreprises mondialisées qui évolueront dans un environnement où les barrières - réglementaires et tarifaires- aux échanges seront sans cesse réduites. Dans ce contexte, le Luxembourg devra conserver et développer ses forces historiques (environnement multilingue et pro-business, niveau élevé d’investissements publics, pragmatisme et intelligence réglementaires, dialogue social de qualité, dette publique soutenable, prévisibilité fiscale, ouverture aux échanges commerciaux et à l’immigration), tout en veillant à corriger et maîtriser les faiblesses qui pourraient peser sur sa position concurrentielle (retard en termes d’investissements en R&D, tissu d’entreprises de trop petite taille pour s’insérer dans le commerce mondial, pression réglementaire en provenance de l’extérieur, renchérissement du foncier, difficulté à trouver la maind’œuvre qualifiée, etc.).

»En somme, le Luxembourg devra - comme il a très bien su le faire par le passé - disposer d’un modèle productif adapté au nouvel environnement de l’économie mondiale. Cela passera notamment par une fiscalité adaptée, des finances publiques qui laissent assez de marges de manœuvre pour des investissements d’avenir et pour faire face à des chocs économiques, des niveaux élevés de qualification et de compétences de la population active, et une promotion du Luxembourg comme destination à privilégier par la main-d’œuvre qualifiée et les porteurs de projets (cf. supra).

»Par ailleurs, la tendance actuelle de forte concentration des activités des entreprises et de course à la taille devraient se poursuivre lors des prochaines décennies. Par conséquent, malgré les slogans (“small is beautiful”, “think small first”), et les initiatives (“small business act”), il y aura un risque croissant de “ségrégation entrepreneuriale” entre quelques grandes entreprises, beaucoup (trop ?) de microentreprises, et pas assez d’entreprises de taille moyenne dans certains pays ; une telle configuration serait en réalité un “handicap”, puisque les quelques grandes entreprises se trouveraient alors en situation de quasi-monopole - à la fois en termes de parts de marché et de capacité à concentrer la main-d’œuvre la mieux formée - ce qui pourrait déboucher sur des effets indésirables pour le dynamisme des économies (forte vulnérabilité aux performances d’un nombre réduit d’entreprises et captation de rentes par ces entreprises), et à moyen terme nuire à leur attractivité.

»La démographie des entreprises luxembourgeoises - relativement atypique actuellement - devra donc évoluer vers la constitution d’un “Mittelstand” dense en entreprises qui auront la taille nécessaire pour investir (notamment dans la R&D), intégrer les relations internationales (exportation, investissement direct étranger), et permettre un haut degré de concurrence sur le marché national au bénéfice des consommateurs en particulier et de l’économie luxembourgeoise en général.

»La voie suivie par l’Allemagne - pays reconnu pour son réseau d’entreprises de taille moyenne - peut servir de “bonne pratique” à cet égard. Le nombre d’entreprises y est resté relativement stable depuis plus de 10 ans, mais leur taille moyenne a augmenté à la faveur d’un important mouvement de concentration d’entreprises familiales ayant constitué des “groupes” de taille moyenne et intermédiaire dans le but de rester performantes dans un environnement changeant (globalisation accélérée, zone euro, élargissement de l’UE, montée en puissance des économies émergentes, etc.).

»Lors des 30 prochaines années, la transmission et la fusion d’entreprises devraient donc devenir au Luxembourg une composante entrepreneuriale aussi prisée et vantée que la création d’entreprise, et de la logique actuelle de “small is beautiful”, le Grand-Duché pourrait évoluer vers le “new is beautiful” ; il s’agira alors non plus d’avoir des traitements préférentiels - notamment fiscaux - pour toutes les PME (dont certaines ne grandissent jamais et demeurent des microentreprises durant tout leur cycle de vie), mais de cibler de préférence les nouvelles entreprises afin de ne pas entraver le nécessaire processus de création-destruction qui permettra de renouveler le tissu productif, et de favoriser les gains de productivité. Avec la logique du “new, not small, is beautiful”, l’efficience allocative (l’efficacité d’une économie à allouer ses facteurs de production de manière à ce que les entreprises les plus productives grossissent en attirant capitaux et travailleurs, tandis que les moins productives se réduisent, voire disparaissent) s’en trouvera renforcée.

»Enfin, l’innovation sera un déterminant important du dynamisme du tissu productif luxembourgeois et de sa capacité à être compétitif. En plus de la constitution d’un Mittelstand puissant, le Luxembourg devra se doter d’une politique d’innovation ambitieuse, d’autant plus que certains pays émergents - qui pourtant ne faisaient pas partie des leaders technologiques à la fin du 20ème siècle - seront à horizon 2045 des territoires où il deviendra possible de trouver les conditions adéquates (infrastructures, compétences scientifiques, incitations fiscales, etc.) pour localiser des activités de R&D. Cette politique ambitieuse supposera notamment que le Luxembourg conserve et développe une base industrielle solide, que les clusters et la cité des sciences de Belval qui regroupe le triangle de la connaissance (recherche, innovation, enseignement) du Grand-Duché deviennent des acteurs mondialement reconnus pour l’excellence de leur recherche.

»L’Etat devra également inciter, plus activement encore qu’actuellement, aux activités de R&D privée. Car si le Luxembourg figure actuellement en relative bonne place dans les classements de l’innovation et compte - tout de même - 16 entreprises parmi les 1.000 entreprises qui investissement le plus en R&D au sein de l’UE, l’activité de R&D y est, plus encore qu’ailleurs, le fait d’un nombre réduit de grandes entreprises, les dispositifs d’aide à la R&D ne bénéficient qu’à un nombre limité d’entreprises, et le “modèle d’innovation” luxembourgeois semble être de se reposer davantage sur la mobilité technologique internationale (transferts de technologie en provenance de l’étranger) que sur la dépense de R&D intra-muros.

»A l’avenir, parce qu’il y a une dépendance au sentier en matière d’innovation, l’arsenal luxembourgeois d’aides publiques à la R&D privée pourrait- en plus des aides directes et indirectes actuelles - s’étendre à des chèques d’innovation pour les jeunes entreprises. Il s’agirait - sur le modèle suisse - de créer une subvention sous forme de chèque valable sur une période donnée (par exemple 12 mois), ni cessible ni convertible en espèces, destiné à couvrir les prestations d’établissements de recherche (du Luxembourg ou des autres pays de la Grande-Région) “éligibles” au dispositif, afin d’encourager les jeunes entreprises, pas forcément capables de mener leur propre activité d’innovation, à collaborer avec ces établissements.

»Plus généralement, afin d’atteindre - enfin - les objectifs européens de 3% du PIB de dépenses de R&D (dont 75% d’origine privée), il faudra viser l’installation de centres de R&D dans le pays, et donc attirer au Luxembourg des entreprises de secteurs intensifs en R&D (pharmacie, assistance en informatique, industrie électronique et électrique, défense et aérospatial, instruments médicaux) et encore relativement peu présents sur le territoire. Cela sera d’autant plus nécessaire que les soutiens fiscaux aux investissement en R&D ne devraient être possibles que selon l’approche nexus modifiée qui prescrit que les revenus issus des droits éligibles ne peuvent bénéficier d’une imposition privilégiée que sur la partie des dépenses de R&D totales qui a été effectuée dans le pays de domicile en relation avec le total des dépenses de R&D. Même si rien ne permet réellement d’affirmer que les aides indirectes (crédits d’impôts) soient de meilleurs instruments (que les partenariats publics-privés ou les aides directes) pour favoriser la R&D privée, la nécessité d’attirer les centres de R&D passera, probablement, par l’instauration au Luxembourg d’un crédit impôt recherche dans les prochaines années (en plus de l’adoption d’une éventuelle nouvelle patent box en remplacement de l’article 50 bis de la LIR abrogée) ; il s’agira alors de se conformer à une pratique largement rependue (actuellement 26 pays de l’OCDE sur 34 ont un dispositif de crédit d’impôt recherche) et de pouvoir offrir aux entreprises engagées dans des activités de R&D un “catalogue” d’aides d’état complet.



»Comment (bien) négocier les futurs virages technologiques



»“Je crois au cheval. L’automobile n’est qu’un simple phénomène passager” (Empereur Guillaume II, 1859-1941), “nous sommes actuellement affligés d’une maladie nouvelle (...) qui est le chômage technologique” et qui est “dû au fait que nous découvrons des moyens d’économiser de la main-d’œuvre à une vitesse plus grande que nous ne savons trouver de nouveaux usages du travail humain”, “Labor will become less and less important. . . More and more workers will be replaced by machines. I do not see that new industries can employ everybody who wants a job”. Ces 3 idées exprimées à des décennies d’intervalle démontrent combien il est compliqué d’anticiper le devenir d’une nouvelle technologie non encore mature, et que la question de l’impact des nouvelles technologies sur l’emploi n’est pas nouvelle.

»Alors que l’économie mondiale serait en train de connaître une troisième révolution industrielle - voire serait déjà à l’aube de la quatrième révolution industrielle -, il est souvent évoqué la forte probabilité d’un changement radical de l’organisation du travail (fin du salariat, avènement du consommateur-producteur, développement des formes d’emploi atypique (pluri-activité, contrats zéro heure, travail occasionnel sur appel, travail à temps partagé, emploi-postmarchand, etc.)), voire la possible destruction (nette) de millions d’emplois et l’apparition de chômage technologique, en plus des questions éthiques liées à la robotique en particulier, et à l’intelligence artificielle en général.

»En réalité, l’ampleur des effets qu’auront dans les prochaines années l’automatisation et le numérique sur l’emploi, l’organisation du travail, et la nature des entreprises demeure encore largement incertaine. Il est d’ailleurs important de garder à l’esprit qu’entre crise d’adaptation et réticence (parfois rationnelle) au progrès technique, les “ruptures technologiques” mettent du temps à s’installer et à se diffuser au sein des économies, et que la révolution industrielle en cours ne semble pas déroger à la règle.

»A cela s’ajoutent les possibilités qu’auront les autorités (judiciaires, réglementaires et législatives) d’orienter les effets des nouvelles technologies, la question du degré d’acceptation de l’automatisation par les citoyens si elles devraient entraîner des ruptures trop radicales, et les calculs de coût d’opportunité qui pourraient réduire leurs effets sur l’emploi.

»Si la révolution industrielle en cours devrait tout de même s’accompagner, comme souvent évoqué, d’une moindre demande de main-d’œuvre, cela ne remettrait pas forcément en cause le scénario de référence retenu pour le Luxembourg (les 30 glorieuses sont devant nous). Ce scénario reposerait cependant sur une socio-démographie différente compte tenu de l’incompatibilité entre un Luxembourg à 1 million d’habitants en 2045, une moindre demande de travail des entreprises (automatisation à grande échelles de tâches), et un faible niveau d’inégalité.

»Sous l’hypothèse, la plus probable, que le travail ne sera pas remplacé mais que les travailleurs seront replacés avec un recentrage des métiers sur les tâches les moins routiniers, la stratégie gagnante pour le Luxembourg - qui dispose d’atouts mais connait également des retards dans certains domaines (cf. encadré 2)- sera d’attirer les travailleurs qualifiés (politique d’immigration) et de doter la main-d’œuvre des spécialisations et compétences nécessaires (politique de formation) pour accompagner la transition des entreprises vers les industries du futur, qui intégreront de façon croissante les nouvelles technologies numériques.

»Des enjeux majeurs à cet égard seront la construction de filières de formation adaptées aux métiers de demain (numérique, industrie 4.0, finance à fort contenu technologique), l’attrait pour l’apprentissage (formation duale), et la formation continue (y compris dans learning factories, voire dans des fab lab) ; ces développements devraient en effet permettre d’adapter continuellement les compétences des salariés, de réduire les problèmes d’appariement entre offre et demande de travail, et de profiter des externalités positives pouvant découler de collaborations entre les mondes de l’entreprise et de la formation.



»Comment s’assurer d’une croissance inclusive ?



»Même si les inégalités ont progressé au Luxembourg depuis les années 2000, les fruits de la croissance (sous l’angle des revenus) y ont été généralement mieux répartis qu’ailleurs, et les transferts sociaux, largement acceptés, ont pu y tenir leur rôle et atténuer les écarts de revenus disponibles.

»Durant les décennies à venir, la croissance devra continuer à être inclusive et ne pas bénéficier seulement à une minorité. Pour ce faire, l’éducation (initiale et tout au long de la vie) sera le meilleur allié. Si actuellement le Luxembourg ne sous-investit pas dans l’éducation, on y observe toutefois une lutte des “classes” (le niveau d’instruction des enfants est encore souvent le reflet de celui des parents), et des effets d’aubaine en matière de formation continue (ce sont principalement les travailleurs les plus qualifiés qui en bénéficient). Il faudra donc corriger ces inégalités de performance et d’accès, d’autant plus qu’avec la perspective retenue (notamment le maintien d’une place financière forte), la prime salariale dont bénéficiera les personnes les plus qualifiées ira croissante.

»Dans un contexte d’immigration soutenue (et alors que naissent déjà actuellement dans le pays quasiment autant de bébés Luxembourgeois que de bébés étrangers), cela passera probablement par une réorganisation des modes d’enseignement, y compris sur les sujets “épineux” de la langue d’enseignement et des obligations des enseignants. Dans les prochaines décennies, il sera peut être nécessaire de “reconsidérer” la place des langues dans l’enseignement (sans remettre en cause la tradition trilingue des écoles, ni revenir sur le développement de crèches multilingues) et passer d’une éducation en plusieurs langues (luxembourgeois, allemand, français), à une éducation de plusieurs langues (il s’agirait par exemple d’avoir une scolarité complète en allemand (respectivement en français) et d’avoir des cours de luxembourgeois et de français qui ne seraient dès lors plus des langues d’enseignement mais des langues enseignées).

»Dans une telle configuration, les exigences en matière de langues dans le cadre du recrutement du corps enseignant pourraient être réduites (au moins pour les disciplines où le trilinguisme n’est pas fondamental). Il pourrait aussi être nécessaire de dépasser la “préférence luxembourgeoise” pour le redoublement en développant des cours d’appui avant la rentrée (cela pourrait être fait sans coûts budgétaires significatifs en augmentant le contingent d’heures à fournir par les enseignants).

»S’agissant de la formation professionnelle continue, elle devrait devenir une norme répandue puisque les pratiques professionnelles devraient à l’avenir évoluer rapidement. Si en l’état elle bénéficie principalement aux détenteurs de hauts revenus et aux plus grandes entreprises - il conviendra de l’aménager afin de limiter les effets d’aubaine et de la rendre plus attrayante pour les PME et les moins qualifiés (qui y trouveront de quoi accroître leur productivité et leurs perspectives de carrière en mettant à jour leurs connaissances). Le modèle actuel basé sur un taux de cofinancement pourrait ainsi être remplacé par des prêts à taux préférentiel aux entreprises qui seraient fonction de leur taille des entreprises et/ou de leurs performances passées en termes de formation des moins qualifiées, par des crédit d’impôt formation, ou reposé à l’instar de l’initiative “Entreprises partenaires de l’emploi” sur un accord entre les représentants des entreprises, des salariés, et l’INFPC sur des cibles à atteindre en termes de formation continue.

»En plus de réduire les inégalités éducatives et d’accès à la formation, une mobilisation de l’instrument fiscal afin de contenir les inégalités de patrimoine pourrait s’avérer nécessaire dans les prochaines décennies. Compte tenu de la polarisation - qui devrait se poursuivre - entre ménages propriétaires et locataires, l’augmentation des taxes foncières, la révision des exemptions générales en matière de droits de succession dans certaines configurations, et un plafonnement du montant des aides au logement par ménage sont hautement probables. De tels changements pourraient contribuer à corriger le fait qu’actuellement les avantages fiscaux qui favorisent l’accession à la propriété profitent le plus souvent aux ménages les plus aisés et qui disposent des revenus nécessaires pour effectuer l’investissement ouvrant droit à l’avantage fiscal.

»Et parce que les inégalités ne sont pas qu’une question d’argent, des politiques publiques (et des initiatives privées) seront nécessaires afin de réduire la “fracture” observée en termes de fréquentation culturelle, et pour briser le “plafond de mère” - l’arrivée des enfants ayant actuellement un impact important sur les carrières des femmes, qui se traduit par des interruptions d’activités, mais également par un recours accru au temps partiel, voire des changements professionnels. A cet égard, des mesures visant à corriger l’impact des enfants sur les carrières (par exemple les places en crèche) seront plus efficaces que les mesures de compensation (par exemple baby-years, ou Mammerent).»