2016/11/23

Gilles Babinet: «Pour une refonte de notre formation professionnelle»




Gilles Babinet et Bruno Mettling. Les Échos. Gilles Babinet représente la France pour le numérique auprès de la Commission européenne. Bruno Mettling est directeur général adjoint d'Orange et auteur du rapport Transformation numérique et vie au travail



«Un des acquis de la période récente est une assez large convergence quant à la nécessité d'adapter notre coût du travail, tout en préservant les fondements de notre système social. Un choix qui ne sera tenable à terme que s'il s'accompagne d'une transformation de notre outil de formation.

»Nombreuses sont les nations qui, face au besoin de réajustement compétitif dans le contexte de la mondialisation, ont pris le parti de la baisse des coûts salariaux, généralement en limitant sensiblement les prestations sociales ou en déréglementant le marché du travail.

»Quelques-unes, dont la France, ont au contraire fait historiquement le choix de préserver leur modèle social induisant, il faut le concéder, des problèmes de compétitivité qui se traduisent aujourd'hui par un chômage de masse, des difficultés croissantes à financer le système social et un endettement public de plus en plus élevé.

»L'une des réorientations les plus manifestes du gouvernement est d'avoir engagé — en réponse — une politique de l'offre via une baisse des charges liées au travail ainsi qu'un assouplissement de la réglementation du travail d'une ampleur incontestable.

»Prédire l'efficacité de ce type de politique de déflation sociale demeure complexe. S'il faut admettre que le niveau de marge des entreprises françaises s'est amélioré, il reste aujourd'hui encore très en deçà de celui constaté dans les pays de l'OCDE, du fait notamment du choix des entreprises d'affecter en hausse de salaire une part significative de la baisse des charges.

Notre capacité à organiser une formation supérieure de bonne qualité et, surtout, une formation professionnelle qui réponde à ces besoins de cycles courts du monde du digital (la durée de vie d'un langage informatique serait désormais de moins de douze ans) est un impératif qui ne semble que faiblement mobiliser les acteurs du débat politique.

»En toute logique, les politiques sociales devraient avant tout s'inscrire sur le long terme: quelle forme d'organisation du marché du travail, quel niveau de formation, de protection dessinent-elles pour les travailleurs, leurs familles et finalement l'ensemble d'une société ? A l'ère de la révolution numérique, celle d'une accélération sans précédent du développement des techniques et donc des besoins en compétences pointues, à l'heure de cycles d'innovations désormais globalisés et donc de plus en plus resserrés, nous rentrons sans aucun doute dans une ère où la qualité du capital humain déterminera plus encore que par le passé la prospérité des nations. Notre capacité à organiser une formation supérieure de bonne qualité et, surtout, une formation professionnelle qui réponde à ces besoins de cycles courts du monde du digital (la durée de vie d'un langage informatique serait désormais de moins de douze ans) est un impératif qui ne semble que faiblement mobiliser les acteurs du débat politique.

»En réalité, au risque de faire grincer quelques dents, le coût absolu du travail ne veut pas dire grand-chose. Il n'a de pertinence qu'en rapport avec le niveau d'adaptabilité et de productivité des travailleurs. Les exemples danois, suédois ou suisse dessinent largement la voie à suivre. Au-delà des systèmes de flexisécurité qui conditionnent la facilité d'entrée et de sortie du marché du travail à une protection sociale maximale, chacun de ces pays dispose d'outils de formation initiale et professionnelle de grande qualité: le chômage y est faible, si ce n'est inexistant dans le cas de la Suisse, et la productivité parmi les plus élevées au monde.

»Naturellement, la formation ne suffira pas à éradiquer le chômage de masse, mais valider son adéquation avec le marché du travail qui se profile pourrait déjà permettre d'en éradiquer une large part.»





Innovation et idées

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire