2016/09/13

«L’entrepreneur influence le type d’innovation»




Norrin Halilem et Etienne St-Jean. «L’innovation au sein des PME: Proposition d’un cadre conceptuel». 5ième congrès de l'Académie de l'Entrepreneuriat. Innovation et évolution des pratiques entrepreneuriales. Pages 7-8, 10-11, 14-15. Voir les references dans la publication originale du texte.




«L’entrepreneur influence directement le processus d’innovation dans la PME, notamment à travers la manière dont il gère les interactions avec les autres membres de l’organisation et les acteurs externes. Cependant, cette manière de gérer dépendra non seulement de lui-même, mais aussi du contexte dans lequel celui-ci évolue. Dès lors, pour comprendre l’innovation des PME au-delà de l’entrepreneur innovateur, il faut prendre en compte des facteurs qui caractérisent l’organisation. À ce titre, Hoffman et coll. (1998, 45) précisent que l’impact des facteurs internes sur l’innovation prédominerait sur celui des facteurs externes.

»Cette même idée se retrouve chez Subrahmanya (2005), qui précise que les facteurs internes sont des sources de tous les types d’innovation alors que les facteurs externes paraissent plus déterminants dans le cas d’innovations incrémentales. Ces considérations seront l’objet de la prochaine section.


»[...]


»La stratégie de la PME semble influencer deux aspects relatifs à l’innovation dans la PME: le type d’innovation développé et la réussite de l’innovation. Au niveau du type d’innovation développé, l’orientation stratégique semble permettre de discriminer les innovations radicales, provenant des PME “prospectrices”, des innovations incrémentales, qui sont plus souvent développées par les entreprises “défendeur” (O'Regan et Ghobadian, 2005). Celles-ci guident les décisions au niveau de l’investissement dans la R&D, lesquelles influencent l’innovation en contexte de PME (Khan et Manopichetwattana, 1989b). Concernant la réussite de l’innovation, l’orientation vers les clients ou le marché influence la quantité de nouveaux produits innovants introduits par la PME (Salavou et al., 2004) et la réussite de leur introduction sur le marché (Rothwell et al., 1974; Yap et Souder, 1994). Elle permettrait donc de développer l’innovation et celle-ci influencerait la performance de l’entreprise (Han et al., 1998).

»D’ailleurs, les liens que tisse la petite entreprise contribuent à atteindre les objectifs de performance de l’entrepreneur (Larson, 1991). Ces liens permettraient d’obtenir des informations stratégiques essentielles auprès des clients pour guider l’innovation (Yap et Souder, 1994) mais aussi pour augmenter la productivité de la R&D (Yeaple, 1992). Comme le suggèrent Julien et Carrier (2002), cette proximité, parfois organisée sous une certaine forme de vigie commerciale, procure des informations cruciales pour détecter les attentes latentes ou tacites des clients actuels ou potentiels. D’ailleurs, chez les PME de haute technologie, la forte propension à l’innovation des dirigeants semble être un catalyseur aux activités de veille, lesquelles servent notamment à obtenir de l’information stratégique sur les besoins des clients (Audet, 2003). Le lien entre les objectifs stratégiques des propriétaires-dirigeants et les activités de veille est aussi démontré chez les PME manufacturières (voir par exemple Julien et al. (1999)). Il semble donc que les relations avec l’externe jouent un rôle important dans le développement et la réussite des innovations, ce qui sera davantage élaboré dans la section suivante.


»[...]


»À la lumière des principaux déterminants soulevés et des relations recensées au sein de la littérature entre ces derniers, le cadre d’analyse suivant est proposé (voir Figure 1). En résumé, l’innovation est le résultat d’un processus qui débute par la génération ou l’acquisition d’idées et qui se termine par la mise en oeuvre de ces dernières. Dans le cas des PME, l’important rôle assumé par l’entrepreneur et les caractéristiques de son entreprise, telles que le nombre limité du personnel et la flexibilité de la structure, mènent à la conclusion qu’une étude de l’innovation des PME qui se veut systémique doit considérer la perspective de l’entrepreneur, en tant qu’acteur central. Plus particulièrement, les choix de l’entrepreneur vont s’illustrer à travers l’orientation stratégique de la PME.

»Ces choix concernent notamment le niveau d’implication des clients ou des fournisseurs ou de potentiels partenaires dans le processus d’innovation, l’orientation de la structure vers une flexibilité accrue ou encore vers des efforts d’innovation constants. Cependant, la recension de la littérature a tout de même mis en exergue l’importance du personnel et notamment le personnel dit “qualifié” sur le processus d’innovation, ainsi que l’effet négatif d’une trop grande implication de l’entrepreneur dans les projets de développement d’innovations.

»Cette dernière remarque tend à illustrer le rôle assumé par le personnel, qui dans certains contextes, peut s’avérer prépondérant. Cette idée laisse aussi entendre que les PME ne sont pas toutes égales vis-à-vis de leur processus et notamment vis-à-vis de l’innovation, par exemple, lorsque l’on considère les différences selon les secteurs d’activité. Dans le même ordre d’idées, la région de localisation de la PME, ou son milieu, et notamment la présence de certains acteurs au sein de ce milieu tels que des universités, va influencer la PME car les acteurs présents représentent des sources d’informations potentielles ainsi qu’un bassin de personnel qualifié, pour ne nommer que ceux-là.»





Typologies de l’Innovation
Lectures thématiques

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire