2016/07/21

Hubert Guillaud: «Quels enjeux pour les innovations démocratiques?»




Le Monde. InternetActu



«Faire se croiser chercheurs et nouvelles formes d’innovation démocratiques... Telle était l’ambition du débat organisé à Super Public, le 8 juin dernier à l’invitation du politiste Loïc Blondiaux (@loicblondiaux), qui signait récemment une tribune plutôt bienveillante à l’égard des “Civic Tech”, ces solutions qui réinterrogent la démocratie par le levier de la technologie. Mais quelles sont-elles ces innovations? De quelle nature sont-elles? Que proposent-elles?


»Les 7 familles des Civic Techs

»A l’heure où la mairie de Paris envisage la création d’un CiviHall, d’un espace pour accueillir les différentes formes d’innovations démocratiques, il est nécessaire de mieux comprendre leur diversité. C’est ce à quoi nous a invités le designer Armel Le Coz (@armel_lecoz) dans sa présentation en tentant de dresser une typologie de ces formes d’innovation politique. Pour celui qui est aussi un des acteurs de ces transformations, cofondateur du collectif Démocratie ouverte de Parlement & Citoyens, initiateur des Territoires hautement citoyens, ces bouillonnantes nouvelles formes d’innovation sont des réponses à la crise du système politique. “Une double crise, qui est à la fois une crise de légitimité et de confiance et une crise d’efficacité et de résultat”.

»Pour Armel Le Coz, la première déploie des réponses qui visent à nous faire passer d’une culture de la délégation à une culture de l’action, où un certain nombre de citoyens cherchent, via les nouvelles possibilités qu’offre la technologie notamment, à devenir acteurs de l’intérêt général. La seconde, elle, pointe le fait que le système institutionnel actuel semble inadapté pour répondre aux défis environnementaux, sociaux et économiques à venir. Reste que les réponses pour améliorer notre système politique reposent sur deux stratégies, deux visions de la société différente, qui traversent tous les camps politiques. D’un côté, certains proposent des réponses plus fermées, plus autoritaires, alors que d’autres cherchent des réponses dans des modèles plus ouverts, plus démocratiques. C’est bien sûr uniquement dans ce second camp qu’on trouve l’essentiel des nouvelles formes d’innovation démocratiques outillées par la technologie.

»Pour Armel Le Coz, celles-ci se classent en 7 grandes familles. Si la taxonomie a quelques limites, concède d’ailleurs leur auteur lui-même, elle permet néanmoins de prendre conscience que ce mouvement des Civic Tech est plus divers et plus complexe que ce à quoi on le réduit trop souvent.


»Les citoyens autonomes: agir d’abord!

»La première famille est celle qu’il appelle “les citoyens autonomes”. Elle s’incarne dans des formes d’innovations auto-organisées, qu’illustrent bien nombre de projets présentés dans le film Demain. Cette première famille se caractérise par une forte défiance, voire une colère, vis-à-vis des institutions. Pour ceux qui incarnent cette famille, l’important est de participer aux actions plus qu’aux décisions, d’agir.

»Dans cette famille, le designer range pêle-mêle le mouvement des Colibris, les représentants de la décroissance... Des gens qui prônent une action directe sur l’environnement. Mais aussi le mouvement des Zèbres d’Alexandre Jardin, ces “faiseux” qui s’opposent aux “diseux”, qui font plus confiance aux entrepreneurs qu’aux politiques. Dans cette famille on trouve aussi les associations et ceux qui relèvent de l’économie sociale et solidaire, parce que pour ces derniers, l’acteur public n’a plus le monopole de l’intérêt général. Parmi les innombrables acteurs de cette famille, Armel distingue Alternatiba qu’une de ses représentantes vient rapidement nous présenter.

»Alternatiba est un mouvement citoyen né à Bayonne en 2013, comme une réponse concrète à l’urgence climatique. Alternatiba est un village visant à rassembler une multitude d’initiatives alternatives pour se présenter au public. “L’objectif de ce village était de mobiliser les gens autour du climat, de faire rencontrer les porteurs d’alternatives et d’interpeler les dirigeants de manière concrète”. Depuis, forts de ce premier succès qui avait mobilisé quelque 12 000 personnes, plus de 113 “villages” éphémères ont éclos, touchant plus de 500 000 personnes. L’association a organisé un tour d’Europe en vélo sur plus 5500 km, multipliant les débats et les conférences à chaque étape pour mobiliser et sensibiliser la population. Lors de la Cop21, Alternatiba a animé le village mondial des alternatives. Récemment, Alternatiba a fusionné avec Action non violente Cop21 pour se faire avancer sa cause vers des actions de désobéissances civiles non violentes.


»Les révolutionnaires: expérimenter de nouvelles formes politiques

»Si la première famille prône l’autonomie, la seconde va plus loin encore (même si les liens entre chaque catégorie sont certainement plus poreux qu’il ne semble). “Les révolutionnaires” refusent le fonctionnement du système politique et institutionnel actuel. Ils cherchent à déstabiliser voire hacker le système via les élections ou la pression populaire. Ils veulent mettre en place d’autres règles du jeu, ils rêvent d’un autre fonctionnement pour la société.

»Parmi ceux-ci bien sûr, NuitDebout, qui, par le mouvement de réappropriation de la place publique, utilise la contestation pour remettre en débat la société. Pour eux, l’enjeu est à la fois de trouver de nouvelles formes de pression sur les institutions et d’expérimenter de nouvelles formes de politique. Armel Le Coz range aussi dans cette famille les différentes primaires citoyennes que sont La Primaire.org, La vraie primaire ou la primaire des Français... qui veulent hacker la présidentielle en faisant élire un candidat citoyen et remettre en cause la politique professionnelle et le fonctionnement des partis politiques eux-mêmes. Il range encore dans cette famille les citoyens constituants (inspiré des ateliers constituants d’Etienne Chouard, bien que visiblement les deux n’aient plus d’affinités communes) qui prônent, parmi d’autres, le tirage au sort et l’écriture d’une constitution réellement démocratique.

»On y trouve aussi les nombreux projets de Sénat Citoyen et de référendum d’initiative citoyenne. Et bien sûr, MaVoix, un collectif qui souhaite “hacker” les législatives de 2017 en testant un modèle de démocratie directe visant à tirer au sort des candidats pour les législatives afin d’élire des députés “augmentés” (ou diminués, selon la façon dont on observe la proposition), devant répondre de leurs votes auprès de leurs électeurs.

»Comme l’expliquent ensuite plusieurs représentants de MaVoix, ce collectif sans porte-parole n’est ni un parti ni une association. Il regroupe des citoyens qui envisagent une autre façon de vivre et de faire la démocratie. Cette “expérimentation” vise à “disrupter un système qui ne répond plus à ce que les citoyens peuvent attendre en terme de représentation”. Pour eux, “la démocratie est un chemin où tout est à ré-inventer”. MaVoix défend un principe d’horizontalité visant à mettre chacun en capacité d’agir en assurant une formation politique à ses membres par l’échange de compétence. Le collectif refuse la personnification et la représentation... Il imagine une expérimentation de démocratie directe, augmentée par les outils numériques. Pour lui, l’enjeu est de faire élire des citoyens volontaires, formés et tirés au sort, qui voteront durant leur mandat sur toutes les lois selon la façon dont ses électeurs le décideront. Lors des législatives partielles de Strasbourg, MaVoix a pu expérimenter concrètement ses idées. Un appel à candidatures via une petite annonce corédigée par le collectif a invité des citoyens à se porter volontaire pour cette élection. 16 personnes (9 hommes et 7 femmes) ont répondu à l’appel (la plupart des hommes venaient de Strasbourg, mais aucune femme).

»Une fois ces candidats rassemblés, ils ont suivi une formation à distance pour comprendre ce que signifiait être député. Des modules de formation spécifiques pour assesseurs et mandataires financiers ont été mis en place. Une visite de l’Assemblée nationale a été organisée. Un tirage au sort, Place de République à Strasbourg, a désigné un candidat. Les participants à ce rassemblement ont imaginé de manière contributive l’affiche de campagne, très évocatrice, puisqu’elle consistait en un miroir et un slogan (“qui me représente le mieux?”) prenant un séduisant contre-pied à la communication politique traditionnelle. Pour financer sa campagne, MaVoix a fait appel au financement participatif. Lors du suffrage, le candidat a réalisé 4,25% des suffrages, rassemblant 598 voix. Pas suffisant pour être élu, mais suffisant en tout cas pour poser des questions et faire réfléchir. Si l’expérience de MaVoix a bien des limites (puisqu’elle suppose pour s’exprimer pleinement d’obtenir des élus et qu’ils soient suffisamment nombreux pour que leurs propositions portent), elle renvoie en tout cas à celles, tout aussi nombreuses, de la politique aujourd’hui.


»Les formateurs: créer des citoyens critiques?

»La troisième famille que distingue Armel Le Coz est celle des “formateurs”... Des acteurs souvent issus de l’éducation populaire, de la médiation numérique, du théâtre ou des pédagogies alternatives qui cherchent avant tout à diffuser une culture du collaboratif, une pédagogie de l’autonomie et de la responsabilité. Dans cette famille, le designer range l’Université du Nous qui sensibilise et forme entreprises et associations à de nouvelles formes de gouvernance, à des méthodes de créativité, d’intelligence collective, de facilitation, de gestion de conflits... ainsi qu’à des techniques de décision par consentement, allant de la sociocratie à l’holacratie. Ici, l’enjeu est de transformer les gens, de former des citoyens actifs et autonomes, de les armer à l’utilisation d’autres méthodes démocratiques. Mais il y en a de nombreux autres. Comme Accropolis, la webTV qui décode les débats politiques de l’Assemblée nationale, ou les youtubers d’Osons Causer... Ici, l’enjeu est de parler de politique simplement, de décrypter les coulisses des institutions, et d’utiliser le numérique pour parler au plus grand nombre. En cela, ils se rapprochent également des Scop d’éducation populaire comme Le Pavé devenu depuis Le Contrepied et La Trouvaille, célèbres pour leurs conférences gesticulées. L’enjeu de ces mouvements est de créer des citoyens critiques et engagés. Enfin, Armel Le Coz fait également entrer dans cette catégorie des lieux et structures aussi variés que Coop-Cité, Liberté Living Lab ou Super Public... ou le projet d’adapter le projet de CivicHall new-yorkais à Paris, comme annoncé par la maire de Paris, Anne Hidalgo. Pourtant, c’est un autre projet qu’Armel Le Coz appelle à se présenter.

»Voxe.org est un comparateur de programme politique open source et... neutre. Né avec la présidentielle de 2012, Voxe a eu pour ambition de faciliter l’accès à l’information politique en rendant accessible la comparaison de programmes. Depuis 4 ans, la startup a déployé ses outils sur 23 élections dans 16 pays – et prépare déjà les élections de 2017. Son travail ne se limite pourtant pas aux élections. L’enjeu pour elle est aussi de susciter l’engagement citoyen au quotidien, que ce soit via sa lettre d’information ou son blog en aidant à décrypter les enjeux de Nuit Debout ou de la Loi Travail. Voxe teste, expérimente. Sur la loi travail, le site a demandé à ses lecteurs leur avis et les a invités à interpeler leurs élus. Pour celui qui en présente les enjeux, donner des outils aux citoyens pour comprendre, c’est aussi leur donner des outils pour avoir un impact sur la vie publique. Pour Voxe, l’enjeu est de réinventer l’éducation civique d’une manière ludique, pour expliquer ce qu’est le Grand Paris, à quoi sert une région... L’enjeu n’est pas seulement de donner un cadre théorique sur le fonctionnement des institutions, mais aussi de donner des outils pour s’engager dans la vie publique. Aujourd’hui, la startup prototype des ateliers pour aider les gens à être plus à l’aise dans les débats et imagine des stratégies de mobilisation citoyenne pour avoir un impact sur l’élaboration des lois.


»Les transformateurs: peut-on changer le système de l’intérieur?

»“Les transformateurs” cherchent, eux, à changer le système de l’intérieur. Ils travaillent auprès des institutions et des décideurs pour les aider à changer de méthode, de modes d’organisation ou de posture. Ils utilisent la formation et les méthodes d’accompagnement au changement. Dans cette famille on trouve à la fois les Territoires hautement citoyens qui développent des outils, des méthodes, des formations et des analyses autour de territoires qui mettent la démocratie au coeur de leur fonctionnement, à l’image de Mulhouse, Trémargat, Kingersheim, Grigny, Grenoble, ou Mouans-Sartoux (qui gère tous ses services publics en régie municipale directe), ou encore, l’un de ceux qui est devenu le plus emblématique, Saillans. Dans cette famille on ne trouve pas seulement des territoires qui font la preuve de ce qui est possible par l’exemple ou qui libèrent les énergies citoyennes. On trouve aussi des institutions qui cherchent à réinventer les institutions comme, à leurs mesures, le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique ou Etalab. Faire autrement les politiques publiques, c’est l’enjeu également de la 27e Région qui depuis les méthodes du design expérimente des logiques de transformation des politiques publiques.

»C’est ce dont témoigne Yoan Ollivier designer à Plausible Possible. L’entrepreneur qui dirige ce studio de design de service accompagne les collectivités pour transformer leurs politiques publiques. Il revient sur un exemple, une de ses nombreuses expériences. Le studio a répondu à un appel d’offres pour réécrire la charte du pays de Combraille en Marche dans la Creuse. Les chartes de pays, le plus souvent, sont des rapports peu utilisés, assez complets et remplis de banalités visant à établir un programme sur 10 ans pour donner les orientations politiques et pratiques d’un territoire. La rédaction de ces documents implique assez peu les populations et encore moins les acteurs économiques. “Comment transformer un document administratif en objet de dialogue citoyen? Comment dépasser les écueils de la description de l’avenir d’un territoire rural, consistant souvent à imaginer un futur déjà passé ou à se projeter dans les mêmes services que ceux qu’on trouve en ville?” Tout l’enjeu de la fabrique des futurs a consisté à faire imaginer et filmer par les gens eux-mêmes ce qu’ils imaginaient pour leur territoire. Et surtout, de laisser les gens faire. Ce qui a été produit, “ce ne sont pas de bons films, mais ce sont des films qui parlent aux gens“, explique le designer. Les gens se les ont appropriés. Ils ont été diffusés dans le cinéma. Ils ont permis à des projets de se développer. L’un des scénarios qui est sorti des discussions avec les gens par exemple reposait sur les stations-service: dans un territoire rural, le service le plus important, c’est la station-service. Quel serait l’équivalent d’une station-service pour les services publics? C’est ce que les gens ont cherché à imaginer... Tout l’enjeu, conclu Yoan Ollivier était ici d’être un facilitateur pour faire se rencontrer initiatives locales et initiatives politiques, les aider à discuter.


»La démocratie participative... traditionnelle

»La cinquième famille que présente Armel Le Coz nous est plus familière. C’est celle de la démocratie participative traditionnelle. Une démocratie d’origine institutionnelle, à l’initiative des collectivités et des administrations, cherchant à développer des modalités de participation citoyenne. Si elle est souvent perçue comme de la communication descendante, elle produit parfois des choses efficaces ou innovantes. Bon, reconnait néanmoins le designer, ses réalisations demeurent souvent laborieuses pour ne pas dire besogneuses. On connaît les conseils de quartiers, les conseils de jeunes, d’anciens, de citoyens, de développement ou les expérimentations de budgets participatifs. On y croise beaucoup de dispositifs et d’outils différents, parfois croupions ou de façades, parfois plus réussit, à l’image de la Commission nationale du débat public qui réalise des consultations réglementaires en amont de grands projets d’infrastructures, qui teste des procédures de participation mobile ou en ligne, ou des formes de jury citoyens...

»C’est Myriam, chef de projet développement local à Villejuif qui est venue témoigner. Impliquer les habitants d’un quartier difficile ne s’improvise pas, rappelle-t-elle. Ça prend du temps. On ne peut pas arriver avec un projet tout prêt. Il faut créer les conditions pour que les habitants produisent et construisent un projet. Pour cela, il faut commencer par regarder les talents et les potentiels d’un quartier. Car avant de construire un projet de développement, il faut d’abord reconstruire une identité collective. Participer ne s’improvise pas, surtout pour les publics qui sont les plus éloignés de la participation. A Villejuif, il a fallu tout reprendre au début. D’abord retrouver du plaisir à être ensemble. Ensuite développer du faire ensemble, une expérience commune. Ensuite, construire des représentations communes du bien commun. Enfin, il faut finir par trouver le cadre d’une gouvernance, d’une discussion avec l’institution. Visiblement, le projet que porte Myriam à Villejuif en est là. Le prototype de participation est construit, reste à ce que la municipalité ose l’institutionnaliser. Cette étape n’a pas l’air plus simple que les autres. Après avoir transformé la position des habitants, il faut faire évoluer celle des élus et de l’institution. Il y a encore visiblement un pas à franchir.


»Les geeks: appliquer la logique des réseaux à la politique

»Les Civic Tech formeraient-elles une catégorie à part? Peut-être esquisse Armel Le Coz en rassemblant dans cette famille de “geeks” des outils purement et nativement numériques. Souvent assimilés à des formes de gadgets, les promoteurs de ces outils annoncent vouloir révolutionner la politique en lui appliquant des logiques pair-à-pair. Même si elle s’incarne le plus souvent dans des outils, la promesse repose avant tout sur d’autres types de fonctionnements inspirés par le web et les réseaux... Plus qu’une catégorie, le designer égraine un inventaire de sites allant des plateformes pétitionnaires Change.org à We Sign It ou Avaaz; les plateformes de signalement et de dialogue élus citoyens comme Tell my City, Fluicity, Communecter, Parlement & Citoyens, Demodyne, Civocracy, Questionnez vos élus, Politizr, la Fabrique de la loi, Baztille; de débat et de médias comme Le Drenche; de mobilisation citoyenne comme Fullmobs; de vote comme Multivote, Democracy OS (et son équivalent Américain), Loomio, Assembl...

»Plus que des pure players du secteur, la catégorie rassemble, imparfaitement, des outils numériques par nature qui agissent pourtant de plein de manières différentes. À moins que ce ne soit plutôt une famille en devenir avec des projets dont le rôle serait encore insuffisamment caractérisé?

»Stig est une plateforme de consultation citoyenne dont le nom vient de la Stigmergie qui fait référence à des formes d’auto-organisation chez les fourmis et les termites, et qui prône des formes de contributions conduites par les idées plus que par les personnes. Pour son fondateur, les députés sont censés légiférer en fonction de la volonté générale. Or, ni les citoyens ni les élus ne connaissent cette volonté générale. C’est ce fossé, cette fracture que cherche à combler l’application sociale. Sur Stig, les citoyens proposent des idées, votent, les améliorent par amendement. Un algorithme classe les idées en tentant de mesurer leur intérêt général. Lancée en février, la plateforme a récolté 2000 contributions et 120 000 votes. Bientôt les citoyens pourront réagir aux décisions et votes des députés et l’application proposera aux élus des tableaux de bord pour mesurer le succès de leurs idées et les comparer à celui des idées des autres députés. La plateforme envisage aussi de lancer un service dédié aux associations et entreprises, leur permettant d’y développer des formes démocratiques ou des budgets participatifs. Eh oui, à l’heure où les interrogations sur les modes d’organisations impactent le monde de l’entreprise, les marchés s’élargissent!


»Les fédérateurs?

»Armel Le Coz termine son jeu des 7 familles, par ceux qu’il appelle les “fédérateurs”, ces organisations qui cherchent à fédérer les initiatives, qui organisent événements, rencontres et débats, travaillent à acculturer les acteurs et les décideurs. C’est le travail par exemple de démocratie ouverte, de l’Institut de la concertation, de Décider ensemble, de l’Union nationale des acteurs et structures du développement local, du Groupement national des initiatives et acteurs citoyens, du Pouvoir citoyen en marche, de Synergie(s) démocratique(s), ...

»Pas sûr que ce classement soi complètement satisfaisant bien sûr. Depuis leur origine entre innovation publique et innovation sociale, ce que recouvre les technologies civiques n’a cessé d’être discuté. Faut-il ranger dans cette catégorie ce qui ressort de l’accès aux données publiques ou les formes de financement participatif? Faut-il élargir le panel des outils à ceux qui souhaitent apporter des solutions démocratiques jusque dans l’entreprise? Les taxonomies ne sont jamais simples.


Depuis leur origine entre innovation publique et innovation sociale, ce que recouvre les technologies civiques n’a cessé d’être discuté. Faut-il ranger dans cette catégorie ce qui ressort de l’accès aux données publiques ou les formes de financement participatif? Faut-il élargir le panel des outils à ceux qui souhaitent apporter des solutions démocratiques jusque dans l’entreprise? Les taxonomies ne sont jamais simples.

»Des limites des outils démocratiques...

»Loïc Blondiaux concède avoir une fascination critique pour ces nouveaux outils et ces nouvelles pratiques... C’est pourquoi il a voulu inviter quelques chercheurs, pas nécessairement spécialistes de ces questions, à réagir à ces présentations, pour faire se croiser les deux univers.

»Réagir en direct à des projets qu’on connaît seulement de la manière dont ils viennent de se présenter n’est pas un exercice évident souligne avec raison Stéphanie Wojcik (@stephaniewojcik), chercheuse en sciences de l’information et de la communication et qui anime notamment le Réseau Démocratie électronique. Pour elle, les Civic Tech regroupent surtout des “entrepreneurs de démocratie numérique”, qui effectivement proposent des initiatives riches et diverses, souvent stimulantes. Reste que dans les présentations, plusieurs choses l’ont marqué, notamment des tensions qui semblent traverser les diverses familles. D’abord autour de la manière dont sont présentés les citoyens. Certains semblent partir d’un présupposé: le citoyen doit être éduqué. D’autres au contraire insistent sur un autre rapport à ses connaissances et expertises, cherchant plutôt à mobiliser ses savoirs pratiques, comme l’a montré l’expérience de Villejuif.

»Une autre tension se révèle dans le rapport à la décision et aux institutions. Beaucoup d’initiatives semblent se développer en pensant qu’il n’existe rien en matière de démocratie participative, juge certainement rapidement la chercheuse, oubliant que ceux qui lancent ces initiatives s’ils peuvent être naïfs ou idéalistes ne sont en rien des béotiens. Plus que des révolutionnaires beaucoup d’initiatives penchent plus du côté des réformateurs. MaVoix par exemple est plus une initiative réformatrice que révolutionnaire, car prôner une meilleure représentation n’est pas la remettre en cause. Or, poser la question de la professionnalisation en y répondant par de la formation pair-à-pair semble plutôt reconnaitre qu’il faut des compétences pour faire de la politique.

»Pour Stéphanie Wojcik, toutes ces initiatives reposent sur une idée que la technologie suffirait pour révolutionner la politique. “Nous sommes là face à des propos souvent répétés, mais toujours contredits par les recherches”. Le numérique ne suffit pas. Les médiations humaines sont plus essentielles que les médiations techniques. C’est peut-être là encore regarder les initiatives par le prisme de leur outil. Ce que l’on voit de mavoix en ligne montre assez peu toute l’énergie des réunions et discussions qui se déroulent derrière l’écran.

»Enfin, une dernière tension interroge les modalités pour faire collectif. D’un côté on s’appuie sur des valeurs, de l’autre on parle d’intérêts. Derrière les outils qu’on nous présente, on nous montre aussi une certaine conception de la citoyenneté, notamment celle d’un citoyen individualiste, prompte à faire valoir ses intérêts. Stéphanie Wojcik rappelle qu’il existe une typologie qui mobilise plusieurs types de démocratie. La démocratie individualiste libérale, la plus présente dans les initiatives présentées, qui considère le citoyen comme un individu consommateur d’un service qui fait valoir son point de vue. Une vision qui renvoie à des modalités de faire collectif sur le web, à l’image des utilisateurs de Trip Advisor, où le citoyen est invité à classer les idées comme il note et classe les hôtels et restaurants. Autre forme de démocratie qui pourrait être mobilisée, c’est la démocratie délibérative, visant à faire discuter ensemble les citoyens... Une autre forme est celle de la démocratie du contre-discours, qui vise à porter un discours alternatif ou contradictoire aux institutions comme le propose Change.org.

»Enfin, pointe la chercheuse, il faudrait interroger quels sont les publics participants de ces différentes initiatives et expérimentations. Notamment pour savoir si ces dispositifs parviennent à mobiliser d’autres publics que ceux qui en portent le discours...

»Le sociologue spécialiste des controverses et de l’analyse textuelle, Francis Chateauraynaud, directeur du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive à l’École des hautes études en sciences sociales, avoue avoir été également sous le charme des présentations, de leur énergie, de leur enthousiasme. Pour le chercheur et praticien, le numérique a toujours été un champ de force et la sociologie de laquelle il participe a toujours eu pour objet de fabriquer des outils pour rendre le web plus intelligible, à l’image de Prospero ou Marlowe, deux des outils que Francis Chateauraynaud a développés. Pourtant, les lanceurs d’alerte nous ont montré que le numérique n’était pas un monde dénué de rapports de force. Or, le sociologue se demande si les initiatives réinterrogent suffisamment les outils qu’ils utilisent.

»Comme les porteurs de ces initiatives, les chercheurs sont désormais sommés de devenir des entrepreneurs. Or, comment faire de la critique sociale, comme nous y invitaient Luc Boltanski et Eve Chiapello dans Le nouvel esprit du capitalisme à travers toutes ces expériences? Comment organiser un nouveau sens critique dans ce fourmillement d’outils et de positionnements et ce d’autant qu’il y a plein de formes de citoyenneté, allant du riverain à l’électeur par exemple? “Investir des solutions n’aide pas toujours à construire les problèmes”. Trouver un équilibre collectivement construit n’est pas si simple avec ces outils qui déplacent toujours l’expérience qu’on en fait...

»Pour le politiste et militant écologique, Bastien François (@bfrancois_eelv), si le militant est plutôt bienveillant, le politiste, lui, est plus désenchanté et sait que construire les dispositifs matériels des démocraties prend du temps. “Si le suffrage universel masculin date de 1848, il a fallu attendre 1913 pour que s’instaure quelque chose qui nous semble aussi évident que l’isoloir et l’enveloppe pour y placer son bulletin”, rappelle le spécialiste de la sociologie politique. Pour le chercheur, ces initiatives semblent avoir une certaine naïveté dans leur rapport au savoir. La volonté de “co-construction” cache une boîte noire, qui masque toujours les questions de fond, à savoir qui produit le savoir et dans quel but? Autre question que pose le chercheur, celle du rapport à la généralisation des expériences. “Presque jamais on a des choses qui partent du local pour construire des règles”. Le risque n’est-il pas que ce foisonnement d’initiatives soit d’emblée limité par son localisme? Ce foisonnement est certes stimulant, mais est-il suffisant?

»Le sociologue Mathieu Berger, s’il se dit fasciné par l’exercice également, n’en reste pas moins critique. Malgré la gamme des modalités proposées par les 7 familles, beaucoup d’initiatives présentent un engagement à la première personne. Ne sommes-nous pas là face à une dérive de la démocratie à la première personne? Où est le collectif? Où sont les publics absents?

»Si tout le monde use et abuse du mot “démocratie”, force est de reconnaître combien ce mot peut cacher des choses très différentes. “Derrière ce signifiant très vague, on est obligé, pour converser, de croire qu’on entend la même chose. Mais si on devait en creuser le sens, assurément, on s’écharperait”. Ici, on met en oeuvre des moyens, des solutions, on veut que ça fonctionne... en oubliant un peu combien la démocratie est aussi un problème. Dans le Nouvel esprit du capitalisme, Boltanski et Chiapello regardent comment le capitalisme se distribue dans les formes démocratiques. Ici, on a aussi l’impression qu’on raccroche la démocratie à des univers différents, concurrentiels, contradictoires les uns avec les autres. Le compromis industriel, l’ingénierie de la concertation que posent les Civic Tech soulignent aussi ces contradictions.

»Pour la constitutionnaliste Marie-Anne Cohendet, l’important est de regarder le sens de ces expériences, la manière dont elles peuvent se combiner à d’autres, plus que de chercher à les classer, à les hiérarchiser ou à les opposer. En Nouvelle-Calédonie, on élabore le code de l’environnement en invitant les tribus canaques à définir des règles qui reflètent leur volonté pour qu’elles soient efficaces. Face à la disparition des tortues, c’est aux Canaques de définir les règles auxquelles ils doivent se soumettre pour remédier au problème. On ne ferait pas de participation via l’internet avec les tribus de Nouvelle-Calédonie. Si Marie-Anne Cohendet est fascinée par l’optimisme et la bonne volonté de ces initiatives, elle aussi se pose la question du public. Comment faire entrer dans ces systèmes ceux qui en sont exclus? Ces initiatives ne peuvent venir en remplacement d’autres, mais doivent se combiner avec elles.

»Pour elle, une autre limite de ces initiatives est qu’elles semblent manquer de débat. Comment ces outils permettent-ils d’écouter le point de vue des autres? Les systèmes techniques n’ont-ils pas plutôt comme caractéristique de nous enfermer dans une bulle, qui n’est pas la démocratie? Ils posent également des questions de valeurs cachées dans les processus mis en place. Sur laPrimaire.org par exemple, le classement a tendance à faire émerger des gens sur leurs qualités d’orateurs, des gens capables de débattre et de formuler des propositions... Les compétences (non explicites) ne sont-elles pas plus importantes que les valeurs, alors que c’est celles-ci qui devraient être au coeur des débats?

»Enfin, les projets ont mis en avant une certaine vision de la démocratie, proche de Rousseau, consistant à ne vouloir obéir qu’aux règles qu’on a consenties. Peut-on résumer la démocratie à cela?


»... aux limites de la démocratie

»Les interventions des chercheurs semblent avoir un peu électrisé l’assemblée composée surtout d’innovateurs des Civic Tech. Le débat va sans conteste être l’une des phases les plus intéressantes de la soirée.

»La grande question qui revient sans cesse, dans les critiques des chercheurs comme dans les discussions porte sur l’accessibilité. Le numérique exclut-il? Et si c’est le cas, exclut-il plus que les formes démocratiques que l’on connait?

»Pour une personne du public, la question de la légitimité des outils actuels, comme leur accessibilité, est tout aussi limitée. Les enquêtes publiques lors d’une révision d’un plan local d’urbanisme par exemple, accessibles uniquement en mairie, à certains horaires, excluent de l’information ceux qui ne peuvent s’y rendre ou n’ont pas l’information pour en comprendre l’enjeu... On prête au numérique une difficulté d’accès, qui n’est peut-être plus si vraie ou qui pose autant de difficultés que d’autres modalités d’accès. “La complexité d’un formulaire papier peut-être pire qu’une application web”. Le web permet aussi de développer de nouvelles formes de médiation, qui peuvent être plus inclusives que nos formes instituées. Pour Bastien François, la question de l’accessibilité s’est toujours posée. A l’époque de l’invention de l’isoloir et du secret du vote, il y a eu nombre débats sur la taille des enveloppes comme sur la capacité des gens à s’en servir: certains pensaient qu’y glisser un bulletin était inaccessible aux gros doigts des paysans... Les questions d’apprentissages se sont toujours posées. Faire de la société un monde toujours plus inclusif est un enjeu qui doit toujours être réinterrogé et qui l’est toujours.

»Pour Jérémie Paret de Stig, l’accessibilité n’est plus une question d’équipement. Depuis 2008, avec la révolution de l’interface utilisateur naturelle, nous n’avons plus à savoir conduire une souris. Désormais, on a des boutons et tout le monde peut appuyer dessus. “L’interface c’est nos doigts”. Ce qui reste inaccessible ne l’est que parce qu’il a été mal conçu. L’accessibilité n’est plus une question, les smartphones ont tout changé.

»La question de ceux dont on se coupe a toujours existé, concède Matthieu Berger. Les formats choisis excluent toujours, même les plus auto-inclusifs, comme ceux reposant sur la danse ou le jardinage... Ils supposent toujours une capacité ou une adhésion, explique-t-il en faisant référence à La grammaire de la responsabilité du sociologue Jean-Louis Genard. On pense toujours la responsabilité à partir des capacités et des compétences, au détriment du vouloir, du savoir, du pouvoir ou du devoir. La question très débattue de la participation des enfants à la démocratie par exemple, montre combien nous sommes toujours dans l’embarras face à ceux qui en sont exclus, ce que montre également très bien un dossier sur les limites de l’inclusion démocratique évoquée par la revue Participations.

»Cela ne suffit certainement pas à distribuer la capacité d’agir d’une manière égale ou équitable, mais pointe que l’enjeu n’est pas aussi technologique qu’on le pense. Un autre participant souligne que le déterminisme n’est pas tant sur la technique ou l’âge. “Le numérique tente d’inventer de nouvelles manières de prendre des décisions, mais ces décisions, au final, on n’a jamais le droit de les prendre. L’enjeu reste toujours, comment être entendu?”

»Pour Yoan Ollivier, la question d’être entendu est devenue compliquée. Les élus sont souvent de bonne volonté estime-t-il, mais ces questions reposent sur beaucoup d’incompréhension. Bien souvent, les élus sont ouverts à la participation, mais ne savent pas la mettre en oeuvre dans les processus existants. Comment s’assurer que les gens sont en capacité de décomposer les problèmes dans les systèmes actuels? Cela nécessite aussi de comprendre ce qu’est la bureaucratie aujourd’hui, comment elle fonctionne, comment on la diminue, comment on aide les gens qui y sont perdus? Comment on aide les gens à formuler leur problème, comment on aide les structures à s’adapter aux requêtes?...

»Pour Quitterie de Villepin (@quitt3rie), la critique est facile. “Pour la plupart des gens, le numérique, c’est comme le bio, c’est pour les bobos”. C’est mal comprendre ce souffle de gens qui se réintéressent à la mécanique démocratique. Or, le problème est que c’est le coeur de la mécanique, le processus de prise de décision lui-même qui coince, qui est bloqué. Ces initiatives ne sont que des façons de chercher d’autres voies. “On oppose à ces initiatives un idéal démocratique qui n’existe pas”. La plupart des difficultés sur lesquels tranche la politique ne sont plus atteignables de manière démocratique comme le montrent les questions de surveillance, Hadopi, la loi travail, le problème des paradis fiscaux ou le Tafta. Une autre intervenante appuie là où ça fait mal en revenant sur l’expérience démocratique de Syriza en Grèce, dont le programme n’a pas pu être appliqué malgré son soutien démocratique. La question démocratique ne peut plus s’entendre sans la question économique, à l’heure où celle-ci impose ses règles au politique.

»Chercheurs comme porteurs d’initiatives expriment finalement un malaise commun, même si les réponses qu’ils apportent ne sont pas les mêmes.

»Dans ce “bel exercice de dialogue interculturel” on voyait également d’autres choses. Que si les thuriféraires des Civic Tech peuvent paraître naïfs, ils ne sont pas du tout ignares. Au contraire. Si les plateformes qu’ils développent sont imparfaites, les questionnements et les débats qui y mènent sont eux bien plus argumentés. Ils ne se réduisent pas à l’imperfection des outils et des expérimentations.

»Toutes ces innovations ne sont pas de même nature et n’ont pas le même impact. Les applications type pétition en ligne sont devenues des outils puissants, mais pour exister dans le paysage politique, pour dépasser leur milieu technique, encore faut-il que l’exécutif leur donne une reconnaissance, par exemple en permettant que les pétitions à partir d’un certain niveau puissent avoir un impact... On en est loin, et c’est certainement aujourd’hui, dans la configuration de nos institutions elles-mêmes, que perdure un vrai blocage.

»En fait, la Civic Tech porte très mal son nom. Elle n’est pas une initiative technologique... Il me semble que la regarder sous l’angle des outils n’aide pas vraiment à comprendre ce qu’il se passe. Comme dans le monde des entreprises libérées (qui utilise d’ailleurs certains outils communs, mais pas seulement: souvent elles préfèrent avoir recours à des méthodes volontairement non technologiques), on est là face à des initiatives qui tirent le constat des limites de systèmes, de leurs dysfonctionnements et tente d’apporter des réponses... qui passent ou se mettent en visibilité par des outils technologiques. Ces réponses utilisent les capacités des outils pour réinterroger autrement les méthodes et processus organisationnels et démocratiques existants qui n’ont rien de vertueux ou d’exemplaires. En regardant les CivicTech, on se focalise sur les outils techniques, alors qu’ils ne sont que des moyens, des leviers pour questionner les méthodes d’organisation démocratiques. Bien souvent, l’angle technique masque complètement tous les autres processus délibératifs qui ne sont pas documentés par la technologie. On peut certes trouver certaines de ces initiatives naïves ou maladroites ou partielles, reste que comme nuit debout ou les entreprises libérées, la technologie n’est pas l’angle sous lequel regarder ce qu’il se passe. Nous sommes plutôt confrontés à des innovations démocratiques ou des innovations civiques, qui cherchent à réinventer les formes démocratiques entre autres avec les outils d’aujourd’hui. C’est à la fois leur force et leur limite. C’est aussi ce qui explique peut-être que ces initiatives ne parviennent pas à percer le plafond de verre que l’économie a placé sur la démocratie: les rapports de force et les questions de pouvoir.»





Une innovation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire