2016/05/20

Lucile Berland: «Les nouveaux écolos ont tué l'écologie anxiogène»




Slate.fr



«Fini l’écologie catastrophiste, normative et illisible dans le débat politique. Les nouveaux écolos ont le sourire, de l’humour, des smartphones et des milliers d’idées concrètes qu’ils mettent en œuvre en cassant tous les modèles.

»Avril 2012. Journal télévisé de France 2, 20-Heures. Cela fait plus de dix ans que Nicolas Hulot, visage de l’écologie militante, tire la sonnette d’alarme sur le plateau de Laurent Delahousse. La majorité des gens ne cerne ni l’ampleur, ni l’urgence de sa cause:

»“On s’habitue au tic-tac des bombes à retardement. Le changement climatique c’est la mère de toutes les menaces!

»—On sent comme un parfum d’apocalypse [dans vos propos]...

»—L’apocalypse ne viendra que si l’on reste le nez sur nos ordinateurs à regarder le monde se défaire!”

»Ceux qui ont 20 ans et regardent ces images voient très bien de quoi Nicolas Hulot veut parler. À l’école primaire, ils ont appris la liste des animaux en voie de disparition et ont compris le phénomène d’effet de serre. Au collège, ils ont frémi devant le documentaire d’Al Gore Une vérité qui dérange (2006), en découvrant la terre souillée par les excès de leurs parents et grands-parents. Ils ont vu leur courbe de taille et de poids grimper au rythme de celle des températures et du niveau de la mer. Les baby-boomers ont du mal à abandonner du jour au lendemain le confort acquis durant les Trente Glorieuses; leurs enfants façonneront le monde de demain.

»Contre toute attente, cette génération, dite Y, va “lever les yeux de son ordinateur”. Du fainéant au geek asocial, les clichés collent encore à la peau de cette génération, née dans les années 1980-1990. Avec des revenus inférieurs de 20% à la moyenne nationale et un taux de chômage deux à trois fois plus élevé que ses aînés, elle partait pourtant avec quelques atouts en moins que ses parents au même âge. Ces 18-30 ans sont nés avec un smartphone dans une main, mais ils ont une fleur dans l’autre et esquissent –lentement mais sûrement– le visage moderne de la cause écolo. Jeune, drôle, pragmatique, optimiste, elle est en train de ringardiser, sans en avoir toujours conscience, l’écologie politique héritée des années 1970, institutionnelle, souvent catastrophiste et inaudible du grand public, tant elle effraie et paralyse.

»Difficile de dire quel pourcentage de la génération Y représentent ces “néo-écolos”. Mais on peut les décrire. Grâce à internet et aux nouvelles technologies, ils cogitent, évaluent, questionnent en permanence l’impact de leurs faits et gestes sur leur environnement ou leur santé. Ils se regroupent en réseau, participent à des actions éphémères, crient de faux slogans dans les manifs, manient à merveille l’humour et les supports de com’ décalés. Ils achètent malin, consomment collaboratif et seconde main, ils partagent, troquent, recyclent, se prêtent, réemploient... Entre prise de conscience écolo et baisse du pouvoir d’achat, ils ont opté pour une forme de “frugalité choisie” qui pourrait se résumer à cette maxime: “Consommer moins mais consommer mieux”.

»Leurs parents devaient “réussir leur vie”. Eux penchent pour l’esprit du colibri de Pierre Rabhi. “Faire sa part”, se rendre utile, pour être pleinement heureux. Confiants, ils savent que, partout autour du globe, des solutions s’inventent déjà pour vivre autrement. Pour eux, l’écologie n’est plus une contrainte, ni un combat perdu d’avance. C’est un réflexe, une opportunité, un désir. Et, de plus en plus, un plaisir. La nouvelle génération d’écolos jongle avec un langage plus simple et plus fun. La consigne: éviter le jargon scientifique et les données alarmistes; ne pas noyer les discussions sous une marée de règles trop contraignantes ou impossibles à appliquer; parler “bénéfices” et pas “sacrifices”…


»Sensibilisation humoristique

»Le mouvement Générations Cobayes en a fait sa devise: “Se faire plaisir sans se faire de mal”. Sur la toile, le mouvement a lancé plusieurs campagnes de sensibilisation aux titres provocateurs et décalés comme “Qu’est-ce que tu glandes?” –sur les dérèglements du système hormonal– ou “Comment le pétrole a niqué notre libido?” sur les dangers du plastique au lit. Sa dernière campagne, lancée mi-avril, concerne les additifs alimentaire et s’appelle “Comment j’ai chopé grâce à un brownie”.

»Pour attirer les jeunes, il faut savoir avant tout comment leur parler. Entre septembre 2014 et mai 2015, Carmille Marguin, 26 ans, a piloté une camionnette blanche à pois roses pour effectuer un “tour de France de l’éco-orgasme” dans les campus. Entendez: “comment se faire plaisir au lit sans nuire à sa santé”, entre préservatifs, lubrifiants et autres sex-toys issus de l’industrie chimique.

»L’ex-présidente du Réseau français des étudiants pour le développement durable (REFEDD), engagée au sein de Générations Cobayes depuis 2011, témoigne. “J’ai rencontré des milliers de jeunes intéressés, pleins d’idées et d’enthousiasme, qui ne demandaient qu’à s’informer et s’engager”, écrit-elle dans Et notre santé, alors? (Jouvence Éditions, 2015). Et ça marche. Depuis fin 2013, le nombre de sympathisants de l’association est passé de 2.000 à 40.000. “La plupart de ces jeunes n’agissent pas, pas parce qu’ils sont égoïstes ou feignants, mais parce qu’ils ne savent pas par où commencer, ajoute celle qui a fait son mémoire de fin d’études sur le “déclic à l’engagement” des jeunes. Il faut leur parler de ce qui les intéresse et leur proposer des solutions concrètes et simples à appliquer!”


ȃcolos 2.0

»Bien des magazines ont fleuri dans les kiosques ces dernières années, sur le mode de l’écologie souriante. Loin du “changement par la peur”, ils espèrent faire bouger les lignes en montrant l’exemple –la fameuse théorie de la contagion. Parmi eux, on trouve par exemple Socialter, “le magazine de l’économie nouvelle génération”; le magazine Kaizen, qui tire son nom de deux mots japonais (“kai”, changement, et “zen”, le meilleur), pour “changer le monde pas à pas”; We Demain, site en ligne et revue trimestrielle qui se demande si la crise n’est pas l’occasion de “réinventer les modèles du XXe siècle”; ou Féminin Bio, un pure player depuis huit ans qui vient de se lancer dans l’aventure papier, dont le dernier numéro est estampillé “engagé, lifestyle, positif”. Tous font le pari de parler des solutions plus que des problèmes. La carotte plus que le bâton.

»Et ce tour de force se retrouve à pas mal d’endroits sur la nouvelle planète écolo. Au cinéma, le documentaire Demain! et sa punchline “un nouveau monde est en marche”, en est un exemple flagrant. “Les gens ne veulent plus qu’on leur dise que les choses vont mal, car elles vont déjà trop mal, murmure Cyril Dion dans la bande-annonce. Or partout des hommes et des femmes inventent un autre monde qui respecte les hommes et les humains… Ces personnes écrivent une nouvelle histoire et nous disent qu’il n’est pas trop tard, qu’il faut nous bouger, maintenant!” Quatre mois après sa sortie, le film recevait le César du meilleur documentaire et comptabilisait près de 900.000 entrées au box-office.

»Le web est la vitrine des écolos 2.0. En 2012-2013, trois copains, la vingtaine, ont effectué leur tour du monde des solutions. Un projet intitulé “Worlds’Ideas for the Future” (WIFU) qui s’est concrétisé par un webdoc et un bouquin, Le monde entre nos mains, paru en octobre 2015. Plus récemment, en mars 2016, trois autres jeunes, Florian, Boris et Malo, ont lancé leur plateforme, après un an de vadrouille sur le vieux continent. Leur site Europe Tomorrow, the continent of social innovation, renvoie à près de “2.500 solutions citoyennes, entrepreneuriales et institutionnelles” déjà en place dans une vingtaine de pays voisins. Ambitieux et optimistes, ils comptent eux aussi sortir un livre à l’automne 2016 et espèrent monter le même type de “plateforme de solutions” au Brésil et au Canada dans les années à venir.

»Si ces plateformes ont une visibilité réduite pour l’instant, elles ont vocation à être des “viviers de solutions” dans lesquels les citoyens, associations, collectivités territoriales ou même entreprises, pourraient venir piocher pour s’en inspirer. À l’instar des Discosoupes, un concept importé de Berlin en 2012, pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Au lieu de sanctionner ceux qui jettent trop, l’idée est d’encourager à faire de la récup’ de légumes invendus. On réunit des dizaines de bénévoles sur la place du village ou dans une salle des fêtes, en musique, pour fabriquer une soupe géante. Avec une “boîte à outils” et une charte de valeurs –les “Disco-mmandements”–, la plateforme Discosoupe.org a réussi le pari de diffuser un peu partout en France ce concept, des patelins isolés du Cotentin, à Marseille en passant par Reims, Angers, Chambéry, Rennes ou l’île de la Réunion.


Le web est la vitrine des écolos 2.0. Si ces plateformes ont une visibilité réduite pour l’instant, elles ont vocation à être des “viviers de solutions” dans lesquels les citoyens, associations, collectivités territoriales ou même entreprises, pourraient venir piocher pour s’en inspirer.

»À l’horizontale

»Face à tant de vouloir-vivre, l’indépendance vis-à-vis du pouvoir politique est un principe-clef. La nouvelle écologie fuit les polémiques stériles, les récupérations partisanes, les déclarations de posture et les histoires de gros sous. Comme tous les jeunes, elle fait de moins en moins confiance aux élus (42% des 18-25 ans avaient une image “négative voire très négative” des hommes politiques en 2012, selon le rapport de 2014 “Les jeunes et le vote”) et aux institutions (les 18-29 ans ne sont que 3% à adhérer à un syndicat et 4% à un parti politique, selon l’enquête du Credoc 2009-2010 “Conditions de vie et aspirations des Français”).

»Internet lui permet aisément de contourner les circuits traditionnels. Groupes Facebook, blogs, chats, pétitions en lignes, campagnes de crowdfunding… Les nouvelles formes d’engagement des jeunes sont “plus souples, plus éphémères, moins hiérarchisées qu’elles ont pu l’être par le passé”, comme le disait Jean Pisani-Ferry dans un rapport de France Stratégie en juin 2015. Un engagement qui se réinvente en marge des structures traditionnelles –syndicats ou partis; loin des “temps forts électoraux” imposés par l’agenda politique et hors du maillage territorial imposé par l’État.

»Internet permet également une mobilisation plus flexible et plus variée, pour ces jeunes dont la situation (études, travail, vie personnelle) est plus instable que le reste de la population. Combien de communautés éphémères se créent et meurent chaque jour dans la jungle de Facebook pour préparer un événement comme la COP21, réagir aux révélations d’une émission ou organiser une opération-nettoyage dans une forêt ou sur une plage? La réponse importe peu: le net permet de s’organiser en quelques clics et de répartir les rôles, sans adopter la sacro-sainte “hiérarchie pyramidale” du monde de la politique ou de l’entreprise.

»À Générations Cobayes comme ailleurs, la disponibilité, la motivation et les compétences des bénévoles comptent plus que leur “statut” au sein du groupe. On appelle ça la gouvernance “ouverte” ou “à l’horizontale”. “La seule chose qui différencie les “cobayes”, c’est leur niveau d’engagement, résume Camille Marguin. Le mouvement compte environ 40.000 cobayes “informés”, qui suivent notre actu; 900 cobayes dits “engagés”, actifs sur le terrain; et une vingtaine de cobayes dits “obsédés”, qui font tourner l’association au siège.” Le vocabulaire est informel et décalé. Encore une fois, le fond jamais sans la forme.

»Cette lame de fond a commencé au début des années 2010. En 2011, le premier festival de “dessin et d’humour écolo (ir)responsable”, parrainé par Cabu, voyait le jour grâce à l’association RirEnVert. L’année d’après, le Réseau français des étudiants pour le développement durable (Refedd) organisait des fausses manifs anti-écolo où fusaient les slogans au second degré tels que: “CO2, j’en veux!”, “Monsanto Président”, “Les engrais, c’est le progrès!” ou “Sauvons la bourse, pas les ours!”. À l’époque, la première blogueuse à l’humour vert, Bridget Kyoto, publiait des vidéos totalement décalées sur YouTube. “Ma solution? Le vin bio! Parce qu’au bout d’une bouteille, sauver la planète, on n’en a plus rien à branler! Et puis de toute façon on va tous mourir alors autant boire des coups!” ironisait-elle dans “Comment rester écolo sans devenir dépressif?”.

»La même année, l’émission “Cash Investigation” sur France 2 prenait le pari de traiter de sujets graves, liés à l’industrie, l’environnement ou la santé, avec une impertinence qui séduit toujours quatre ans plus tard. Un article du Monde voyait poindre la naissance d’une tendance, face au fatalisme et à l’immobilisme général: “Et s’il ne restait que l’humour? N’est-ce pas la seule arme qui subsiste aujourd’hui pour défendre la cause écologique? Car franchement, le reste, on a tout essayé…”


»“Vivre des expériences”

»“Pourquoi tant de gens se lancent-ils dans l’entrepreneuriat aujourd’hui? Pourquoi tant de succès pour les blogs sur les modes de vie alternatifs, devenir freelance, monter son business, la semaine de quatre heures, le nomadisme digital et j’en passe?” interrogeait la journaliste Anne-Laure Fréant dans une tribune publiée sur Medium intitulée “Autopsie de la Génération Burn-Out”. Parce que le système (métro-boulot-McDo-dodo) tel qu’il est fait est “épuisant et pas toujours gratifiant”, répondait-elle, avant d’ajouter: “Il va falloir inventer d’autres modèles.” C’est justement ce que sont en train de faire les nouveaux écolos. En fuyant le rythme effréné des économies libérales et la règle du “profit à tout prix”, en revenant peu à peu à des valeurs moins consuméristes, ils interrogent le système économique dans ses fondements et obligent les entreprises à s’adapter à leur nouveau mode de vie.

»Une étude du site américain Bloomberg sur 600 entreprises européennes a d’ailleurs de montré en février 2016 que les jeunes étaient en train de bouleverser le secteur des services et des loisirs. Ils auraient progressivement abandonné le désir de “posséder” de leurs parents contre celui de “vivre des expériences”. Ils estiment avoir déjà assez de choses en leur possession, explique le site, et préfèrent multiplier les dîners, les sorties dans les bars, les concerts, les défis sportifs ou les voyages que mettre de l’argent de côté. Or, vivre des expériences, c’est justement ce que propose l’écologie 2.0. En remettant l’humour, le partage, la musique et la convivialité au cœur de l’engagement, elle répond à une double quête des jeunes: celle de l’expérience et celle du sens.

»“Quand on se demande quelle Terre on laissera à nos enfants, le bilan est assez sombre, juge Jacques Maire, le directeur des Éditions Jouvence qui publie les ouvrages de Génération Cobayes. Mais si on retourne la question et que l’on se demande, quels enfants laisserons-nous à notre terre? Alors là, la réponse est plutôt optimiste!”»





L’exécution de l’innovation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire