2016/04/07

«La stratégie de la Tunisie en matière d'e-Santé et le rôle d’Orange Tunisie»




Business News



«Catel Visio 2016 a organisé, jeudi 24 mars 2016, une journée dédiée à la télésanté sous le thème “La e-Santé pour mieux vivre ensemble sur les territoires”. Il s’agit d’un événement reconnu depuis 16 ans et qui réunit les acteurs de la e-Santé pour les informer et les sensibiliser au coeur des territoires et la 3ème édition à laquelle participe la Tunisie.

»Dans ce cadre, la stratégie de la Tunisie et le rôle de l'opérateur en matière d'e-Santé ont été présentés par le représentant de Saïd Aïdi et membre du cabinet du ministre de la Santé, Faouzi Mehdi et le directeur des systèmes d'informations d'Orange Tunisie, Zyed Tira, le tout en présence du membre du Comité d’organisation de Catel Visio 2016 et président de la Société tunisienne de télémédecine et e-santé (STTeS), Aziz El Matri.

»Dans son intervention et pour commencer, M. Mehdi a fermement condamné les attaques de Bruxelles: “nous sommes tous Bruxelles, comme nous avons tous été Paris, Bardo et Sousse”, a-t-il indiqué, en ajoutant: “notre unions à tous permettra de vaincre cette vermine!”. Il a souligné que la Tunisie a les pieds enracinés en Afrique et les mains tendues vers les pays frères et amis, ce qui lui permet d’être un trait d’union entre l’Europe et les pays de l’Afrique, pour une coopération tripartite dans le domaine de la santé ou du numérique.

»La question est, donc selon lui, de rallier le numérique et la santé, en développant la e-santé que le ministère tunisien de la Santé considère comme un levier important pour la santé en Tunisie. En effet, Faouzi Mehdi a expliqué que le ministère de la Santé a intégré le numérique dans les axes stratégiques de son plan de développement 2016-2020. Il s’agit de 5 axes dont le premier est de promouvoir la promotion avec le développement de toutes les applications permettant la surveillance épidémiologique et la veille sanitaire. La Tunisie est, également, un site pilote des programmes conjoints de l’Union internationale de télécommunication et de l’Organisation mondiale de la santé pour l’aide au sevrage tabagique par l’usage des téléphones mobiles, a-t-il noté, en précisant aussi que prochainement, on va déclencher le programme d’aide et de soutien aux personnes diabétiques m-diabète, avec la participation des différents opérateurs de téléphonie mobile.

»Le deuxième axe est le développement de pôles de santé avec le rapprochement de l’offre de soin à tous les citoyens en renforçant les trois lignes de santé (les centres de soin de base, les hôpitaux régionaux et les centres hospitalo-universitaires), et ce pour avoir le meilleur parcours de soin possible, et là nul ne peut ignorer le rôle du numérique et en particulier de la télémédecine pour atteindre cette objectif notamment avec le nombre de médecins spécialistes dans les régions.

»Le troisième axe étant la recherche et l’innovation dans la relation avec les nouvelles technologies et le numérique en particulier.

»Le quatrième axe, avec en plus du développent de l’infrastructure sanitaire et la révision du financement de la santé en Tunisie, le ministère compte mettre en place des outils pour une meilleure gouvernance. Le numérique joue là un rôle extrêmement important et dont les différentes composante vont permettre la généralisation du système d’information médico-économique.

»Le cinquième axe est celui de la valorisation du système public de la santé qui reste en Tunisie la référence dans le domaine et où se développe toutes les compétences médicales et paramédicales tunisiennes qui exercent et exerceront dans le secteur public et le secteur privé. Cet axe comprend également la formation continue du personnel de la santé qui devra inclure dans ses programmes la formation dans le domaine de la e-santé pour que ce personnel sache gérer et utiliser les différentes nouvelles technologies dans ce domaine, a-t-il précisé.

»Où en est le ministère tunisien de la Santé? En réponse à cette question, M. Mehdi a indiqué qu’une commission large et multipartite a été créée, il y a quelques mois. Elle a terminé ses travaux et elle a proposé des recommandations dont la réalisation d’une étude qui va permettre d’élaborer la stratégie de développement du système d’information sanitaire et pour aider à élaborer une feuille de route pratique pour le développent de ce système.

»En attendant le résultat de cette étude, M. Mehdi a noté que le ministère va entamer la réalisation de grands projets, qui lui semblent urgents et très importants:

»_ La mise en place des systèmes PACS, pour l’archivage radiologique.

»_ La mise en place du système de dispensation automatisé et sécurisé des médicaments au niveau de toutes les structures, ce qui va permettre une meilleure gouvernance des budgets réservé aux médicaments.

»_ La numérisation de tous les documents médicaux existants, au niveau des structures: plus d’un milliard de documents.

»_ La mise en place du dossier médical informatisé dans toutes nos structures hospitalières.

»_ La numérisation des pôles santé.


»Pour sa part, M. Tira a indiqué qu’Orange Tunisie veut participer à ces initiatives en tant qu’entreprise citoyenne, vu que le sujet est stratégique pour le pays, qui permettra le développement de l’emploi et améliorera l’égalité dans l’accès à la santé.

»Il a souligné que le positionnement d’Orange Tunisie n’est pas juste opportuniste, mais l’opérateur est convaincu de pouvoir apporter de la valeur ajoutée, étant donné qu’il est adossé au groupe Orange et que celui est positionné sur ce secteur depuis 2007, en lançant une structure dédiée sous le nom d’Orange Health Care.

»Zyed Tira a expliqué qu’Orange Tunisie peut contribuer grâce à son métier historique la connectivité et le nouveau vecteur qui va booster le développement de l’e-santé, le haut débit (radiologie et diagnostic à distance, etc.).

Orange Tunisie peut contribuer grâce à son métier historique la connectivité et le nouveau vecteur qui va booster le développement de l’e-santé, le haut débit (radiologie et diagnostic à distance, etc.).

»Orange Tunisie peut aussi contribuer dans le domaine de l’hébergement des données sécurisées. L’opérateur a mis en place l’infrastructure nécessaire et son dossier a été validé par l’INPDP sur la sécurisation de données. En plus, Orange est le seul opérateur en Tunisie à avoir reçu l’ISO 27001 sur le management de la sécurité de l’information: une garantie qu’Orange Tunisie a mis les moyens nécessaires pour assurer la sécurité et la confidentialité de toutes les données qui lui sont confiés.

»L’opérateur est aussi capable de contribuer sur d’autres axes, a-t-il souligné:

»_ Le développement digital: la digitalisation et l’accès à l’information, donc tout ce qui concerne les applications mobiles qui va permettre d’accéder aux services de la e-santé par les acteurs professionnels ou les patients.

»_ Les objets connectés, tous ceux qui est équipements, capteurs, monitoring, etc. ce qui va ouvrir de nouvelles perspectives et simplifier le parcours et l’expérience des acteurs notamment les patients.


»Orange Tunisie avait signé dès 2010 la chair de télémédecine avec Sup’Com. L’objectif étant de faciliter le travail des chercheurs autour des apports des TIC dans les métiers de la santé. Récemment à Hammamet, l’opérateur a montré une télé-radiologie en temps réel entre deux sites distants.

»Pour conclure, Zyed Tira a expliqué que Orange Tunisie se veut un acteur de la e-santé en Tunisie, en support à la stratégie du ministère et des associations et contribuer sur certains projets rapides, comme le projet développé par le groupe My Healthline: le citoyens peut poser une question autour de la santé par SMS et il a recevra une réponse par un professionnel dans un délai d’une heure, personnalisée et anonyme.

»Pour lui, le déploiement de la télésanté sera progressif et prendra des années, en soulignant que tout ceci dépendra du cadre réglementaire.

»Pour sa part, Faouzi Mehdi a précisé que rien que la numérisation des dossiers va créer 2.700 nouveaux postes d’emploi et que pour la mise en place d’un tel projet de e-santé il faudra environ 80 MD (22 MD pour la numérisation et 55 MD pour la construction des archives).

»Notons que Catel Visio c’est plus de 1.200 participants multidisciplinaires réunis, dans les 20 villes participants à l’opération. Ainsi, depuis chacune des villes participantes à l’événement par visioconférence, de nombreux projets permettront de comprendre comment la e-Santé peut être une réponse aux enjeux sociaux auxquels est confronté le système de santé; par une meilleure coordination et coopération autour des citoyens, en facilitant la prévention, en mobilisant et redonnant de la valeur aux compétences de nombreux acteurs médico-sociaux, et en conduisant les territoires vers plus d’équité en matière d’accès aux soins.»





Une innovation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire