2016/03/01

«La BM aide toujours le Vietnam à réaliser ses objectifs socio-économiques»




Vietnam plus



«La Banque mondiale (BM) s’engage dans un processus visant à élaborer la prochaine stratégie pour aider le Vietnam à mettre en œuvre son plan de développement socio-économique et à atteindre ses objectifs fixés. À l’occasion du Nouvel An sous le signe du Singe, la directrice nationale de la BM au Vietnam Victoria Kwakwa a répondu aux questions de l’Agence vietnamienne d’information (VNA).


»Pourriez-vous nous faire part de vos observations sur les réalisations du Vietnam après 30 ans de réformes.

»Trente ans de réformes économiques ont transformé le Vietnam. D’une économie pauvre, rurale, centralement planifiée, fermée à une grande partie du monde extérieur, le Vietnam est devenu un pays en urbanisation rapide, à revenu intermédiaire dynamique avec une économie de marché. Le Vietnam s’est ouvert au commerce et aux investissements internationaux et s’intègre dans les réseaux de production mondiaux.

»Le Vietnam a enregistré un record impressionnant de forte croissance économique qui est également équitable et stable. La croissance du PIB a atteint en moyenne 5,5% par an depuis 1990, ce qui fait augmenter de trois fois et demie le revenu moyen. Et la croissance est inclusive, comme on le voit dans une hausse assez limitée du coefficient de Gini et l’augmentation plus rapide de revenus dans la tranche inférieure de 40% de Vietnamiens.

»Les acquis sociaux se sont améliorés de façon spectaculaire à tous les niveaux. La pauvreté a diminué rapidement, et en utilisant la norme de 1,90 dollars par jour, le taux de pauvreté est tombé de 50% au début des années 1990 à 3% aujourd’hui. Non seulement les revenus sont plus élevés, la population vietnamienne est plus mieux instruite et a une espérance de vie plus élevés que la plupart des pays ayant un revenu par habitant similaire. Dans les concours internationaux récents, les étudiants vietnamiens ont surpassé la moyenne pour les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), avec remarquablement peu de variation entre les groupes de revenu et régions urbaines et rurales. Le taux de mortalité maternelle a chuté en dessous de la moyenne des pays à revenu intermédiaire supérieur, tandis que le taux de mortalité des moins de cinq ans a diminué de moitié, à un taux légèrement supérieur à cette moyenne. L’accès aux infrastructures de base s’est aussi amélioré sensiblement. L’électricité est maintenant disponible pour presque tous les ménages, contre moins de la moitié en 1993. L’accès à l’eau propre et à l’assainissement moderne a augmenté de moins de 50% des ménages à plus de 75%.


»Quels seraient les défis et opportunités pour le Vietnam en 2016 et les années suivantes?

»Comme le Vietnam débute 2016, le tableau économique est globalement positif. Le pays a émergé du ralentissement des quatre dernières années et est maintenant sur une trajectoire de croissance. Nous croyons que cette reprise économique se maintiendra malgré les turbulences actuelles sur les marchés mondiaux. Les perspectives du Vietnam sont favorables en comparaison avec d’autres pays de la région.

»Le Vietnam se lance dans une nouvelle vague d’intégration régionale et internationale qui devrait ouvrir de nouveaux marchés, et soutenir son industrialisation, y compris par la création des opportunités aux entreprises vietnamiennes de renforcer leur participation aux chaînes de valeur mondiales. Le TPP en particulier va également aller au-delà de l’intégration commerciale pour promouvoir la modernisation et la transition du pays vers l’adoption de normes internationales sur un éventail de questions institutionnelles y compris les marchés publics, les relations de travail et les droits de propriété intellectuelle. Le Vietnam commence déjà à voir un plus grand intérêt des investisseurs à la suite de nouveaux accords internationaux et la délocalisation de certaines entreprises d’autres pays – notamment la Chine – pour profiter de la prochaine application du TPP.

»Mais le Vietnam doit également faire face aux défis. Une préoccupation immédiate est la pression fiscale croissante qui fait grimper la dette nationale. De plus, du fait de l’économie très ouverte du Vietnam, un plus solide matelas des réserves de change serait souhaitable pour se prémunir contre la volatilité externe. Reconstruire l’espace budgétaire et les réserves de change plus élevées pourraient consolider la résilience macroéconomique et donner à l’économie la capacité de répondre aux chocs tant internes qu’externes.

»Au-delà de ces préoccupations immédiates, le Vietnam est aussi confronté à des défis plus structurels tels que (i) achever la transition vers une économie de marché, en particulier la mise en place des institutions de marché efficaces qui promeuvent la concurrence ouverte et la sécurité des droits de propriété et la redéfinition du rôle de l’État dans l’économie; (ii) tirer profit des opportunités d’intégration pour l’industrialisation; (iii) booster l’apprentissage et l’innovation; (iv) utiliser l’urbanisation pour stimuler la croissance; et (v) tracer une voie de développement plus durable sous l’angle environnemental, y compris le renforcement de la résilience aux changements climatiques.

»Les actions sur ces fronts sont essentielles pour le Vietnam pour accélérer la croissance de la productivité et améliorer continuellement la compétitivité de l’économie. Sur le plan social, le Vietnam doit relever le défi d’assurer l’égalité des chances, en particulier l’égalité d’accès aux services sociaux et aux moyens de subsistance pour les pauvres, les personnes handicapées et les migrants urbains. La société vietnamienne à revenu intermédiaire et rapidement vieillissante va demander l’accès à une éducation de qualité, l’assurance santé universelle et un système de retraite solide. Enfin, la gouvernance et les institutions du Vietnam doivent continuer à se développer pour répondre aux aspirations d’une économie à revenu intermédiaire émergente et de réaliser les objectifs de croissance, d’inclusion et de durabilité.

Sur le plan social, le Vietnam doit relever le défi d’assurer l’égalité des chances, en particulier l’égalité d’accès aux services sociaux et aux moyens de subsistance pour les pauvres, les personnes handicapées et les migrants urbains.

»Pour l’avenir, le Vietnam pourrait utiliser la nouvelle vague d’intégration pour relancer les réformes et ancrer les réformes vigoureuses qui vont positionner le pays en vue d’un décollage économique soutenu qui va assurer le succès du Vietnam comme un pays prospère à revenu intermédiaire de la tranche supérieure dans les années à venir. Nous souhaitons beaucoup de succès au Vietnam en 2016 et au-delà.


»À l’avenir, quelles seraient les priorités de la Banque mondiale pour aider le Vietnam à atteindre les objectifs de développement du pays?

»Le soutien de la Banque mondiale au Vietnam est motivé principalement par les priorités de développement telles qu’elles sont exprimées dans le Plan de développement socio-économique. Notre stratégie actuelle qui se termine à la fin 2016, repose sur trois piliers principaux: la compétitivité; la durabilité et l’opportunité.

»Dans le cadre du pilier de la compétitivité, nous allons continuer d’appuyer la gestion économique et l’agenda des réformes structurelles du Vietnam; y compris la restructuration et la modernisation de l’agriculture, et le financement des investissments dans les infrastructurelles essentielles dans les secteurs de l’énergie, des transports et de l’eau.

»Notre soutien en matière de durabilité et de résilience aux changements climatiques va se focaliser sur les investissements pour remédier à la pollution industrielle, élargir les forêts de mangroves côtières, entamer une approche régionale intégrée de l’adaptation aux changements climatiques dans le delta du Mékong et augmenter les investissements du secteur privé dans les énergies renouvelables.

»Afin de promouvoir l’égalité des chances, nous allons continuer les investissements dans les infrastructures et les moyens de subsistance en faveur des communautés les plus démunies, y compris celles d’ethnies minoritaires, améliorer les infrastructures dans les régions à faible revenu et concevoir des investissements dans le programme cible national d’édification de la nouvelle ruralité et dams le programme cible national de réduction durable de la pauvreté.

»Le Plan de développement socio-économique 2016-2020, reconfirme les priorités principales du gouvernement que sont: le maintien de la stabilité macroéconomique, le renforcement des institutions de marché, l’investissement dans l’infrastructure moderne et le développement de la main-d’œuvre qualifiée. La Banque mondiale se lance maintenant dans un processus visant à élaborer notre prochaine stratégie visant à soutenir la mise en œuvre du Plan de développement socio-économique 2016-2020 et va continuer à mettre une série d’instruments à notre disposition - la connaissance, l’assistance technique et le financement pour aider le Vietnam à atteindre les objectifs de son Plan de développement socio-économique 2016-2020. – VNA»





Administration Publique et innovation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire