2016/03/31

«Est-ce qu’il existe un ascenseur social numérique?»




Le Mag. Posté par Roland Le Bouëdec.



«Dans quelle direction va le numérique? Vers une distribution élargie de la capacité d’agir et d’innover? Ou vers une exigence d’expertise qui réhausse les barrières sociales et culturelles? cofondateur de la Fing et chercheur, Jacques-François Marchandise livre ses réflexions.

»Directeur de la recherche et de la prospective de la Fing (Fondation internet nouvelle génération), Jacques-François Marchandise observe les usages numériques depuis plus de 30 ans. L’inclusion, les inégalités, l’innovation sociale liés au numérique sont parmi ses principales préoccupations. Il conduit, depuis janvier 2015 et pour trois ans, le projet de recherche Capacity qui explore les réalités de l’empowerment, le “pouvoir d’agir” potentiellement renforcé par le numérique. Ces travaux de recherche sont menés conjointement par la Fing, l’Université Rennes 2 (CREAD-Marsouin) et Télécom Bretagne, ces deux équipes étant membres du GIS M@rsouin.


»Après ces années d’analyse et de prospective, quel est votre regard sur le numérique? Subsiste-t-il de la surprise?

»Jacques-François Marchandise. Je suis effectivement toujours émerveillé et enthousiaste, même si le numérique soulève un ensemble de questionnements. Je travaille sur cette tension qui existe entre toutes les possibilités ouvertes par le numérique et les questions qu’il pose et qu’il faut partager au sein de la société. C’est une posture constante, qui doit déboucher sur des propositions et des avancées autour de ce qui est souhaitable.

»Dans Capacity, nous nous demandons si le numérique peut servir à dépasser les déterminations socio-économiques. Autrement dit: Est-ce qu’il existe un potentiel émancipateur du numérique qui permet de récupérer du pouvoir sur sa propre vie? Ou, au contraire, est-ce qu’il contribue à aggraver les inégalités?


»Du côté potentiel émancipateur du numérique, quelles sont les promesses?

»Elles sont incertaines, c’est pour cela que nous avons lancé cette recherche. Disons d’abord que le numérique ne contribue pas seul à l’émancipation et pas pour l’individu seul. C’est précisément ce que les usages du numérique nous racontent: ils se développent quand il y a socialisation. Pourquoi les adolescents sont souvent à l’aise avec le numérique? Pas forcément parce qu’ils sont jeunes, ni parce qu’ils sont tombés dedans depuis tout petits, mais parce qu’ils sont fortement socialisés. Les gens qui ne s’en sortent pas bien sont les gens isolés, socialement enclavés.

»La première promesse de l’empowerment est l’estime de soi: comment je m’empare du numérique pour remporter un ensemble de petites victoires dans ma vie quotidienne et pour montrer ma compétence hors des codes classiques de la société. Il existe des personnes en précarité économique qui reprennent pied par ce moyen. Ou des personnes en situation de fragilité, avec par exemple un handicap, qui vont trouver au travers du numérique une façon de ne pas être réduits à leur détermination.

»Le fait de retrouver du lien social est un autre point important. On a identifié que la perte d’emploi ou le départ à la retraite font partie des premiers facteurs d’équipement et de connexion à Internet. Pour maintenir ou rétablir des liens sociaux numériques quand les autres liens fonctionnent moins bien.

»Les autres promesses sont du côté de la connaissance et de l’information. À deux niveaux: accéder à des apprentissages ou de la connaissance, et pouvoir contribuer à leur constitution. C’est bien sûr Wikipédia ou OpenStreetMap, mais aussi le tutoriel qu’on met en ligne sur YouTube. Même si je ne suis pas à l’aise avec le texte, je vais pouvoir trouver des chemins numériques où je serai contributeur. Quand on crée un tutoriel pour réparer son four ou un carburateur, on passe du côté contributeur. On devient actif.

»De façon corollaire, c’est aussi l’expression. Un des pouvoirs importants que donnent les dispositifs numériques, c’est la prise de parole: la place publique enrichie. On le trouve notamment dans des thématiques très expertes comme l’environnement où le numérique peut distribuer du pouvoir délibératif à des endroits où le débat n’était pas officiellement ouvert.


»Ce sont aussi les Makers?

»Précisément. La démocratisation par le numérique passe aussi par le Faire, par diverses formes d’expérimentation active. Par exemple les Makers, une catégorie particulière du “Faire” qui convoque souvent l’intelligence de la main, la familiarité avec les matériaux. Ou encore la capacité à coder, puisque coder est une pratique émancipatrice qui permet de faire soi-même au lieu d’être consommateur.

»Et puis il y a la capacité à entreprendre, à innover. Le numérique donne le pouvoir de développer des projets, associatifs, d’entreprises ou politiques. La nouveauté avec le numérique, c’est qu’il abaisse la marche à l’entrée. Je vais pouvoir, avec un coût beaucoup plus faible, développer une idée, collecter de l’argent, avoir accès aux usagers ou au marché…

»Les capacités de faire se développent avec l’économie collaborative, la contribution, l’économie du partage. Elles deviennent possibles tout simplement parce que nous nous donnons du pouvoir les uns aux autres. Et on est encore au début de cette histoire-là.


Les capacités de faire se développent avec l’économie collaborative, la contribution, l’économie du partage. Elles deviennent possibles tout simplement parce que nous nous donnons du pouvoir les uns aux autres.

»En face des promesses, existe-t-il des risques?

»Il y a quelques années, on se préoccupait beaucoup du taux de pénétration du numérique: il fallait absolument aider les gens à monter dans le train. Aujourd’hui, on n’en est plus là. Les difficultés d’usage sont du côté des gens qui utilisent le numérique. Et si l’on fait l’inventaire, nous sommes tous en difficulté. Par exemple, la dématérialisation: chacun de nous a, un jour, perdu des photos de famille, des vidéos, des documents auxquels il tenait. C’est là le premier paradoxe: la difficulté n’est plus sur le retard d’usage mais sur l’abondance d’usages.

»De la même façon, avoir accès à plus d’information ne signifie pas que nous soyons mieux informés. D’autant que les intermédiaires, les professeurs, les journalistes, sont eux-mêmes en difficulté parce que confrontés à la surabondance. Potentiellement, le numérique peut m’écraser. L’open data par exemple, dont on peut espérer un effet de démocratisation, peut produire l’effet inverse tant qu’on n’aura pas développé une culture populaire de la donnée. Le côté self-service du numérique produit un effet inégalitaire.

»Encore un exemple, le fait qu’il y ait plus d’offres d’emploi en ligne n’a en rien simplifié la vie des demandeurs d’emploi. Pour l’instant, le numérique produit souvent l’effet inverse: il augmente le calvaire des demandeurs d’emploi. On envoie aujourd’hui 4000 demandes électroniques quand hier on envoyait 100 courriers. Le numérique a pour effet d’augmenter la concurrence dans un marché plus agressif.

»L’apparente démocratisation produite par le smartphone est une autre difficulté. Le renouvellement de l’ordinateur étant trop cher, les gens qui ont peu de moyens passent directement au smartphone. La conséquence directe, c’est qu’ils n’ont plus de clavier. Or on est souvent moins en capacité de produire avec un clavier tactile qu’avec un clavier physique. À certains égards, il existe des risques de régression liés au smartphone à mesure que l’on passe d’une posture d’usage à une posture de consommateur.


»Le détournement de valeur n’est-il pas un autre danger?

»Cette question n’est pas dans le périmètre du projet Capacity parce qu’il faut faire des choix, mais elle est néanmoins centrale. C’est une ligne de front, de la même façon que l’utilisation des données personnelles et la protection des libertés est une ligne de front. La pseudo gratuité des modèles économiques de nombreux services numériques repose sur la prédation et la captation de valeur. Il y a problème quand l’économie d’efforts grâce au numérique ne se traduit pas en bien-être pour les gens qui travaillent mais en profit pour les actionnaires. Le numérique peut même nous faire travailler à notre insu. La question de l’évaporation de valeur est très bien traitée par Antonio Casilli à propos du Digital Labor. Celle de la création de biens communs numériques est portée par le mouvement des Communs.


»Le projet Capacity sera à mi-parcours en juin. Quelles sont ses directions de travail?

»Nous travaillons selon trois axes. Le premier concerne l’inclusion, l’éducation et l’apprentissage: comment on passe de l’usage ordinaire du numérique aux pratiques actives. Le deuxième considère les trajectoires des innovateurs, en s’intéressant de préférence aux porteurs d’innovation qui ont dépassé les déterminants sociaux, économiques et culturels. Et également aux transitions professionnelles: les gens qui ont changé de voie par le numérique.

»Le troisième axe, plutôt en dernière année de projet, s’intéressera aux dynamiques territoriales: qu’est-ce qui crée des conditions favorables au pouvoir d’agir? Qu’est-ce qu’un environnement capacitant? Du point de vue des institutions et de l’action publique, mais pas seulement. Ce sont aussi les acteurs associatifs et les entreprises qui portent des initiatives. Il s’agit pour nous d’étudier dans quelle mesure une société innovante serait d’abord une société capacitante.»





Une innovation

2016/03/30

Guershon Nduwa: «La philosophie judéo-africaine de l’être»




The Times of Israel FR. Ops & Blogs.



«Les contradictions à l’origine des tensions liées a l’être humain ne sont pas toujours apparentes. Bien souvent, les groupes d’intérêt les masquent en leur donnant une pseudo explication mystificatrice.

»Un des rôles de l’idéologie est non seulement de fournir une interprétation du monde mais également d’indiquer un idéal social. C’est pourquoi elle est souvent le lieu théorique où s’investissent les falsifications intéressées de l’histoire et de la réalité sociale et politique.

»Le terme mythe a plusieurs sens et de ce fait est ambigu. Du grec muthos: parole, récit, le mythe signifie à la fois une représentation collective de haute teneur psychologique et affective (mythe du progrès, mythe de l’âge d’or) et un récit dont le fondement rationnel est absent et qui pour fournir une explication recourt aux ressources d’un imaginaire fabuleux.

»Dans le mythe, il y a un défaut d’explication rationnelle compensé et masqué par les séductions d’un artifice poétique, religieux ou fantastique et fantasmatique. Le mot idéologie est également polysémique. Il signifie un système d’idées destiné à voiler ou à justifier la domination d’une classe sociale (K. Marx); une projection dans un imaginaire consolant d’une situation intenable et contradictoire (L. Feuerbach); ou une rhétorique incapable d’expliquer ses concepts et qui est l’expression détournée des intérêts d’une classe sociale ( L. Althusser).

»Dans ses investissements historiques successifs l’idéologie de Cham a revêtu tour à tour et parfois concomitamment les aspects d’un mythe, d’une illusion rassurante, d’un masque des intérêts et d’une volonté de domination.

»Mythe et idéologie ont ici en commun la manipulation intéressée de l’illusion (entendue dans le sens freudien comme croyance dans laquelle la force du désir fait méconnaître la réalité) et des fantasmes. Au regard du potentiel mortifère du mythe des origines et de l’idéologie Chamitique, il nous paraît important de revisiter leur genèse dans l’espoir de susciter un débat et des engagements salutaires.


»Mythe des origines: théories de l’espace, déterminisme géographique et naturalisme

»Dans l’entendement ordinaire, l’espace pourrait être considéré comme quelque chose de vide, un réceptacle neutre sans impact sur les personnes et les choses. En réalité les penseurs qui ont abordé l’analyse de cette notion ont divergé.

»Le même désaccord peut être constaté à propos de l’influence du lieu géographique de naissance, certains considérant qu’il constitue un facteur identifiant, d’autres n’y voyant qu’un élément plutôt secondaire. Au demeurant, l’homme est-il l’oeuvre de la nature?


»L’espace: le vide ou l’ordre des coexistences possibles?

»Aristote définit l’espace comme un lieu doté d’une certaine puissance organisatrice. Chaque chose est amenée à rejoindre sa place naturelle: les choses terreuses en bas, le feu en haut, l’eau et l’air dans l’intervalle. Il y a violence chaque fois qu’un objet est éloigné de sa place naturelle Pour le physicien Isaac Newton, l’espace est un cadre indépendant des objets qui l’occupent tandis qu’Albert Einstein y voit une simple possibilité de position. Leibniz pour sa part définit l’espace comme l’ordre des coexistences possibles tandis R. Descartes se démarque en définissant l’espace comme la substance matérielle des choses: l’espace ce n’est pas le lieu de la chose, c’est la chose même dans sa consistance matérielle. “...La même étendue qui constitue la nature du corps constitue aussi la nature de l’espace.”

»Si nous retenons la définition de l’espace comme l’ordre des coexistences possibles, “non seulement entre les existants, mais encore entre les possibles comme s’ils existaient” il se pose dès lors une série de questions sur ces coexistences.

»S’agissant de la coexistence des hommes avec la nature environnante, trois thèses peuvent être envisagées: le primat du monde physique, le primat de la culture, ou alors une synthèse dynamique entre le naturel et le culturel.


»Du déterminisme géographique au “régionalisme”

»Jean Bodin, dans son ouvrage La république, au livre V chapitre premier, a théorisé en le politisant l’impact des zones climatiques. Le Nord, le Midi et la zone tempérée produiraient des types d’hommes différents. L’homme du nord serait brutal, versatile, sans parole donnée, chaste et pudique. Il serait gouverné par la force. L’homme du midi serait plutôt rusé et vindicatif lubrique, porté vers les sciences et la contemplation. Il serait gouverné par la religion. L’homme du climat tempéré, porté aux sciences politiques, les lois, la grâce de bien discourir, serait gouverné par la raison et la justice. On voit là un déterminisme géographique qui imposerait des caractères spécifiques et définitifs.

»Jean Bodin, pour qui les vents rendent les hommes inquiets alors que les montagnes les rendent indépendants et farouches pour leur liberté, a dû reconnaître la possibilité pour la discipline, donc l’éducation, de changer le naturel. “Voilà , écrit-il, quant aux naturelles inclinations des peuples, lesquelles toutefois n’importent point de nécessité... mais qui sont de bien grande conséquence pour l’établissement des républiques, des lois, des coutumes...”

»On sait par ailleurs que Montesquieu a repris, au livre 14 de L’Esprit des lois (1748) la théorie des climats. Le froid, pensait-il, resserre les extrémités des fibres de notre corps et augmente leur force, le chaud les allongerait et diminuerait leur force. Et avec la force causée par le froid, la confiance en soi, la hardiesse dans l’entreprise, moins de désir de vengeance, peu de sensibilité à la douleur, aux plaisirs, à l’amour. Montesquieu fait l’apologie des peuples du nord qui briseraient les fers forgés au midi.

»“C’est là que se forment ces nations vaillantes qui sortent de leur pays pour détruire les tyrans et les esclaves, et apprendre aux hommes que, la nature les ayant fait égaux la raison n’a pu les rendre dépendants que pour leur bonheur.” Mais déjà, s’insinue dans la pensée de Montesquieu une contradiction: qu’est-ce qui détermine l’esprit des nations: le climat ou de la raison?

»Accusé de spinozisme (affirmation de la nécessité s‘imposant aux hommes) Montesquieu fut obligé de rédiger en 1750 une Défense de l’Esprit des lois et d’affirmer le rôle des causes morales. Plus les causes physiques portent les hommes au repos, plus les causes morales les en doivent éloigner écrit-il, insistant sur la responsabilité des législateurs. Au total, le climat chez Montesquieu restera un facteur parmi d’autres, à côté de la religion, des moeurs et des lois, des maximes du gouvernement, et des exemples des choses passées.

»On le devine aisément: le déterminisme géographique, basé sur l’idée que la zone géographique et son climat influencent de façon décisive les qualités des gens tant au plan intellectuel que moral peut être à l’origine de divisions sur la base de la provenance provinciale ou régionale. Sans être explicitement revendiquée, une telle pseudo-théorie sous-tend la démarche de certains politiciens à court d’arguments politiques, qui indexent telle ou telle région comme “produisant” des hommes naturellement ...méchants.


»Nature humaine et racisme

»On peut définir la nature comme ce que l’homme trouve, ce qui n’est pas l’oeuvre de l’art ou de la culture en général, ce qui n’est pas fabriqué. Sur le plan biologique, est naturel ce qui est inné et se transmet par hérédité. S’agissant de la nature humaine, la question est de savoir si nous naissons hommes ou si nous naissons potentiellement hommes. Y a-t-il un concept universel de l’homme qui soit nécessaire et qui se réalise inévitablement dès que celui-ci naît? L’affectivité, l’intelligence, la créativité sont-elles inscrites dans ses gènes?

»Abordant la question, Lucien Malson, dans Les enfants sauvages écrit: “Le problème de la nature humaine, c’est en somme celui de l’hérédité psychologique...rien n’est plus contestable que la transmission par le germe de “propriétés” définies, décelables dans l’ordre de la connaissance et de l’affectivité —donc de l’action.”

»L’étude des enfants sauvages privés d’éducation, a montré que sans société ni socialisation dans les délais convenables, le potentiel intellectuel, affectif et moral s’atrophie et l’on ne peut plus espérer avoir un humain accompli, mais un être qui se comporte comme les bêtes auprès desquelles il a grandi. De plus, deux jumeaux monozygotes élevés dans des milieux différents auront des comportements et des capacités intellectuelles différents.

»Néanmoin, François Jacob dans Le Monde du 11/12 février 1972 recommandait d’éviter deux extrêmes: celui de la fatalité génétique où tout, dans l’intelligence, les sentiments et les comportements serait déterminé par l’hérédité; et celui de la cire vierge où tout serait acquis. “Le programme génétique met en place ce qu’on pourrait appeler des structures d’accueil qui permettent à l’enfant de réagir à son milieu, de repérer des régularités, de les mémoriser puis de combiner les éléments en assemblages nouveaux.” De la sorte, il y a interaction entre le génétique et le socioculturel dans une perfectibilité relative.

Il y a interaction entre le génétique et le socioculturel dans une perfectibilité relative. En fin de compte, on ne parle plus de nature humaine, mais de potentialités humaines pouvant être plus ou moins développées.

»En fin de compte, on ne parle plus de nature humaine, mais de potentialités humaines pouvant être plus ou moins développées. Les travaux des anthropologues et les recherches sur l’intelligence humaine et animale ont dégagé ces potentialités: la liberté dans le temps et l’espace car l’action humaine n’est pas seulement liée au présent ou à la présence des objets; la capacité de combiner les objets pour attendre un but et l’invention des signes pour faciliter et représenter cette combinatoire, l’invention et la pensée de la pure chose liée à chaque objet, c’est-à-dire l’abstraction formelle; l’exigence des règles dont la prohibition de l’inceste; la pratique du don et de l’échange; l’exigence de réciprocité.

»De là, on comprend que les hommes n’étant pas le seul résultat de leurs gènes, mais aussi de l’éducation, on ne peut les figer une fois pour toutes dans un déterminisme biologique et que les ghettos organisés autour de la pureté raciale n’ont pas de fondement réellement humain. Or le raciste explique les différences sociales et culturelles comme l’effet de l’hérédité. La division d’une société en classes est fondée, pense-t-il, sur les propriétés héréditaires. “Ceux qui sont aujourd’hui des prolétaires doivent leur situation inférieure aux tares héréditaires de leur corps et de leur esprit.” La femme est minoritaire parce que génétiquement inférieure, le nègre est esclave parce que génétiquement, naturellement déficient...

»S’il n’y a pas de rapport de nécessité entre un programme génétique invariable et des qualités intellectuelles, affectives et morales d’un individu ou d’une race; s’il ne peut encore moins y avoir un lien absolu entre un trait culturel (religion, langue, coutume) et un peuple, une ethnie ou une race, à cause du caractère contingent et évolutif de la culture; s’il n’ y a pas non plus de relation de cause à effet entre la zone géographique et climatique et l’esprit des gens qui y habitent, le déterminisme naturel fixiste sur lequel s’appuient les théories régionalistes et racistes ne devrait qu’être rangé au musée des erreurs passées.

»Malheureusement, ces erreurs, devenues des mensonges profitables, des idéologies politiques, n’ont pas cessé de hanter les hommes, même les savants et soi-disant éclairés. Tel est le cas de l’idéologie chamitique.


»L’idéologie Chamitique: une arme de combat et de domination

»Le terme Cham enveloppe une des plus funestes manipulations de la réalité historique et culturelle.

»Partant de la malédiction consécutive à la faute présumée de Cham, l’idéologie Chamitique servira aux Hébreux pour frapper d’infamie les Egyptiens et les Noirs, ensuite elle servira pour justifier l’esclavage et la colonisation, puis par une transmutation due à Gobineau, elle servira à dénier aux peuples Noirs toute contribution à la civilisation universelle, toute innovation culturelle africaine étant attribuée à l’apport fécondant de Hamites d’origine blanche.

»Après avoir servi à nier l’apport des Noirs dans la civilisation égyptienne, elle va être utilisée pour présenter les élites des pays des Grands Lacs comme étrangères, apparentées aux colonisateurs et naturellement appelées à participer avec eux au parachèvement de l’oeuvre civilisatrice. Avec l’idéologie Chamitique, le venin du racisme va pénétrer dans les esprits, semant des divisions et des haines qui ont culminé dans des génocides. Elle déforme encore la conscience de certaines élites à tel point que Drake aurait encore raison de titrer, comme en 1959, son article: “Détruire le mythe chamitique, devoir des hommes cultivés.”


»De la malédiction de Cham à la malédiction des Noirs

»Le mot chamitique vient du nom Cham, l’un des trois fils de Noé. Dans la Bible, Ancien Testament, le livre de la Genèse dit au chapitre 9 versets 18-27 que Cham ayant vu son père ivre et nu, il en avait averti ses frères, Sem et Japhet. Le père une fois sorti de son ivresse apprit “ ce que lui avait fait” son jeune fils, et maudit Canaan, fils de Cham en le condamnant à être l’esclave de ses frères.

»Au chapitre 10, la Genèse présente comme fils de Cham, Kouch, Misraïm, Put et Canaan. Et comme fils de Kuch, Séba, Havila, Sabta, Ragma, et Sabteka. Comme fils de Ragma, Saba et Dédan. A ce niveau, tous les peuples de la terre sont présentés comme issus d’un même père. Mais certaines traditions juives vont exploiter l’histoire de la malédiction de Cham pour la transformer en celle des Noirs.

»Une confusion, peut-être intéressée et délibérée, a été faite entre Cham et trois racines de l’égyptien ancien: Cham qui signifie être chaud, brûler qui veut dire esclave, disciple et Cham qui signifie être noir, brunir. Cham est à la fois une chose noire, la terre noire fertile par opposition au désert, terre rougeâtre et stérile, l’appellation de l’Egypte, du roi et des habitants de l’Egypte. Kami désigne le dieu Osiris etc. L’auteur de la Genèse “aurait identifié les contenus sémantiques des trois points ou de deux seulement comme le fera plus tard Philon d’Alexandrie qui, commentant ce passage (Gen. 9, 18-27), identifiera km et la chaleur (hm) d’autant plus facilement que Cham en hébreux a le même sens que dans l’égyptien ancien.”

»Dans une étude sur l’hypothèse Chamitique, son origine et sa fonction diachronique, Edith R. Sanders montre que la malédiction passa des noms de Cham, de Canaan, d’Egypte etc à la couleur noire de la peau et même à la physiologie et à la conduite morale des Noirs “comme le montrent clairement les traditions rabbiniques du Talmud babylonien dans lequel les descendants de Canaan deviennent des Noirs et des dégénérés.”

»En fait la Genèse escamote le vrai motif de la malédiction et les traditions sur l’ivresse de Noé varient: l’une dit que Noé a été castré par Canaan, l’autre qu’il a été émasculé par Cham, tandis qu’une troisième raconte qu’il l’a été par un lion. Dans la mythologie (grecque et hittite par exemple), le mythe de la castration du père est fréquent: Chez les Grecs, Ouranos est émasculé par Kronos, qui a son tour est émasculé par Zeus.

»Comment peut-on récupéré ce thème mythique pour l’exploiter contre les peuples du sud et les Noirs?

»Cette idéologie de la malédiction des Noirs restera désormais latente au long de l’histoire.

»Au XIVe siècle Ibn Khaldun essaye même de la combattre et d’expliquer que la couleur noire n’est pas la suite de la malédiction de Noé mais plutôt l’effet de l’air sous une très grande chaleur. Il constate dans son Muqaddimah ou Introduction à l’histoire universelle qu’il est dit dans la Torah que Noah a maudit son fils Ham mais qu’aucune référence n’y est faite à la couleur noire.

»Aux 18e et 19e siècles, l’idéologie de l’infériorité des Noirs se donne de plus en plus les apparences de la science, étant relayée par des penseurs éminents.

»Le siècle dit des Lumières n’apportera pas de rayons d’objectivité sur la réalité humaine des Noirs.

»D. Hume trouvait que les nègres n’ont aucun signe d’intelligence, Voltaire trouvait qu’ils sont irrémédiablement les derniers sur le plan intellectuel, le naturaliste Cuvier n’y voyait que des barbares proches des singes, tandis que le philosophe Hegel trouvait que l’Afrique était encore “enveloppée dans la couleur noire de la nuit”. Les hommes d’Eglise et autres exégèses insistent sur la peine héréditaire “qui pèse sur une portion de la race africaine” (Lamennais dans L’avenir , 1830).

»A.L. Montandon écrit en 1848 dans son Etude des récits de l’Ancien testament... “Il suffit de vous désigner les nègres pour vous rappeler à quel point la sentence de Noé s’est accomplie sur la postérité de Cham” Mais, pendant que le mythe de la malédiction des Noirs justifie l’esclavage et la colonisation, l’idéologie hamitique prend un tour inattendu avec le comte Arthur de Gobineau.


»Cham selon Gobineau ou la négation de la créativité des Noirs

»Gobineau intervient pour contrer la thèse, défendue par exemple par Volney sur le caractère noir et africain de la civilisation égyptienne ancienne.

»Il s’ingénie à récupérer le concept péjoratif de Chamite pour lui donner une nouvelle signification. Avec son Essai sur l’inégalité des races humaines (1853) le comte Arthur de Gobineau va donner au racisme et à l’idéologie Chamitique une autre tournure non moins dangereuse. Gobineau distingue notamment les races Caucasienne, Sémitique, Japhétide, Jaune et Noire /Cham. Chaque race a selon lui sa spécificité intellectuelle et morale.

»“Les deux variétés inférieures de notre espèce, la race noire, la race jaune, sont le fond grossier, le coton et la laine, que les familles secondaires de la race blanche assouplissent en y mêlant leur soie, tandis que le groupe arian, faisant circuler ses filets plus minces à travers les générations ennoblies, applique à leur surface, en éblouissant chef-d’oeuvre, ses arabesques d’argent et d’or.” Le Noir incarne la laideur, la superstition, la brutalité, l’anthropophagie, la médiocrité, la souillure.

»La civilisation égyptienne serait le résultat du mélange de touristes blancs, éléments civilisateurs, avec des Noirs autochtones. Les Chamites de Gobineau sont primitivement des Blancs mais leur destin a été de se mêler à la race mélanienne, de se métisser et de disparaître. Selon lui, les Chamites qui ont fondé les civilisations nord africaine et mésopotamienne telles que celles de Carthage, de Ninive, de Babylone étaient des Noirs ayant assimilé du sang blanc ou “arian”. Après Gobineau, les Noirs se divisent en vrais et faux nègres, et toute trace de civilisation est imputée à la présence du sang des chamites.

»Les linguistes, les anthropologues, les ethnologues et les égyptologues vont s’engouffrer dans la brèche ouverte par Gobineau et chercher des Chamites derrière toute civilisation africaine. Chez certains linguistes, les langues sont classées en relation avec la hiérarchie culturelle et raciale de leurs locuteurs. Ainsi par exemple, Carl Meinhof écrit en 1936 que “les créateurs de langues à classes ne sont pas des natifs de l’Afrique et (...) n’étaient pas des nègres.” Et l’anthropologue J. Deniker dans Les races et les peuples de la terre (Paris, 1900) affirme que “ l’élément dit Chamitique, d’origine asiatique ou européenne (...) se superposa sur les nègres, les négrilles et les boshimans”.

»De plus, dans son article intitulé “Détruire le mythe chamitique, devoir des hommes cultivés”, Drake cite l’ouvrage de Friedrich Ratzel intitulé Histoire de l’humanité et publié à Londres en 1895 dans lequel Ratzel explique que le terme chamitique doit être appliqué aux tribus dont le type de physionomie approche les plus nobles formes de visages blancs bien que leur couleur soit aussi noire que celle du Noir typique.»





Un innovateur

2016/03/29

«Les EuroSity Awards pour soutenir les projets»




La Nouvelle Republique. Jacky Courtin



«Étrechet. L’Association des Chinois à l’étranger pour la création d’entreprise (Acece) a lancé, avec EuroSity, son nouveau concours à Ozans, samedi. Tout un symbole! Le bâtiment de 4.400 m2 du Citech (Centre d'innovation et de technologies), construit sur le site EuroSity, à Ozans, a ouvert ses portes, pour la première fois, samedi, en accueillant une forte délégation de personnalités chinoises.

»“Il y a un peu moins de deux ans, nous posions la première pierre du Citech. Le bâtiment est magnifique et aujourd'hui, j'apprécie de voir se mettre en place ce concours des EuroSity Awards.” Gil Avérous, président de Châteauroux Métropole, le rappelle très sérieusement: “On nous pose toujours cette question, les Chinois arrivent quand?” A défaut de parler le mandarin, il cite ce proverbe italien: “Chi va piano, va sano e va lontano, qui va lentement va loin et pour aller loin, il faut prendre son temps et respecter celui avec qui l'on discute.

»L'achèvement de ce projet se fera à l'orée 2030”.

»“Pour s'installer en Chine ou en France” Deux heures de discours sur le renforcement des relations franco-chinoises ont ponctué ce rendez-vous organisé par la Sino-France Economic Cooperation Zones (SFECZ). Les EuroSity Awards étaient attendus comme une promesse.

»“C'est la 8e édition de ce concours international et notre première collaboration avec EuroSity, à Châteauroux, souligne Li Tianlun, président de l'Acece. Notre association compte six cents membres et elle a été fondée en 2010 pour promouvoir l'entreprenariat franco-chinois. Les EuroSity Awards sont un dispositif de soutien et d'accompagnement pour jeunes entrepreneurs dans leur développement en France ou en Chine.”

»Qui peut postuler? “Quatre groupes: Initiative pour les porteurs de projets et d'idées ou jeunes entreprises de moins d'un an; les entreprises innovantes, start-up de plus d'un an; le groupe développement en Chine pour les entrepreneurs chinois, actuellement en France, et qui souhaitent retourner en Chine; le groupe développement en France pour les entrepreneurs chinois (en France ou en Chine) qui souhaitent s'installer en France.” A la clé: des prix et une prise en charge en incubateur, grâce à un fonds d'investissement de 150.000 € mis en place par EuroSity. La finale du concours aura lieu en juillet. Et après? Quels seront les candidats qui auront fait le choix de venir s'implanter au Citech? Le tapis est déroulé.

»jacky.courtin@nrco.fr

»Contacts pour participer au concours. Site Internet:

»http://eurosity.acece.eu

»E-mail: eurosity@acece.eu

»ou

»yu.huan@eurosity.fr»





Administration Publique et innovation

2016/03/28

Newsletter L&I, n.º 97 (2016-03-28)




n.º 97 (2016-03-28)


Administração Pública e inovação | Administración Pública e innovación |
Administration Publique et innovation | Public Administration and innovation

Um inovador | Un innovador | Un innovateur | An innovator

Uma inovação | Una innovación | Une innovation | An innovation

A execução da inovaçao | La ejecución de la innovación | L’exécution de l’innovation |
The innovation execution



Index


Liderar Inovando (BR)

«Seminário Tecnologia Tropical ITEP: Inocrowd Crowdsourcing de Inovação Aberta, um ponto de ruptura no modelo de inovação Brasileiro» ( ► )
«Agora você pode resolver problemas do mundo sem sair de casa. Entenda» ( ► )
«Feira capacita artesãos para Jogos Olímpicos no Rio» ( ► )
«Centro de inovação aberta da Unicamp completa um ano» ( ► )

Liderar Inovando (PT)

Sandra Salvado, Pedro A. Pina: «Inovação aberta à comunidade resolve problemas da NASA» ( ► )
António Bob Santos: «A dualização do tecido produtivo» ( ► )
Duarte Neiva Ferreira: «Marcelo inaugura um novo ciclo de
'Presidência Aberta'» ( ► )
«ICT2015: Inovação aberta, Ciência aberta e abertura ao mundo são as 3 prioridades do comissário Carlos Moedas» ( ► )

Liderar Innovando (ES)

«Presentan en la Universidad Autónoma de Aguascalientes modelo de innovación abierta asistida por computadora (UAA)» ( ► )
Jorge Medina: «Beneficios de la innovación abierta en las empresas» ( ► )
«Puertollano: Repsol apuesta por la innovación abierta para dar respuesta a los grandes retos de la energía» ( ► )
«Hasta 40.000 euros para proyectos que innoven en educación y economía. Cotec lanza su 'Programa de Innovación Abierta'» ( ► )

Mener avec Innovation (FR)

Hélène Quaniaux: «La Poste met le paquet sur l’open innovation avec 3 initiatives autour du partage de ses données» ( ► )
«Naturex: prépare l’avenir du marché des ingrédients» ( ► )
«La Banque Populaire Occitane lance un projet d'open innovation
avec la Mêlée» ( ► )
«Forum Crans Montan: La relation TIC-éducation débattue à Dakhla» ( ► )

Leadership and Innovation (EN)

«Namibia: Open Data Portal a Technical Enabler for Innovation and Growth» ( ► )
Steven Max Patterson: «Facebook’s Open Compute Project helps competitors build hyperscale data centers together» ( ► )
«Equate backs open innovation» ( ► )
«A National Open Innovation Strategy for Austria» ( ► )

Licencia Creative Commons Licencia Creative Commons
Atribución-NoComercial 4.0 Internacional








2016/03/25

Hélène Quaniaux: «La Poste met le paquet sur l’open innovation avec 3 initiatives autour du partage de ses données»




Presse-Citron



«Ce weekend avait lieu Code avec La Poste, le premier Hackathon autour des APIs postales, auquel Presse- Citron a pu assister. Cet événement était organisé suite à la mise en ligne des portails dataNOVA et Developer, des projets phare de La Poste dans le cadre de sa stratégie d’open innovation.

»DataNOVA et Developer: 2 nouveaux portails pour valoriser les données postales en les partageant.

»La Poste vient d’ouvrir dataNOVA, un portail qui donne l’accès libre à 2 catalogues de données. Le premier est constitué de données postales jusque-là réservées à ses collaborateurs. Sur dataNOVA, il est désormais possible à quiconque d’avoir accès à la liste des 17 000 bureaux de poste et agences postales implantés sur le territoire, avec pour chacun ses caractéristiques et les services proposés. Autre exemple: la base des 137 000 boîtes aux lettres de rues, les fameuses boîtes jaunes implantées sur la voie publique, qui sont répertoriées et localisées. Cette initiative rencontre visiblement du succès, les compteurs indiquant que les données ont été téléchargées près de 13 000 fois.

»Le second catalogue, riche d’une cinquantaine de jeux de données, provient de sources externes comme l’INSEE ou la CAF, et donne l’information en temps réel sur la disponibilité des vélos en libre-service de JCDecaux, la liste des commerces où il est possible d’acheter des tickets de métro, ou encore la liste des équipements et services de santé sur le territoire.

»La Poste lance également Developer, une plateforme en version bêta qui propose pour l’instant 5 APIs de services (dont 4 gratuites et 1 en freemium) sur par exemple les tarifs d’envoi du courrier ou les données sur le suivi des lettres et des colis.

»Ces APIs vont permettre à des entrepreneurs d’imaginer et de développer de nouveaux services et usages avec les données postales. Dans cette optique, La Poste a organisé un Hackathon le weekend dernier, auquel Presse-Citron a pu assister.

»Du vendredi 4 mars 19h au dimanche 6 mars 19h se tenait le Hackathon “Code avec La Poste”, dédié aux premières APIs postales, en partenariat avec BeMyApp. Presse- Citron a suivi les dernières heures de code et les pitchs des 12 équipes.

Du vendredi 4 mars 19h au dimanche 6 mars 19h se tenait le Hackathon “Code avec La Poste”, dédié aux premières APIs postales, en partenariat avec BeMyApp.

»A quelques minutes du début des pitchs, Aurore la chef de projet de BeMyApp prend le micro et s’adresse à la quarantaine de participants avec un énergique “On est comment?”. “Fatigués” répondent-il en coeur! Normal après 25 heures de compétition dont une nuit blanche pour une partie d’entre eux. Malgré la fatigue, ils a􀃕chent toutefois un réel enthousiasme et une certaine excitation à l’idée de présenter leurs projets au jury. Ils devaient s’inscrire dans l’un des 4 thèmes proposés et ils sont jugés sur l’expérience utilisateur (simple et fluide), le côté innovant, le potentiel commercial et le potentiel de généralisation rapide.

»On a été surpris par la diversité des projets et la capacité des codeurs à se mettre dans la peau des utilisateurs en imaginant des nouveaux services utiles au quotidien. C’est ainsi qu’une équipe a imaginé Affluence monitor, un système qui propose de connaître en temps réel l’affluence dans un bureau de Poste. Une autre a développé Etaonis, un système de reconnaissance vocale qui fait gagner du temps en dictant des requêtes à un automate pour obtenir des informations sur les services de La Poste (horaires, tarifs...), aussi simplement que lorsqu’on utilise Siri ou Cortana.

»C’est la team Link Value avec son service de timbre dématérialisé qui a remporté le 1er prix.

»Elle est suivie de Proximeo qui propose une plateforme pour faire réaliser des services de proximité par les postiers et Les Boîtes Jaunes qui renseigne en temps réel sur la qualité de l’air grâce à un objet connecté greffé aux boîtes aux lettres de rue. Ces 3 équipes ont été récompensées par des prix de respectivement 5000 €, 3000 € et 2000 €. Le jury a aussi tenu à remettre un prix coup de coeur à 1-click returning qui permet de renvoyer un colis acheté en ligne depuis sa boîte aux lettres en un seul clic.

»Bravo à ces 12 équipes pour leur créativité et leur travail, et on espère que ces projets pourront voir le jour dans un avenir proche!»





L’exécution de l’innovation

2016/03/24

«Naturex: prépare l’avenir du marché des ingrédients»




Zonebourse.com



«A quoi ressemblera le marché dans quelques années? Eléments de réponse avec les engagements Open Innovation de Naturex.

»De quelle façon les nouvelles technologies vontelle modifier la chaîne logistique des ingrédients? L'industrie pourra-t-elle tenir la distance? Dans ce contexte de perpétuelle évolution, deux concepts fondamentaux s'imposent: la collaboration et l'ouverture d'esprit.

»Pour Naturex, il est évident que le marché des ingrédients doit relever ces défis en s'appuyant sur l'utilisation de technologies novatrices, d'où qu'elles viennent.

»La clé du succès c'est l'Innovation Ouverte (ou Open Innovation) L'innovation a toujours été inscrite dans les gênes de Naturex. Le Groupe a depuis longtemps établi des partenariats avec les autorités scientifiques et académiques, et ces collaborations ont été couronnées de succès. Dernier exemple en date: le lancement de la collection cosmétique Eutectys™ début 2016.

»Autre moyen alternatif d'innover: les contrats de licence. C'est ce qu'a mis en place Naturex, avec le groupe Barry Callebaut au sujet de la commercialisation des extraits de cacao. Cet accord signé avec le leader mondial du cacao autorise Naturex à apporter au marché des compléments alimentaires les bienfaits des flavanols de cacao. Se tourner vers l'avenir avec INGENIUM, nouveau programme d'Open Innovation

»Naturex lance INGENIUM, un nouveau programme d'Open Innovation dont le but est d'accompagner le progrès technologique, en soutenant des initiatives novatrices provenant de différentes sources. Naturex prévoit de conclure des partenariats avec des entreprises ou start-ups de pointe dont les projets ou idées pourraient se révéler utiles au développement futur du groupe. Ces partenariats se matérialiseront par du mentoring ou du conseil à différents niveaux (juridique, réglementaire, logistique, marketing etc). Naturex prévoit également d'ouvrir ses locaux aux candidats sélectionnés en leur offrant par exemple la possibilité d'utiliser ses laboratoires de recherche ou d'application.

Naturex lance INGENIUM, un nouveau programme d'Open Innovation dont le but est d'accompagner le progrès technologique, en soutenant des initiatives novatrices provenant de différentes sources.

»Par ailleurs, l'entreprise met sur pied un groupe consultatif (Technology Advisory Group), composé d'acteurs économiques et scientifiques reconnus. Les domaines de recherche privilégiés seront les biotechnologies, les nouveaux processus d'extraction et de culture, l'identification de nouvelles espèces botanique ou les techniques innovantes de marketing digital.

»Doug Klaiber, président de Naturex-DBS, l'une des divisions du groupe a été missionné pour mettre sur pied cette démarche d'Open Innovation.

»L'expérience de Doug au sein de Decas Botanical Synergies, entreprise spécialisée dans les ingrédients innovants, rachetée par Naturex en 2011, en fait le candidat idéal pour cette mission. Olivier Rigaud, directeur général de Naturex commente: “L'Open Innovation est un pilier-clé de notre plan stratégique Bright2020. Notre objectif pour 2020 est de générer 10% de chiffres d'affaires grâce au développement de nouveaux produits.

»Nous savons que l'innovation peut provenir de différents canaux, internes améliore sa performance client, contribue au développement de l'industrie et soutient aussi le développement économique local. Nous sommes fiers de contribuer au développement de l'industrie de demain.”


»A propos de Naturex:

»Naturex est le leader mondial des ingrédients naturels d'origine végétale. A travers ses business units dédiées, le groupe répond aux besoins de 3 marchés stratégiques: Food & Beverage, Nutrition & Health et Personal Care. L'entreprise offre à ses clients des ingrédients sourcés de façon responsable dans la nature pour les industries agroalimentaire, nutraceutique, et cosmétique. Naturex, dont le siège social est basé à Avignon, emploie plus de 1 700 personnes et dispose de 8 bureaux de sourcing dans le monde et de ressources industrielles performantes à travers 15 sites industriels en Europe, au Maroc, aux États-Unis, au Brésil, en Australie, en Inde et au Chili. Le groupe bénéficie en outre d'une présence mondiale à travers un réseau commercial de 25 bureaux. www.naturex.com»





Une innovation

2016/03/23

«La Banque Populaire Occitane lance un projet d'open innovation avec la Mêlée»




La Tribune Toulouse



«La Banque Populaire Occitane annonce le lancement d'un projet collaboratif "pour identifier de futurs usages de l'agence bancaire." Une première matinée de réflexion est organisée le 17 mars à La Cantine Toulouse.

»La Banque Populaire Occitane (Groupe BPCE) lance un premier projet collaboratif "pour identifier de futurs usages de l'agence bancaire". Première étape: l'organisation d'une première matinée de "créativité collective", le 17 mars prochain à la Cantine Toulouse, associant prospects, clients et collaborateurs de la banque.

»Un communiqué de presse explique que "les 6 groupes de travail de 8 à 10 personnes seront animés par des experts de la Mêlée, pour évaluer les attentes et imaginer de nouveaux modes d'utilisation de nos agences bancaires".

»À l'origine de cette démarche, un constat: "une baisse récurrente de fréquentation des agences, de 5 % par an depuis 10 ans". Pour Pierre Tastet, directeur général adjoint de la Banque Populaire Occitane: "La banque a pour ambition d'exploiter et de mettre en oeuvre les idées qui sortiront de ce Hackathon."»





Un innovateur

2016/03/22

«Forum Crans Montan: La relation TIC-éducation débattue à Dakhla»




LE MATIN.ma



«Le FCM réunit des experts de différents pays pour débattre de la relation TIC-éducation. Cette rencontre est axée sur l'utilisation des technologies de l'information principalement dans le domaine de l'éducation et sur l'approche de coopération.

»Le Forum Crans Montana, qui tient les travaux de sa 27e session à Dakhla, a réuni samedi des experts de différents pays africains pour débattre de la relation entre les nouvelles technologies de l'information et l'éducation en tant que clé du futur.

»Un panel sous le thème “Education et technologies de l'information et de la communication, enjeux, perspectives et innovations” a été marqué notamment par la participation du ministre de l'Education et de la Formation professionnelle, Rachid Belmokhtar, et d'Aicha Bah Diallo, présidente de TrustAfrica, une organisation qui cherche à renforcer les initiatives africaines visant à remédier aux défis les plus complexes auxquels le continent est confronté.

»Cette rencontre a été axée sur l'utilisation des technologies de l'information principalement dans le domaine de l'éducation, ainsi que sur l'approche de coopération, le partenariat public-privé et le problème de l'électrification rurale, a déclaré Rachid Belmokhtar à la MAP, notant que toutes ces thématiques visent l'équité dans l'accès à l'éducation.

»Les débats ont porté également sur l'expérience marocaine qui est “très riche” dans le domaine des technologies de l'information ainsi que sur les progrès que le Maroc a réalisés dans le domaine de l'électrification, en même temps que sur les efforts qui reste à faire, a ajouté le ministre.

Les débats ont porté également sur l'expérience marocaine qui est “très riche” dans le domaine des technologies de l'information ainsi que sur les progrès que le Maroc a réalisés dans le domaine de l'électrification, en même temps que sur les efforts qui reste à faire.

»Cette rencontre a été aussi l'occasion de présenter la nouvelle approche du système éducatif marocain ainsi que les efforts du Royaume en matière de développement de l'éducation pour l'entrepreneuriat, la finance et surtout les nouvelles formations notamment professionnelle.

»“Ces formations vont révolutionner notre système éducatif”, a relevé Rachid Belmokhtar.

»Plusieurs sujets ont été à l'ordre du jour de ce panel, notamment “Le numérique au service de l'éducation”, “Mutation pédagogique et partenariats public-privé”, “Energie et extension de la couverture réseau en zone rurale”, “Les innovations et la formation en ligne ouverte à tous” et “Mutualiser les moyens financiers et les potentiels de développement”.

»Plusieurs sujets ont été à l'ordre du jour de ce panel, notamment “Le numérique au service de l'éducation”, “Mutation pédagogique et partenariats public-privé”, “Energie et extension de la couverture réseau en zone rurale”, “Les innovations et la formation en ligne ouverte à tous” et “Mutualiser les moyens financiers et les potentiels de développement”.

»Le Forum Crans Montana se tient à Dakhla pour la deuxième fois consécutives. Placée sous le haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, cette grande messe internationale réunit plus d'un millier de personnalités venues des quatre coins du globe pour échanger autour de la thématique principale de “L'Afrique et la coopération Sud-Sud: une meilleure gouvernance pour un développement économique et social durable”.»





Administration Publique et innovation

2016/03/21

Newsletter L&I, n.º 96 (2016-03-21)




n.º 96 (2016-03-21)


Administração Pública e inovação | Administración Pública e innovación |
Administration Publique et innovation | Public Administration and innovation

Um inovador | Un innovador | Un innovateur | An innovator

Uma inovação | Una innovación | Une innovation | An innovation

A execução da inovaçao | La ejecución de la innovación | L’exécution de l’innovation |
The innovation execution



Index


Liderar Inovando (BR)

«“Burocracia impede que escolas mudem”, diz idealizador
da Escola da Ponte» ( ► )
«Moda inclusiva premia estudante do Senai. Aluno ganhou estágio em empresa de tecidos após desenvolver vestidos para anãs» ( ► )
«Tico Santa Cruz vem a Fortaleza para falar sobre extermínio da
juventude negra» ( ► )
Zhang Weiying: «Inovação e liberdade são os maiores problemas
da China» ( ► )

Liderar Inovando (PT)

«Ovar: Polo de Capacitação e Inovação Social em fase de conclusão» ( ► )
«Fundação Montepio celebra 20 anos a falar da economia social» ( ► )
Vitor Pereira (@conteudochave): «A base de uma “Smart City”» ( ► )
«Green Project Awards Portugal abre candidaturas para a 9ª edição» ( ► )

Liderar Innovando (ES)

Roberto Villegas Flores: «Innovación social como punto de
encuentro territorial» ( ► )
Maira Cabrini (@MairaCabrini): «Innovación social: 5 ideas que hacen frente a la crisis de refugiados» ( ► )
«BIM, economía circular e innovación social, en la próxima
BBB-Construmat» ( ► )
«La innovación social, un elemento esencial en la estrategia de
SUEZ Water Spain» ( ► )

Mener avec Innovation (FR)

«Plusieurs villes du 95 primées pour l’innovation sociale» ( ► )
Benoît Georges (@bengeorges): «Quand l’innovation sociale est payante pour l’entreprise» ( ► )
«L’innovation sociale à l’honneur en 2015» ( ► )
«Un nouveau projet de recherche pour le Centre d’innovation sociale en agriculture» ( ► )

Leadership and Innovation (EN)

«Is Japan ready for social innovation?». Conversation with
Kanji Tanimoto ( ► )
«Crowdsourced Map Uncovers Social Innovation in Austin» ( ► )
«What is Shared Value?» ( ► )
«Hitachi Announces Jack Domme to Drive Social Innovation Business and Extend Its Lead in IoT» ( ► )

Licencia Creative Commons Licencia Creative Commons
Atribución-NoComercial 4.0 Internacional








2016/03/18

«Un nouveau projet de recherche pour le Centre d’innovation sociale en agriculture»




www.lanouvelle.net



«Le Centre d’innovation sociale en agriculture (CISA) du cégep de Victoriaville est fier d’avoir obtenu une subvention d'une somme de 239 400 $ sur trois ans octroyée par le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) afin de réaliser un important projet de recherche sur la sécurité alimentaire des Cris de Chisasibi.

»Intitulé Innovation sociale du bioalimentaire nordique dans la communauté autochtone de Chisasibi, ce projet de recherche sera dirigé par Richard Lair, enseignant au cégep de Victoriaville et chercheur au CISA. Ce dernier sera accompagné de Marie-Joëlle Brassard, Ph. D., également chercheuse au CISA. Pour mener à bien leur projet, les deux chercheurs pourront également compter sur la collaboration de Chakda Yorn, très impliqué dans la communauté crie, qui agira à titre d’expert de la Coopérative de solidarité Niska.

Ce projet de recherche est rendu possible grâce à un partenariat avec le Chisasibi Business Service Center Inc., le Cree Women of Eeyou Istchee Association, en collaboration avec Renée Michaud de l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels de l’Université Laval et madame Marie Béïque.

»La recherche vise à analyser l'approvisionnement alimentaire par le mode de vie traditionnel puis à identifier et implanter un projet pilote qui soit porteur de changements positifs tout en intégrant davantage les savoirs traditionnels. Finalement, la recherche permettra de proposer une solution novatrice pour préserver le savoir traditionnel cri en matière d’alimentation.

»Mentionnons que ce projet de recherche est rendu possible grâce à un partenariat avec le Chisasibi Business Service Center Inc., le Cree Women of Eeyou Istchee Association, en collaboration avec Renée Michaud de l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels de l’Université Laval et madame Marie Béïque, une nutritionniste qui a cumulé près de 20 ans d’expérience auprès des communautés autochtones.

»Rappelons que le CISA est un centre collégial de transfert de technologie établi au cégep de Victoriaville. Sa mission est de mener des projets de recherche appliquée en innovations sociales pour le secteur agroalimentaire. Les services du CISA se déclinent à travers la recherche appliquée, la formation, le transfert de connaissances, l’aide technique et l’éducation citoyenne.»





L’exécution de l’innovation

2016/03/17

«L’innovation sociale à l’honneur en 2015»




Comptanoo



«Selon un observatoire publié pour la 5ème année par un cabinet indépendant, 2015 aura vu l’avènement de nombreuses initiatives entrepreneuriales sociales.


»Des applications variées pour une même ambition

»Autant 2014 avait été marquée par la progression des créations visant la solidarité, la simplicité et le “do it yourself”, autant le millésime 2015 de l’observatoire a fait ressortir une foison de projets autour des thématiques majeures de l’économie sociale: habitat durable, consommation responsable, réseaux solidaires,…

»Globalement on peut se réjouir que les nouveaux entrepreneurs aient pris la mesure de l’importance d’une économie plus sociale et plus solidaire.

»Faut-il voir dans cette évolution un effet induit de la Conférence sur le climat (COP21) qui s’est tenue à Paris fin 2015?


»Urbanisme, consommation, technologie,…

»Voici quelques exemples d’initiatives françaises, histoire d’attiser notre curiosité:

»Produire de l’électricité avec des roseaux géants: le principe vise à utiliser l’énergie produite par les mouvements de roseaux géants, connectés à un système générateur d’électricité situé au niveau du sol. Le dispositif pourrait s’intégrer aisément dans un schéma urbain.

»Géolocaliser les commerces qui vendent du vrac: cette application s’adresse aux consommateurs qui veulent réduire leur déchets ménagers. Elle permet de géolocaliser les commerces qui proposent la vente en vrac. Le client y apporte ses boîtes, ses bocaux, et n'achète donc pas d'emballages jetables.

»Des chaussures qui grandissent en même temps que les enfants: ce type de chaussure a une durée de vie de 5 ans, et s’ajuste progressivement à la taille du pied.


»Consommation responsable et équité

»Dans leur immense majorité, ces projets d’entreprise ont une vocation éco-citoyenne favorisant un environnement durable et une meilleure équité sociale.

»Les années à venir nous apporterons les enseignements sur la capacité de ces nouvelles aventures entrepreneuriales à s’inscrire dans la durée, favorisant une économie plus responsable et plus solidaire. C’est tout le mal qu’on peut souhaiter.


»Pour découvrir les 365 initiatives sélectionnées par l’observatoire Efficycle, rendez-vous à cette adresse





Une innovation

2016/03/16

Benoît Georges (@bengeorges): «Quand l’innovation sociale est payante pour l’entreprise»




Les Echos



«Réduire les inégalités et assurer la croissance pour tous est un challenge majeur, mais il n’est pas toujours bien vu des actionnaires et des entreprises. Une nouvelle étude du Forum économique mondial tente de les convaincre, en expliquant pourquoi l’innovation sociale (définie comme “des approches innovantes, durables et s’appuyant sur le marché pour le bénéfice de la société”) constitue “une stratégie de plus en plus pertinente”. Pour les auteurs, les bénéfices à en attendre sont de quatre ordres: construire les marchés du futur, en créant de nouvelles offres et en s’adressant à de nouveaux pays; investir dans les talents, en s’adressant aux travailleurs de demain; renforcer la chaîne logistique, en s’assurant des approvisionnements plus durables ou de meilleure qualité; et, enfin, améliorer ses investissements, en misant sur des projets prometteurs. L’étude vaut surtout par ses nombreux exemples, de Novo Nordisk engagé dans la distribution d’insuline dans les pays pauvres à Nestlé s’associant aux petits producteurs pour ses cafés premium, en passant par SAP, qui a embauché 700 personnes souffrant d’autisme depuis 2013.»





Un innovateur

2016/03/15

«Plusieurs villes du 95 primées pour l’innovation sociale»




Marie Persidat. Le Parisien



«Le centre communal d’action sociale (CCAS) d’Ermont a remporté le concours de l’innovation sociale, avec son dispositif d’accessibilité pour les personnes malentendantes. Un chèque de 3 000 € lui a été remis ce mardi.

»L’association IMAJ 95 à Bouffémont prend la deuxième place avec son projet d’auto-école visant à favoriser la remobilisation dans un parcours d’insertion et reçoit 2 500 €.

»Le CCAS de Pontoise gagne le troisième prix (1 500 €) pour son action de lien, entre des locataires de logements sociaux et des gens du voyage. Sans oublier le prix “coup de cœur”, doté de 700 €, attribué à l’association “Action animal” basée à Saint-Prix, pour son projet de découverte de notre environnement en calèche.»





Administration Publique et innovation

2016/03/14

Newsletter L&I, n.º 95 (2016-03-14)




n.º 95 (2016-03-14)


Administração Pública e inovação | Administración Pública e innovación |
Administration Publique et innovation | Public Administration and innovation

Um inovador | Un innovador | Un innovateur | An innovator

Uma inovação | Una innovación | Une innovation | An innovation

A execução da inovaçao | La ejecución de la innovación | L’exécution de l’innovation |
The innovation execution



Index


Liderar Inovando (BR)

«Accenture: o desafio da evolução digital nas empresas» ( ► )
Luís Osvaldo Grossmann: «Todos querem mudanças no Decreto do Marco Civil da Internet» ( ► )
«Secretaria da Agricultura, Pesca e Aquicultura (SEAPA) Seapa realiza seminário sobre Reflorestamento Empresarial no Ceará» ( ► )
«II Feira da Sustentabilidade - Compartilhando Novas Leituras e Inspirações (14 a 16 abril 2016)» ( ► )

Liderar Inovando (PT)

«Comunidade Intermunicipal (CIM) do Ave promove encontro de Instituições Particulares de Solidariedade Social (IPSS) sobre financiamentos
comunitários» ( ► )
«Gaia quer criar um novo programa de ação social para famílias mais vulneráveis» ( ► )
Isabela Mena: «Verbete Draft: o que é Capitalismo Consciente» ( ► )
«Espectáculo 'Imagine' no Cine Teatro de Santo António. Sessões decorrem entre os dias 10 e 12 de Março em Santo António» ( ► )

Liderar Innovando (ES)

Cheikh Fall: «África y las redes sociales: las nuevas formas de participación ciudadana» ( ► )
«Inician foro regional sobre educación e innovación» ( ► )
«El Tecnológico de Monterrey impulsa la innovación ciudadana» ( ► )
El Derecho a la Educación de las Niñas con Discapacidad. Jornadas
organizadas por el Comité Español de Representantes de Personas con Discapacidad (CERMI) ( ► )

Mener avec Innovation (FR)

«Pourquoi la mobilité inclusive est bonne pour la transition énergétique et pour l‘emploi?» ( ► )
«Croissance verte inclusive: Focus de la Banque mondiale sur le recyclage des déchets au Maroc» ( ► )
«Ada s’investit dans la recherche en finance inclusive» ( ► )
Habib Karaouli: «Le Programme national des réformes majeures (PNRM): un exercice mineur sur des questions majeures» ( ► )

Leadership and Innovation (EN)

«Rashtrapati Bhavan to host Festival of Innovations from March» ( ► )
PK Agarwal: «The new workforce: Aligning jobs and skills in the age of tech disruption» ( ► )
Amy Liu (@amy_liuw): «Why economic development matters» ( ► )
«Five Reasons To Support #AfricasEinsteins» ( ► )

Licencia Creative Commons Licencia Creative Commons
Atribución-NoComercial 4.0 Internacional