2016/01/19

«Thibaut de Jaegher: “L'ordre et le déviant”»




L’Usine Nouvelle



«“L’innovation! L’innovation! L’innovation! Il ne suffit pas de sauter comme un cabri sur sa chaise pour que ce concept prenne vie!”. Si Charles de Gaulle était encore de ce monde, nul doute qu’il nous servirait cette saillie (faite à l’origine sur l’Europe) pour fustiger les "parleurs" de l’innovation. Pas une chronique (à commencer par cet édito), pas une présentation d’entreprise qui ne fasse l’impasse sur cette notion. Elle est même devenue une authentique "tarte à la crème".

»La moindre nouveauté est qualifiée d’innovante. La moindre évolution d’un produit également. C’est un peu comme si ce mot suffisait à parer l’objet ou le service concerné de vertus magiques. Le croire serait évidemment une vue de l’esprit. Mais cette place qu’occupe l’innovation au sein de notre société pose question. À mesure qu’elle s’impose comme un mantra incontournable, elle se vide finalement de sa substance.

»Mais alors de quoi l’innovation est-elle le nom? Est-ce une valeur? Un état d’esprit? Est-ce forcément une rupture technologique? Est-ce une invention ou un changement d’usage? Est-ce une discipline ou un mouvement spontané?

»Le questionnaire de Proust de l’innovation, que publie notre confrère “Industrie & Technologies” chaque week-end sur son site, nous apporte quelques clés.

»Mouvement, croissance, créativité, imagination, observation, démarche artistique, progrès, prospérité, différence, diversité, compétitivité, pragmatisme, produit, amélioration industrielle, adaptation, expérience… Voilà les mots que les personnalités qui répondent à ce questionnaire associent spontanément à l’innovation.


Le “déviant” d’aujourd’hui, c’est clairement la start-up car elle menace l’ordre établi.

»De cet inventaire à la Prévert, quatre idées émergent:

»1. L’innovation est un élan: elle met en mouvement, change la donne.

»2. L’innovation est palpable: elle se mesure, se voit, se sent.

»3. L’innovation est une performance, au sens artistique, car c’est forcément une première.

»4. L’innovation est un progrès: social, environnemental, technologique...


»Un dernier mot sur l’innovation. Quand on lit les travaux de Benoît Godin, auteur d’une “Histoire intellectuelle de l’innovation”, on découvre que le roi Édouard VI d’Angleterre a interdit, en 1548, l’innovation, alors perçue “comme l’introduction d’un changement dans l’ordre établi”. Donc déviante. Une définition qui fait étrangement écho à la guerre que se sont livrée Uber et les taxis.

»Le “déviant” d’aujourd’hui, c’est clairement la start-up car elle menace l’ordre établi. À vous de deviner qui joue le rôle d’Édouard VI...»





Administration Publique et innovation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire