2015/11/06

«Sortir du cadre pour innover: regard d'aujourd'hui sur le service public»




Orianne Ledroit et Marine Ulrich. TheHuffingtonPost



«Notre génération est née dans une fin de siècle. Elle a fêté ses vingt ans quand les journaux titraient en une la crise de l'économie mondiale. Elle a fait ses premiers pas dans le monde du travail au moment où ont émergé de nouveaux modèles moins centralisés, moins segmentés.

»Notre génération a inventé de nouvelles façons de travailler, d'être ensemble. Elle a fait émerger de nouvelles communautés quand d'autres avaient annoncé le triomphe de l'individualisme.

»Face à ces mutations, et pour continuer à remplir ses missions bienveillantes et inclusives - nous y sommes attachées - le service public doit faire son entrée dans le 21ème siècle. Comment ? En intégrant dans son organisation et dans sa structure les caractéristiques induites par le numérique : partage, pair à pair, désintermédiation, contribution.

»Nous, jeunes acteurs de la société civile engagés dans les territoires, pensons que les évolutions en cours constituent l'opportunité tant attendue d'un changement de posture de l'institution publique pour inventer un nouveau rapport au citoyen, pour passer d'un "Etat providence" à une "société providence". L'Etat et les collectivités ont timidement amorcé leur mue. Il est temps d'aller plus loin.

»Nous croyons que le service public est bien plus que la somme des administrations centrales et locales qui rendent l'Etat et les territoires fonctionnels. Nous croyons que, bien plus qu'un guichet, le service public peut et doit être le lieu de l'empowerment du citoyen. C'est en ce sens qu'il serait véritablement démocratique, non pas seulement parce qu'il serait accessible au plus grand nombre mais surtout parce qu'il procèderait du plus grand nombre.

Nous croyons que, bien plus qu'un guichet, le service public peut et doit être le lieu de l'empowerment du citoyen. C'est en ce sens qu'il serait véritablement démocratique, non pas seulement parce qu'il serait accessible au plus grand nombre mais surtout parce qu'il procèderait du plus grand nombre.

»Mettre l'administration en mouvement ? Innover par et pour le service public ? Oui, et plus encore : c'est une initiative collective de design politique qu'il faut entreprendre pour repenser l'institution du 21ème siècle non pas à l'aune de ce qu'elle administre mais de ce qu'elle facilite. Cette tâche passionnante et ô combien nécessaire ne peut être la seule responsabilité des politiques.

»La semaine de l'innovation publique rassemble les initiatives plurielles et significatives en faveur de la transformation digitale des services publics. Nous voulons saisir dans cet évènement l'occasion d'une adresse. Une adresse pour aller plus loin.

»A vous décideurs publics,

»A vous concepteurs, faiseurs, serviteurs du service public,

»A vous qui êtes engagés dans la lourde et nécessaire tâche de transformer l'Etat et les collectivités locales dans la diversité des territoires qui sont les vôtres,v Engagez-vous dans cette démarche en prenant le temps de penser davantage le service public en dehors de ses administrations et de ses services.

»Immergez-vous toujours plus dans les lieux de l'innovation sociale.

»Allez plus encore à la rencontre des acteurs qui la font vivre, avancer, progresser au quotidien en faisant émerger de nouvelles formes de citoyenneté. Ils sont disponibles et pragmatiques.

»Saisissez le cours des innovations technologiques en continuant de vous plonger dans les fablab, tiers-lieux et autres laboratoires où l'avenir s'invente et se prototype au gré de dynamiques ouvertes et collaboratives.

»Laissez-vous conter leur histoire pour mieux en sentir les évolutions.

»Poussez davantage la porte de ces entreprises qui allient recherche de rentabilité économique, souci de l'intérêt général et exigence d'un développement durable.

» Apprenez de leurs échecs. Inspirez-vous toujours plus de leurs méthodes, de leurs principes, de leurs valeurs. Expérimentez leur transposition au service public.

»L'innovation n'est ni publique ni privée, elle est d'abord sociétale. Elle ne se décrète pas, elle se cherche toujours. Elle se construit dans un processus itératif qui intègre l'erreur et l'échec comme levier d'amélioration constante des services. Elle fait la part belle à l'expérimentation. Elle génère de nouveaux usages. Elle rend caduque les organisations rétives au changement et dessine sans cesse de nouveaux champs à investir par la pensée et par l'action.

»Alors, construisons dans cette logique l'innovation publique. Pour que vive le service public !»





L’exécution de l’innovation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire