2015/06/03

«Comment le développement des ballons de football a empêché des tragédies comme celle de Jeff Astle se reproduire»




Goal



«Les ballons synthétiques sont souvent impopulaires auprès des joueurs de football mais un retour aux vieux modèles en cuir n’est pas envisageable. Découvrez pourquoi.

»En 2002, l’ancien attaquant de la sélection anglaise, Jeff Astle, s’est effondré dans la maison de sa fille et a été transporté à l’hôpital, où il est décédé à l’âge de 59 ans. Les médecins ont statué que l’icône de West-Bromwich Albion avait été tuée par une maladie dégénérative du cerveau, provoquée par des traumatismes crâniens mineurs mais répétitifs causés par ses frappes de la tête récurrentes dans un ballon de cuir épais.

»Lorsque la fédération anglaise de football a omis de publier les recherches à l’état d’Astle après sa mort, sa famille a lancé la campagne Justice pour Jeff, déterminée à rendre public les dommages causés à d’autres anciens footballeurs comme une conséquence de leur carrière de joueur.

»“Je tenais à ce que la recherche soit publiée par la FA parce que s’il y a une preuve que les frappes répétitives de la tête provoque des lésions cérébrales alors cela peut avoir des conséquences sur le joueur d’aujourd’hui”, a déclaré le fils de l’ancien manager écossais Ally McLeod, qui est décédé en 2004 à la suite d’un combat de dix ans avec Alzheimer.

»Il y a aussi d’autres cas. Duncan Forbes, un pilier défensif de Norwich Cit entre 1968 et 1981, a été admis dans un foyer de soins en octobre 2013. La maladie d’Alzheimer l’avait rendu méconnaissable, y compris auprès de sa propre famille. L’ancien capitaine de Tottenham, Danny Blanchflower, décédé en 1993, a connu le même sort.

»“Duncan jouait au football depuis qu’il était un petit garçon et vu qu’il évoluait au poste de défenseur central, il a toujours frappé les ballons de la tête. Et, à son époque, les ballons étaient beaucoup plus lourds qu’aujourd’hui”, a déclaré à Forbes sa femme Janet. “Une fois, il m’a dit, que dans le cadre de son entrainement, il s’était habitué à frapper un ballon de médecine, avec l’idée qu’il parvienne ensuite à frapper un ballon de football d’une manière plus puissante et l’envoyer encore plus loin”.

»Les ballons de football en cuir du siècle dernier, qui n’ont d’ailleurs été normalisés en taille que lors des années 50, étaient durs à l’impact et avaient la réputation d’être encore plus lourds lorsqu’ils étaient mouillés. Le premier ballon synthétique, sorti en 1960, a été produit avec l’utilisation de “Buckyball”. Une technique d’assemblage de panneaux hexagonaux reliés entre eux plutôt que l’ancienne couture lacée.

Les ballons de football en cuir du siècle dernier, qui n’ont d’ailleurs été normalisés en taille que lors des années 50, étaient durs à l’impact et avaient la réputation d’être encore plus lourds lorsqu’ils étaient mouillés. Le premier ballon synthétique, sorti en 1960, a été produit avec l’utilisation de “Buckyball”.

»L’ère François-Poncet

»Cela a conduit à l’élaboration du premier ballon officiel de la Coupe du Monde. Le Adidas Telstar du Mexique du 1970. Et cela a ouvert la voie au Tricolor de 1998, qui avait été fait avec une “mousse synthétique”. Et il y aussi l’ultra-lisse et le très précis Jabulani de 2010.

»Beaucoup de ses ballons modernes ont suscité la controverse. La Jabulani en Afrique du Sud a été critiqué par les joueurs et en particulier par les gardiens pour sa tendance à dévier de sa trajectoire à mi-chemin sur les longues passes ou frappes, ce qui rendait leur capture très compliquée. Le Brésilien Luis Fabiano l’a même qualifié de “surnaturel”.

»Cela a incité les concepteurs de Bazuca, le ballon officiel de la Coupe du Monde 2014, de mettre en œuvre une surface plus rugueuse et utiliser des coutures plus longues et plus profondes pour sceller l’ensemble des panneaux. Le contrôle du ballon est alors devenu plus facile. Les joueurs ont alors cessé de réclamer le retour aux ballons plus anciens.

»Malgré toutes les difficultés qu’il y a à créer un ballon synthétique avec les caractéristiques “pures” d’autrefois, le retour aux ballons de cuir est impossible. Le médecin américain Michael Lipton qui a suggéré qu’un joueur qui frappe le ballon de la tête plus de 1000 fois par an sur une période prolongée a trois fois plus de chances d’être atteint de la maladie d’Alzheimer et le risque souligné émerge comme un problème même pour les joueurs modernes.

»Greg Dyke, le président de la FA, a déjà créé une commission pour enquêter sur les blessures de la tête dans le jeu, alors que “Justice pour Jeff” a eu le mérite de sensibiliser davantage le public avec notamment ce “Astle Day” qui a lieu lors du récent match de Premier League, opposant West-Bromwich à Leicester.

»En tant que grand avant-centre, Astle aurait, tout comme Luis Fabiano, lui aussi trouvé Jabulani très frustrant. Mais, il ne fait cependant aucun doute que le développement du football a contribué à empêcher qu’une tragédie comme la sienne puisse se reproduire.»





Un innovateur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire