2015/05/01

Luc Belot: «L’avenir de notre territoire passe par les Objets Connectés»





L’avenir de notre territoire passe par les Objets Connectés



Angers Mag
Luc Belot*

FRANCE

«Contribuer au débat public et, à notre niveau, participer à l'indispensable vie des idées, c'est l'objet de [La Tribune du Lundi]. A quelques semaines de l'ouverture de la Cité de l'Objet connecté à Angers, projet privé porté par des industriels, Angers Mag a voulu savoir comment les pouvoirs publics considéraient le sujet. La parole est ainsi donnée à Luc Belot, député socialiste et convaincu de la première heure de cette “révolution”. Quel rôle pour le politique? Quels enjeux pour l'avenir? Comment encadrer cette société numérique? Elements de réponse.

»Chacun a pu constater comment les téléphones “intelligents” (smartphones) ont révolutionné les habitudes et usages de leur propriétaires. Internet, messagerie, réseaux sociaux ou professionnels disponibles en permanence bien sûr, mais aussi, géolocalisation, aide à la conduite, places de cinéma, billets électroniques de train ou d’avion...

»La deuxième vague de la révolution numérique passera par les Objets Connectés. Loin du gadget ou du phénomène de mode, ce ne sont pas moins de 50 à 80 millions d’objets connectés qui transformeront nos vies quotidiennes d’ici à 2020. Tous les domaines sont concernés: la santé et le bien-être, le logement, la mobilité, la sécurité, le divertissement et bien d’autres champs auxquels nous ne pensons même pas encore.

»L’Internet des Objets est l’occasion de renforcer nos filières industrielles, et notre territoire est pour cela bien doté.

»“La deuxième vague de la révolution numérique passera par les Objets Connectés. Loin du gadget ou du phénomène de mode, ce ne sont pas moins de 50 à 80 millions d’objets connectés qui transformeront nos vies quotidiennes d’ici à 2020”

»Moi qui ai beaucoup voyagé sur les sujets numériques ces derniers mois, je ne comprends pas le French Bashing qui devient un sport national injuste au regard de nos forces et de la place que nous occupons à travers le monde. En janvier dernier, la France était la plus grosse délégation étrangère de StartUps au salon international de l’électronique Las Vegas. La délégation Française conduite par Emmanuel Macron et Axelle Lemaire a été saluée officiellement par tous. Les autres pays ont été étonnés par l'énergie et l'enthousiasme de l'écosystème français.

»A nous de transformer l’essai.

»C’est l’objet même de la Cité de l’Objet Connecté. Issu d’un des 34 plans Nouvelle France Industrielle lancés par le gouvernement, elle vise à développer un “savoir-faire” industriel français dans ce domaine. L’ambition est de construire une base industrielle solide pour l’innovation et la production d’objets connectés en France et de leur offrir la visibilité qu’ils méritent.

»Ce lieu unique au monde, cette usine du futur, a vocation à rassembler sur un même site des bureaux partagés, des espaces de coworking, des fablabs, des outils de prototypage et des lignes de production et d’assemblage qui rassemblent toutes les compétences. L’idée est simple: offrir à chacun, quel que soit l’état d’avancement de son projet ou de son produit, la capacité de le réaliser sur un même lieu afin de favoriser l'innovation ouverte et accélérer le développement de nouveaux objets.

»“Il faudra continuer à travailler les standards et la normalisation des usages. En particulier l’utilisation, le droit d’accès et de rectification de toutes les données personnelles. Ces traces que nous laissons numériquement sont au cœur de la confiance dans la société numérique dont nous avons besoin”.

»Son implantation à Angers ne doit rien au hasard. Nous concentrons sur notre territoire tant les filières de formation que les industriels reconnus, dans les domaines indispensables que sont la mécanique, la plasturgie, l’électronique et le design. Le groupe Eolane avec son dirigeant Paul Raguin ont été déterminants dans cette valorisation.

»Ce projet est avant tout un projet industriel, porté par des industriels, et il doit le rester. C’est ainsi que nous atteindrons 500 emplois d’ici 2019, dont 400 dans la filière industrielle. Les politiques doivent continuer d’être “aux cotés”, de faciliter, d’accompagner. Cela justifie amplement la mobilisation de tous les acteurs, au-delà des sensibilités partisanes. Et je m’applique cette règle, tant avec Christophe Béchu (UMP, maire d'Angers et président d'Angers Loire Métropole) qu’avec Christophe Clergeau (PS, 1er vice-président de la région des Pays-de-la-Loire) avec qui je suis en contact chaque semaine sur ce dossier.

»Il faudra continuer à travailler les standards et la normalisation des usages. En particulier l’utilisation, le droit d’accès et de rectification de toutes les données personnelles. Ces traces que nous laissons numériquement sont au cœur de la confiance dans la société numérique dont nous avons besoin. Ce sera un des volets important de la Loi Numérique à la rentrée prochaine, et dont je m’occuperai spécifiquement.

»L’avenir de notre territoire passe par les objets connectés. Je prends ici date: je suis certain que pour le prochain CES (Consumer electronic show NDLR) à Las Vegas, parmi les “perles” des SartUps françaises, plusieurs seront issues de notre Cité de l’Objet Connecté!


»* Luc Belot, député PS du Maine-et-Loire.»





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire