2015/05/15

«L’économie circulaire, une opportunité stratégique»




Yann Drevet (l’agence gbo – Groupe GBO): Clicanoo.re



«La crise écologique actuelle et à venir impose à tous les acteurs économiques, de toute taille et tous secteurs confondus, de donner toute sa place à une réflexion stratégique sur l’économie circulaire. L’économie circulaire trouve son origine dans le concept d’économie fermée de l’économiste Kenneth E. Boulding qui comparait, dans les années 60, la Terre à un vaisseau spatial aux ressources limitées. Aujourd’hui, la Terre pourrait être une île où l’accroissement du prix des matières premières, la raréfaction des ressources naturelles, le renforcement des législations, et la pression grandissante de ses habitants rendraient l’économie circulaire politiquement nécessaire, économiquement profitable et écologiquement durable.

»En remplaçant l’économie linéaire extraire-fabriquer-consommer-jeter par la règle d’or des 3R — Réduire, Réutiliser, Recycler —, l’économie circulaire est porteuse d’opportunités de croissance, d’emplois et de nouveaux business modèles. Les acteurs économiques qui réussiront à se développer dans un contexte de crise écologique profonde seront ceux capables d’éco-concevoir leurs biens et services, c’est-à-dire capables de réduire leurs déchets en amont et limiter les impacts environnementaux durant toutes les phases du processus de production. Demain, les meilleures performances seront probablement celles des acteurs qui auront également investi dans une logistique inverse efficace, permettant de faire remonter les biens, services et informations du point de consommation vers le point d’origine. Un tel système ne se limite pas à éliminer correctement les déchets; il permet de récupérer la valeur maximale des produits après la consommation ou l’usage.


Demain, les meilleures performances seront probablement celles des acteurs qui auront également investi dans une logistique inverse efficace, permettant de faire remonter les biens, services et informations du point de consommation vers le point d’origine.

»Un secteur en pleine évolution à La Réunion

»En outre, de nouveaux business modèles très performants sont apparus dans le domaine de l’économie de fonctionnalité et le réemploi. Le remplacement de la vente de produits par la vente de services ou la location est souvent une option intéressante, même s’il ne faut pas sous-estimer les mutations qu’elle impose. Les réussites sont déjà nombreuses et bien connues dans le secteur des machines-outils, de l’automobile ou encore de l’électroménager. Le prolongement de la durée de vie des produits, la récupération des matériaux, l’économie du partage, sans oublier la révolution des Fab Makers (et leurs imprimantes 3D) sont eux aussi des secteurs en pleine expansion. Les acteurs traditionnels de l’agriculture, de l’industrie et des services ne doivent pas se sentir menacés, mais doivent anticiper, évaluer et saisir ces opportunités.

»À la Réunion, le secteur privé est en pleine ébullition. Le développement de Derichebourg dans le Sud, l’évolution de la Star (filiale réunionnaise de Sita France) vers la valorisation des déchets, l’exemple des Brasseries de Bourbon dans la récupération des chopines, de Solyval au Port dans la valorisation des pneus usagés, ou encore les innovations de STS dans la valorisation des déchets du BTP... prouvent que les stratèges tablent sur de nouveaux leviers de croissance grâce à l’économie circulaire. Certes, faire mieux avec moins n’est pas toujours facile. Pour rendre possible cette “croissance verte” si nécessaire, encore faut-il pouvoir mutualiser les moyens et les outils, trouver des partenaires au-delà des frontières des secteurs public/privé, sectorielles ou géographiques, et, surtout investir massivement dans une stratégie de changement de long terme, cohérente et ambitieuse, au niveau régional. Les actions du Syndicat de l’Importation et du Commerce de la Réunion et les diverses initiatives du monde de l’économie sociale et solidaire jouent un rôle important et les acteurs privés gagneraient à s’engager pleinement à leur côté. Dans ces conditions, La Réunion pourrait tenter de devenir le fer de lance de la révolution circulaire et développer son écosystème économique en faisant rimer, à travers ses acteurs, économie circulaire et économie insulaire.»





L’exécution de l’innovation

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire