2015/02/11

Denis Brière: Pour une culture de l’innovation pédagogique




Pour une culture de l’innovation pédagogique



U15 Regroupement des universités de recherche du Canada
Denis Brière

CANADA

«On l’a dit et répété: dans une société du savoir, le niveau de scolarité des citoyens est plus important que jamais. Quand la capacité de générer de nouvelles connaissances et de les appliquer devient un atout économique, voire un prérequis sur le marché du travail, la qualité de la formation universitaire devient un des éléments clés du progrès de la société canadienne.

»Mais dans le monde d’aujourd’hui, la qualité de la formation universitaire ne se juge plus tout à fait selon les mêmes critères qu’hier. Oui, c’est encore une formation à jour, à la fine pointe des connaissances et arrimée aux résultats de la recherche. Mais comme les connaissances ne cessent d’évoluer, c’est une formation qui sait rendre compte de cette évolution constante. Et qui est capable d’en rendre compte auprès d’une population étudiante de plus en plus mobile et hétérogène.

»C’est aussi une formation pertinente au regard des attentes de la société actuelle, qui voit son développement lié à l’inventivité et à la créativité de ses citoyens. C’est donc une formation qui prépare ses étudiants à jouer pleinement leur rôle au sein de la société en les plaçant dans une position d’acteur et de créateur de nouvelles connaissances le plus tôt possible, soit dès le premier cycle.

»C’est une formation qui n’est pas seulement proposée, mais qui est surtout attendue, car elle apporte une réponse originale à un besoin réel, actuel, et bien compris par l’université. Cela suppose un solide ancrage dans la collectivité, une bonne ouverture sur l’environnement et aussi une grande capacité d’écoute. On peut imaginer l’université comme un sismographe qui s’efforce de sentir les mouvements en cours et d’appréhender ceux à venir. Ça marche si le sismographe permet de capter et de retransmettre les mouvements perçus. Ou si les relations entre l’université et son environnement sont actives et bien nourries.

»Les défis sont nombreux. Il ne suffit donc pas de poursuivre nos activités comme nous l’avons toujours fait pour assurer la qualité de la formation universitaire. Il nous faut aussi redéployer notre génie pédagogique et développer de nouveaux outils d’apprentissage, créer de nouveaux modes de transmission des connaissances, reconfigurer les salles de classe traditionnelles, attirer des professeurs de haut calibre et prêts à redéfinir leur rôle, accroître nos interrelations avec les milieux socioéconomiques et surtout offrir à nos étudiants des conditions d’études et d’apprentissage qui favoriseront leur réussite.

»Il nous faut surtout développer et implanter au sein de nos universités une culture de l’innovation pédagogique. Et cela commence par la valorisation de l’enseignement et le recrutement de professeurs reconnus pour leurs compétences et leur dynamisme en enseignement. Ce sont eux qui sauront inspirer la relève et mobiliser la communauté autour de projets de formation pertinents et rassembleurs. Ce sont eux qui sauront entretenir les liens avec les partenaires et élaborer des pratiques pédagogiques innovatrices qui favoriseront un encadrement de qualité, la réussite scolaire et l’insertion des étudiants sur le marché du travail.

»C’est justement dans le but de valoriser l’enseignement et de développer une culture de l’innovation pédagogique à l’Université Laval que nous avons récemment créé le programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE), programme encore unique au Canada qui connaît un franc succès. Nous avons déjà créé à ce jour une vingtaine de CLE, et plusieurs autres sont en plein développement. Ceci est d’autant plus remarquable qu’une CLE est toujours créée en partenariat avec un ou plusieurs acteurs socioéconomiques qui, par leur engagement financier de nature philanthropique, assurent ainsi la formation d’une relève de pointe. Et ceux qui répondent à notre appel évoluent dans une diversité de secteurs d’activités, de la théologie à la haute technologie en passant par le droit ou les sciences de l’éducation ou le génie minier.

»Bref, la collaboration avec les milieux socioéconomiques peut devenir un puissant outil d’innovation pédagogique.»





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire