2015/12/31

«Proximité n°5 François Danel présente l'association Earthwake de Samuel LE BIHAN | Cop21»






«La websérie du Salon des Solidarités.

»Samuel Le Bihan est révolté par les dégâts des déchets plastiques en Afrique et dans les mers du sud. En cherchant une idée pour combattre ce fléau, il découvre une technologie qui permet de les revaloriser. L'idée est de retransformer ces déchets en carburant au profit des populations les plus vulnérables. Il est rapidement rejoint par François Danel, ancien Directeur général d’Action contre la Faim pour l'aider à mener à bien ce projet.

»L’ambition : donner de la valeur aux déchets plastiques pour susciter leur ramassage et ainsi contribuer au nettoyage de la Planète.

»Il s’agit d’intervenir en priorité en Afrique et en Asie dans les zones péri-urbaines et rurales.

»Une association 1901 d’intérêt général a été créée. Elle poursuit 3 objectifs:

»• Environnemental : se battre contre le fléau des déchets plastiques en leur redonnant de la valeur.

»• Social : en créant des emplois et des compléments de revenus.

»• Santé : en améliorant l’hygiène et les conditions de vie, prévenir les maladies les maladies infectieuses.


»L’équipe a fait le choix de développer un prototype de machine non pas en "high-tech" mais en « low-tech », afin de :

»• réduire les coûts pour permettre au projet d'être économiquement viable

»• renforcer la robustesse et la résistance aux climats difficiles

»• faciliter l'entretien et le transport.


»Le Salon Des Solidarités propose à chaque édition un village des innovations avec des trophées de l'innovation : http://www.salondessolidarites.org/co...

»Retrouvez dès le 1er du mois notre rendez-vous à l'anticafé pour prendre un temps convivial avec notre invité du mois.

»Abonnez-vous à la chaîne du Salon Des Solidarités : https://www.youtube.com/channel/UCuxP...

»Prochaine édition du Salon Des Solidarités les 19, 20 et 21 mai 2016.

»http://www.SalonDesSolidarites.org

»Un évènement proposé par les Collectif ASAH et HUMANIS et co-organisé avec plus de 15 structures.

»Réalisation Studio ASAH.» (Salon Des Solidarités - Humanitaire, Développement, Droit de l'homme ...)





Une innovation

2015/12/30

«Le Voyage Culinaire Innovant - Lauréat Tango 2012»






«Pour ce projet de borne murale interactive, l’entreprise Thailong a pu concrétiser son idée de « voyage culinaire innovant » et la mener à bien avec l’aide de l’agence ScandalGroup, spécialiste du média interactif. Cette borne murale propose un contenu enrichi et évolutif que le client peut consulter en fonction de ses achats et des informations qu’il recherche : impressions de recettes, composition des produits achetés, etc.» (ACCROp>



Un innovateur

2015/12/29

«Smart cities: l’innovation au cœur de l’action publique? – Introduction»






«Ouverture de la journée d'étude par Brigitte Taittinger-Jouyet, directrice de la stratégie et du développement de Sciences Po, et Pierre-Marie Lehucher, président-directeur général de Berger-Levrault.

»Introduction par Jean-Bernard Auby, directeur de la Chaire MADP de Sciences Po, et Christophe Pouthier, directeur éditorial de Berger-Levrault.» (La cité des smartcities)





Administration Publique et innovation

2015/12/28

Newsletter L&I, n.º 84 (2015-12-28)




n.º 84 (2015-12-28)


Administração Pública e inovação | Administración Pública e innovación |
Administration Publique et innovation | Public Administration and innovation

Um inovador | Un innovador | Un innovateur | An innovator

Uma inovação | Una innovación | Une innovation | An innovation

A execução da inovaçao | La ejecución de la innovación | L’exécution de l’innovation |
The innovation execution



Index


Liderar Inovando (BR)

«Em Discussão - Ciência, Tecnologia e Inovação» [web 1/3] [web 2/3] [web 3/3] [intro]
«O uso da tecnologia na educação é bom ou ruim?» [web] [intro]
«Direito, Inovação Tecnológica e o desafio das novas tecnologias | BioTecJus» [web] [intro]
«Inovação na Educação: Como a tecnologia tem impactado a educação no Brasil» [web] [intro]

Liderar Inovando (PT)

«Navegando em Portugal no mar azul da inovação | Rodrigo Adão da Fonseca» [web] [intro]
«Inovação em Portugal | "Produzimos conhecimento mas não o transformamos em bens transacionáveis"» [web 1/2 (resumo)] [web 2/2 (vídeo completo)] [intro]
«A escola sem paredes - Amorim Lima | Ana Elisa de Siqueira» [web] [intro]
«INOCOP - Inovação e Melhoria da Performance do Cluster Automóvel» [web] [intro]

Liderar Innovando (ES)

«Gestión de la innovación sanitaria no tecnológica» [web] [intro]
«Ecuador, decidido a romper dependencia tecnológica con otros países» [web] [intro]
«Activanet - Una red social para innovadores y emprendedores tecnológicos» [web] [intro]
«Innovación social y sanidad | Ponencia de Elena Urdaneta en el #Foro2ISJOVESOLIDES ESPAÑA» [web] [intro]

Mener avec Innovation (FR)

«Conférence ASIT et l'innovation non technologique» [web] [intro]
«NBIC Le grand gouroux du transhumanisme» [web] [intro]
«L'innovation technologique n'existe pas» [web] [intro]
«L'innovation technologique peut-elle contribuer à une pêche durable?» [web] [intro]

Leadership and Innovation (EN)

«Educational Innovation through Collaboration | Jason Pasatta» [web] [intro]
«The Alibaba Effect: #FICOD15 opening - Porter Erisman, worldwide e-commerce specialist» [web] [intro]
«Harnessing innovative technology to open access to law and justice | Gerald Abila» [web] [intro]
«White House Energy Summit Panel: Role of Foundations in Clean Energy Innovation» [web] [intro]

Licencia Creative Commons Licencia Creative Commons
Atribución-NoComercial 4.0 Internacional








2015/12/26

«L'innovation technologique peut-elle contribuer à une pêche durable?»






«Pascal LARNAUD, technologiste des pêches au laboratoire de technologie et de biologie halieutiques, chef de la station Ifremer de Lorient, commence par définir la notion de pêche durable. Il aborde ensuite à la fois des vraies innovations mettant en jeu des concepts nouveaux ou des améliorations techniques, et celles qui n'en sont pas vraiment mais qui ont le mérite de remettre au goût du jour des techniques existantes, non pratiquées ou oubliées. Les exemples présentés concernent à la fois la sélectivité des chaluts, les engins de pêche autres que le chalut, les économies de carburant et la limitation des impacts sur les fonds.

»Puis Thomas RIMAUD, chargé de missions à l'AGLIA (Association du Grand Littoral Atlantique) présente le programme REDRESS mené en partenariat avec France Filière Pêche pour préparer l'échéance « zéro rejet » de la nouvelle politique commune de la pêche. Visant à améliorer la sélectivité en mer Celtique et dans le golfe de Gascogne, le projet a démarré début janvier par un recensement des activités de pêche avec les professionnels.

»Parvenir à une pêche durable est bien l'affaire de tous les acteurs : pêcheurs, organisations de producteurs, scientifiques, équipementiers, ... et consommateurs» (Maison de la Mer)





L’exécution de l’innovation

2015/12/24

«L'innovation technologique n'existe pas»






«L'innovation doit être sociale avant d'être technologique. Comment regarder les nouvelles technologies sous un angle utile, social, humain et engagé ? Un aperçu du paysage technologique contemporain sous le regard d'un designer. Presented by Geoffrey DORNE.» (GDG France)





Une innovation

2015/12/23

«NBIC Le grand gouroux du transhumanisme»






«La sortie en France du film Transcendance devait permettre d'ouvrir un débat un peu moribond par chez nous, la question (et le terme pose déjà pas mal de problèmes) du transhumanisme. Alors naturellement, la daube qu'est le film ne permet pas grand chose, hormis de poser le constat suivant : y'a encore du boulot pour dire quelque chose d'intelligent sur cette question difficile.

»Le transhumanisme, c'est ce courant de pensée (né dans les années 50, qui prend de l'ampleur dans les années 90 et qui aujourd'hui, parce qu'il y a pas mal de blé qui circule) commence à se structurer) qui vise à améliorer l'humain en utilisant la technologie (pour faire court). Donc, on y trouve la théorie de la singularité (reprise dans le film), la convergence des technologies NBIC (Nanotech, Biotech, Informatique et sciences Cognitives), le post-humain, les interfaces hommes-machines, l'intelligence artificielle, la conscience numérique, bref un joyeux bordel.

»Transcendance imagine un futur proche dans lequel le monde une fameuse "singularité". Ce terme, fondamental pour les transhumanistes (au point d'avoir créer une université de la singularité sur une site de NASA et financée en grande partie par les blaireaux de Google), a été piqué aux mathématiques (et non pas à la physique comme certains le pensent, la physique l'ayant piqué aux maths) et représente un point où un truc chelou arrive (en maths, un point où l'objet mathématique n'est pas défini), un point où cela peut grave partir en couilles. Dans le film, ce point est atteint le jour où une équipe de chercheurs arrive à télécharger dans un ordinateur la... quoi au fait ? la conscience, l'âme, la mémoire ? bref l'intérieur du cerveau d'un prof super intelligent et fan de singularités. Et hop, l'homme-machine devient incontrôlable, tout-puissant, sans coeur et quasiment impossible à arrêter. Sauf que, nous avions trop vite oublier... l'amour, ce fameux sentiment qu'une machine ne peut comprendre et qui va la perdre. Digne d'un scénario des années 50, le film patauge allègrement dans une ambiguïté bien pensante ("Ouais, mais en même temps, quand tu peux sauver la Terre entière, qu'est-ce que tu fais hein ?") et piétine joyeusement les quelques questions relativement compliquées que l'on va bientôt se prendre en pleine face.

»Car, hormis les quelques illuminés de cette nouvelle secte qu'est le transhumanisme (et je pense notamment aux fondateurs de Google qui viennent d'embaucher le grand gourou du transhumanisme, Raymond Kurzweil), la question de la convergence des technologies NBIC (objets d'un rapport remis récemment à Obama) est plutôt carrément importante. Et comme le note un intervenant du passablement mauvais documentaire diffusé sur Arte il y a 4 ans (Un monde sans humains ?, que l'on trouve facilement sur Youtube), la pensée est aujourd'hui carrément en retard sur les avancées technologiques et scientifiques (et ce n'est le philosophe Pierre Dardot, trop axé sur la proximité néfaste du transhumanisme et du néolibéralisme à mon goût). Et ce n'est pas Bruno Latour, Dominique Lecourt ou Michel Serres (et son effroyable "petite poucette") qui vont nous sauver sur ce coup-là. Il existe bien quelques débuts de réflexions comme celle de Lev Manovich (Le langage des nouveaux médias ou Les logiciels prennent les commandes sont deux super bouquins), mais, le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est mou du genou. Tout ce que je peux lire (et si quelqu'un a un truc intéressant, je suis preneur) consiste à rapporter les évolutions technologiques, à s'en réjouir ou à s'en offusquer, sans aucune pensée critique (au sens kantien par exemple, histoire de me la péter un brin).

»Lorsque l'on parle de singularités, ne faudrait-il pas aller jeter un oeil vers le théorie des catastrophes de René Thom (la seule véritable théorie globale des singularités, si puissante que l'on en a pas encore fait le tour) ? Ne faudrait-il pas réfléchir à l'émergence (ou non) d'une nouvelle ontologie (peut-être retourner voir la pensée de Badiou de la mathématique en tant qu'ontologie, car derrière les fameuses NBIC se cachent pas mal de mathématiques) ? Moi, je ne suis pas assez intelligent pour penser cette fameuse singularité, pour savoir si elle est un gros fantasme (ou un gros business) des tenants du transhumanisme (dont Raël hein, le type des Eholim, c'est pas rien !), pour appréhender le monde qui est en train de se mettre en place. Mais j'espère sincèrement que certains vont prendre à bras le corps ces questions importantes et que tout le monde ne va pas continuer à pioncer peinard alors que cette hypothétique singularité émerge tout aussi peinarde.» (Phoenix Anonymous Anti Censure)





Un innovateur

2015/12/22

«Conférence ASIT et l'innovation non technologique»






«Conférence ASIT (ASIT: Advanced Systematic Inventive Thinking = réflexion inventive systématique avancée) et l'innovation non technologique.

»Exemple d'innovations sociales/sociétales et leur analyse par le filtre de la méthode de créativité ASIT.

»http://www.ASIT.info.» (SolidCreativity)





Administration Publique et innovation

2015/12/21

Newsletter L&I, n.º 83 (2015-12-21)




n.º 83 (2015-12-21)


Administração Pública e inovação | Administración Pública e innovación |
Administration Publique et innovation | Public Administration and innovation

Um inovador | Un innovador | Un innovateur | An innovator

Uma inovação | Una innovación | Une innovation | An innovation

A execução da inovaçao | La ejecución de la innovación | L’exécution de l’innovation |
The innovation execution



Index


Liderar Inovando (BR)

«Empreendedorismo + Tecnologia + Inovação Social: Um giro pelo mundo» [web] [intro]
«Transformação social através do design de interação - H.D. Mabuse» [web] [intro]
«Tecnologia Social - Brasilianas.org debate o papel da transformação social» [web] [intro]
«Transformação social com a robótica: Henrique Foresti» [web] [intro]

Liderar Inovando (PT)

«Transformação Social e Igualdade de Gênero: O Poder da Educação | Gina Vieira» [web] [intro]
«UAL aposta em projecto inovador» [web] [intro]
«Os desafios globais da Educação Universitária e o papel da Inovação e do Empreendedorismo!» [web] [intro]
«Outro Feminismo ou Pós-Feminismo» [web] [intro]

Liderar Innovando (ES)

«Novagob2015 Sesión Técnicas y tecnologías para transformar la administración» [web 1/3] [web 2/3] [web 3/3] [intro]
«“Grandes Innovadores Latinoamericanos”. Oppenheimer Presenta. #1436» [web] [intro]
«La forma en que Steve Jobs cambió el mundo» [web] [intro]
«La innovación es la respuesta» [web] [intro]

Mener avec Innovation (FR)

«Transformation d'une entreprise publique, X. Quérat-Hément» [web] [intro]
«Innovation, intelligence économique et industrie pharmaceutique - Fabienne Berthet» [web] [intro]
«Les Matins de France Culture - Innovation ou partage des richesses: quelle gouvernance économique pour la France?» [web] [intro]
«Tristan Nitot - "Le logiciel libre et le web au service du changement social"» [web] [intro]

Leadership and Innovation (EN)

«Design Thinking, Social Change and Governance Revolution in India feat. Vivek Srinivasan» [web] [intro]
«Future Day - John Smart Interview» [web] [intro]
«Clayton Christensen on disruptive innovation - Clarendon Lectures» [web] [intro]
«Smart society & Collaborative city. CC 2 - Social innovation» [web] [intro]

Licencia Creative Commons Licencia Creative Commons
Atribución-NoComercial 4.0 Internacional








2015/12/18

«Tristan Nitot - "Le logiciel libre et le web au service du changement social"»






«Intervention de Tristan Nitot, Principal Evangelist de Mozilla et Founder de Mozilla Europe, lors de la soirée d'ouverture de la Social Good Week 2013, le 9 Décembre à la Gaité Lyrique, Paris.

»Retrouvez toutes les vidéos de la Social Good Week sur:

»http://www.socialgoodweek.com/videos» (HelloAsso)





L’exécution de l’innovation

2015/12/16

«Innovation, intelligence économique et industrie pharmaceutique - Fabienne Berthet»






«L’innovation en santé reste un enjeu public majeur. Celle-ci est principalement développée en industrie pharmaceutique. La R&D pharmaceutique est une activité à risque puisqu’elle nécessite de lourds investissements en capitaux et en temps.

»L’investissement moyen nécessaire pour mettre sur le marché un nouveau produit est évalué aujourd’hui autour de 1,4 milliard de dollars. Développer un médicament peut prendre une dizaine d’années et le retour sur investissement de ce développement prend jusqu’à 15 ans.On est donc sur des modèles long terme.

»Les activités de veille scientifique et médicale ont historiquement été très présentes en industrie pharmaceutique, que ce soit en support des activités réglementées ou de l’innovation interne.

»Le déclin de la productivité de la R&D en industrie pharmaceutique depuis les années 2000 a généré beaucoup de réflexion sur les modèles d’innovation permettant un meilleur retour sur investissement. Cela a notamment conduit à une plus forte externalisation de l’innovation, par l’acquisition de molécules prometteuses découvertes dans des start-up, des sociétés biotechnologies ou des organismes de recherche. L’acquisition de la propriété intellectuelle de molécules découvertes à l’extérieur d’un grand laboratoire pharmaceutique va lui générer plus de la moitié de ses revenus futurs.

»On comprend alors que les activités d’intelligence économique ont une contribution majeure également pour les activités d’innovation externe, de business development et de gestion des partenariats.

»En même temps, avec l’avènement d’Internet et une volonté de transparence toujours plus forte des instances de santé, les pratiques de la veille et de l’intelligence économique ont été bouleversées. L’accès à l’information spécialisée, même si il reste inégal, s’est considérablement démocratisé. La transition numérique des éditeurs scientifiques entamée il y a déjà plus de 15 ans a accéléré ce phénomène. Les professionnels de l’information ont vu leur nombre diminuer de manière drastique ces dix dernières années au sein des entreprises pharmaceutiques au profit de nouveaux profils d’analystes et de gestionnaires transverses pour organiser ces flux d’information internes et externes.

»La démarche collaborative s’impose dès lors comme une évidence . Si elle est plus spontanée dans les milieux de la R&D, elle nécessite un fort accompagnement des travailleurs du savoir ou « knowledge workers » pour être efficace et aboutir à une démarche d’intelligence collective.

»Ces diverses transformations qui s’entrechoquent ont eu pour effet une dilution du rôle des spécialistes de l’information. Ceux qui ont su s’adapter ne peuvent-ils pas néanmoins être de formidables ambassadeurs des nouvelles pratiques managériales collaboratives et de la transformation digitale? Ne devrait-on pas les regarder comme de véritables artisans du changement et de l’innovation?» (ActuEntreprise)





Un innovateur

2015/12/15

«Transformation d'une entreprise publique,
X. Quérat-Hément»






«Transformation d'une entreprise publique, X. Quérat-Hément, La Poste - Matins Innovation -10/10/12.

»http://www.essec.fr | Matins de l'Innovation ESSEC-ISIS, 10 octobre 2012 : Esprit de service, esprit de performance - CNIT, La Défense.

»La première intervention "Esprit de service : la transformation d'une entreprise publique" était présentée par Xavier Quérat-Hément, Directeur de la Qualité du Groupe La Poste.

»Les Matins de l'innovation invitent des intervenants issus du monde de l'entreprise ou académiques à partager leurs expériences sur un sujet autour de l'innovation dans l'économie des services.» (ESSEC Business School)





Administration Publique et innovation

2015/12/14

Newsletter L&I, n.º 81-82 (2015-12-14)





Administração Pública e inovação | Administración Pública e innovación |
Administration Publique et innovation | Public Administration and innovation

Um inovador | Un innovador | Un innovateur | An innovator

Uma inovação | Una innovación | Une innovation | An innovation

A execução da inovaçao | La ejecución de la innovación | L’exécution de l’innovation |
The innovation execution



Liderar Inovando (BR)

«Inovação para Transformação» [web] [intro]
«O servidor e a administração pública no Estado contemporâneo» [web] [intro]
«Reformas habitacionais e transformação social: Fernando Assad» [web] [intro]
«Comunicação Como Ferramenta para a Transformação Social | Nádia Rebouças» [web] [intro]

Liderar Inovando (PT)

«O Portugal Democrático» [web] [intro]
«Robótica e Inovação Social - Entrevista com Prof. Pedro Lima» [web] [intro]
«Raízes - Programa de Inovação Social da Fundação Dom Cabral» [web] [intro]
«Economia Social em Portugal» [web] [intro]

Liderar Innovando (ES)

«Innovación y gestión del cambio en nuestras Administraciones Públicas» [web] [intro]
«Directivos 2.0 innovación y productividad social para tiempos de cambio. Alfonso Alcántara» [web] [intro]
«Emprendizaje en equipo, eje del cambio social: Iñigo Blanco» [web] [intro]
«La Biblioteca como espacio de innovación y aprendizaje colaborativo - Chris Coward» [web] [intro]

Mener avec Innovation (FR)

«Santé, mortalité, vieillissement, enjeux actuels: une table-ronde de l'Ined» [web] [intro]
«L'entrepreneur, principal agent de changement social: Patrick Chassagne» [web] [intro]
«Frédéric Mazzella (Blabla Car): "L'innovation doit favoriser le changement social"» [web] [intro]
«L'image comme moteur de changement social | Charlotte Marchesseault» [web] [intro]

Leadership and Innovation (EN)

«Brenton Caffin - The empathic state» [web] [intro]
«Do Social Innovators Produce Social Change?» [web] [intro]
«Social change at scale -- that's innovation!: Jim Fruchterman» [web] [intro]
«Kanika Gupta - Taking your Ideas into Action» [web] [intro]

Licencia Creative Commons Licencia Creative Commons
Atribución-NoComercial 4.0 Internacional








2015/12/11

«L'image comme moteur de changement social | Charlotte Marchesseault»






«L'image comme moteur de changement social | Charlotte Marchesseault | TEDxHECMontreal

»This talk was given at a local TEDx event, produced independently of the TED Conferences. L'image comme moteur de changement social.

»Charlotte Marchessaeault was born in Montréal in 1986. After studying International Relations and Political Science at l’Université de Montréal, she finished a Masters degree in Administration of International Affairs at HEC Montréal. She carried out her final project in Brazil, studying the development of artisanal cooperatives in developing countries. She produced the documentary “Mulhares com coragem,” which won an award at the United Nations International Year of Cooperatives Short Film Festival in 2012. Fascinated by the discovery of new cultures, and armed only with her camera, she travels all continents. Convinced that photography and filming can have a social impact, she tries to share her experiences through all possible means.

»About TEDx, x = independently organized event In the spirit of ideas worth spreading, TEDx is a program of local, self-organized events that bring people together to share a TED-like experience. At a TEDx event, TEDTalks video and live speakers combine to spark deep discussion and connection in a small group. These local, self-organized events are branded TEDx, where x = independently organized TED event. The TED Conference provides general guidance for the TEDx program, but individual TEDx events are self-organized.* (*Subject to certain rules and regulations).» (TEDx Talks - TEDxHECMontreal)





L’exécution de l’innovation

2015/12/10

«Frédéric Mazzella (Blabla Car): "L'innovation doit favoriser le changement social"»






«Diplômé de Normale Sup et de Standford, Frédéric Mazzella est une grosse tête. Ce vendéen de moins de 40 ans a travaillé à la Nasa avant de fonder en 2004 le site covoiturage.fr devenu aujourd'hui Blablacar. Frédéric Mazzella surfe sur la tendance de la "consommation collaborative.» (L'appart #27 - 01netTV )





Une innovation

2015/12/09

«L'entrepreneur, principal agent de changement social: Patrick Chassagne»






«L'entrepreneur, principal agent de changement social: Patrick Chassagne at TEDxIssylesMoulineaux.

»L'innovation est un moteur puissant de l'évolution de nos sociétés... quand elle se diffuse dans les usages!

»Au cœur de ce transfert réussi de l'innovation dans nos vies, un business-model transgressif et durable est-il la clé?

»Y aurait-il un mindset particulier, un type de personnalité qui parvient mieux que d'autres à élaborer et conduire ces business models?


»Quelques mots sur Patrick Chassagne

»Patrick est un entrepreneur, fondateur ou repreneur de plusieurs entreprises depuis le début de sa carrière. En 1996, il a co-fondé Melcion, Chassagne & Cie.

»Composée aujourd'hui de 4 associés, cette équipe de senior advisers accompagne près de 300 entrepreneurs dans leurs questionnements stratégiques, financiers et actionnariaux.

»Dans une première partie de carrière, Patrick était Directeur Associé pour la France d'une banque d'affaires anglaise, spécialisée dans les transactions transfrontalières (UK, Allemagne, Suisse et France) supérieures à 150 M€.

»Au cours des vingt dernières années, Patrick a personnellement conseillé plus d'une centaine d'entreprises de 5 M€ à 11 Md€ de chiffre d'affaires, dans des situations de fort enjeu économique et humain.

»Patrick est par ailleurs administrateur de plusieurs PME et sociétés innovantes, dont l'une est cotée sur Euronext Paris. Il dirige également la holding familiale.

»Patrick consacre son temps libre à son épouse et à ses deux enfants, ainsi qu'à l'enseignement du Tai Chi dont il est pratiquant depuis 25 ans.

»Patrick est diplômé de l'Institut des PME (WELLER), Paris, France (1989); du California Institute of International Business, S.F., CA , USA (1987) et a suivi à Stanford, l'Executive Program for Growing Companies, CA, USA (2002).

»C'est un ardent défenseur de son auvergne natale.


»In the spirit of ideas worth spreading, TEDx is a program of local, self-organized events that bring people together to share a TED-like experience. At a TEDx event, TEDTalks video and live speakers combine to spark deep discussion and connection in a small group. These local, self-organized events are branded TEDx, where x = independently organized TED event. The TED Conference provides general guidance for the TEDx program, but individual TEDx events are self-organized.* (*Subject to certain rules and regulations)» (TEDx Talks )





Un innovateur

2015/12/08

«Santé, mortalité, vieillissement, enjeux actuels: une table-ronde de l'Ined»






«En France, près d’un habitant sur cinq est aujourd’hui âgé de 65 ans ou plus, soit environ 11,6 millions de personnes, dont plus de la moitié ont atteint ou dépassé les 75 ans. Pour apprécier les changements aux âges élevés l’espérance de vie en bonne santé devient une donnée clé. Hommes et femmes sont inégaux face à la maladie et à la mort mais l’inégalité est aussi sociale. Dans quelle mesure vieillit-on différemment au Nord et au Sud? Quelles sont les principales maladies auxquelles ont à faire face pays développés et pays en développement? Par ailleurs, comment les transformations en cours et prévisibles de l’environnement risquent-elles d’affecter la santé?

»Le 22 septembre 2015, l'Ined célébrait ses 70 ans lors d'une journée-débats.

»Dans cette table-ronde animée par le journaliste Thierry Guerrier, participent: Jean-Claude Ameisen (Comité consultatif national d’éthique), Géraldine Duthé (Ined), Agnès Lefranc (Invs), Jean-Marie Robine (Inserm / Ined / EPHE).

»D'autres ressources et informations sur le site des 70 ans:
http://70-ans.site.ined.fr/fr/

»Réalisation: Odile Gras

»Avec le soutien de Population Europe et de la Commission Européenne.» (Institut national d'études démographiques (Ined))





Administration Publique et innovation

2015/11/30

Newsletter L&I, n.º 80 (2015-11-30)





Administração Pública e inovação | Administración Pública e innovación |
Administration Publique et innovation | Public Administration and innovation

Um inovador | Un innovador | Un innovateur | An innovator

Uma inovação | Una innovación | Une innovation | An innovation

A execução da inovaçao | La ejecución de la innovación | L’exécution de l’innovation |
The innovation execution



Liderar Inovando (BR)

«Inovação e setor público: um ator em busca de um papel» [web] [intro]
«Na liderança, presidente do Einstein exalta medicina de valor» [web] [intro]
«Brasil compra inovação russa para proteção de empresas contra ataques cibernéticos» [web] [intro]
«6 descobertas surpreendentes sobre a geração Z no trabalho» [web] [intro]

Liderar Inovando (PT)

Filomeno dos Santos, presidente do Fundo Soberano de Angola: «Angola já passou por períodos difíceis, conseguiu ultrapassar e acreditamos no futuro» [web] [intro]
«Costa vai pôr economistas a estudar o que pode prometer nas eleições de 2015» [web] [intro]
«Guiné-Bissau conhece experiência de governação eletrónica de Cabo Verde» [web] [intro]
«A era dos Aceleradores – o coração dos ecossistemas de empreendedorismo» [web] [intro]

Liderar Innovando (ES)

«Los procesos de privatización sanitaria tienen que ser revisados uno por uno» [web] [intro]
«La Argentina después del cepo» [web] [intro]
«Lecciones de la innovación disruptiva» [web] [intro]
«Recursividad paisa es sinónimo de innovación frugal» [web] [intro]

Mener avec Innovation (FR)

«Brasil Ozônio: Quand le soutien de l’État propulse une entreprise» [web] [intro]
«Une vraie réforme de l'ENA: sa fermeture» [web] [intro]
«Pourquoi l'ENA reste indispensable» [web] [intro]
«Faire de l’argent avec la misère des autres» [web] [intro]

Leadership and Innovation (EN)

Vasundhara Raje, Chief Minister of Rajasthan: «Job creation is the new normal for Indian politics» [web] [intro]
«Bernie Sanders’s New Deal Socialism» [web] [intro]
«Political heavyweights are exiting DC to find a new home in Silicon Valley» [web] [intro]
«How to change the world with $10» [web] [intro]

Licencia Creative Commons Licencia Creative Commons
Atribución-NoComercial 4.0 Internacional








2015/11/27

«Faire de l’argent avec la misère des autres»




Eve-Lyne Couturier. Le Journal de Montréal



«Philippe Couillard annonçait récemment qu’il envisageait de mettre en place des obligations à impact social pour financer certains programmes ou initiatives. Qu’est-ce que c’est et devons-nous nous en réjouir? Réponse rapide : il s’agit de donner une logique (encore plus) comptable au filet social, et c’est plus qu’inquiétant quand on pense au genre de société qu’on veut créer.

»Jouer avec les concepts de ses adversaires comporte de nombreux risques. Si on peut espérer changer le sens des termes à notre avantage ou forcer nos opposants à admettre que, même selon leurs propres conceptions, notre vision du monde l’emporte sur la leur, il y a de fortes chances que l’on se fasse récupérer, qu’on doive défendre nos idées avec leurs valeurs et qu’on finisse par croire aux prémisses qu’on acceptait au départ comme compromis pour accéder à un terrain de discussion.

»Et c’est un peu ce qui se passe avec les obligations à impact social. Alors que le gouvernement joue de compression en compression en se justifiant d’un équilibre budgétaire qui se traduirait ensuite en paiement de la dette puis en baisse d’impôts, plusieurs à gauche (dont nous) se sont fait un devoir de déconstruire la fausse équivalence entre “public” et “inefficace” ainsi qu’entre “privé” et “rentable”. Pourquoi investir en santé, en éducation, dans l’aide de dernier recours, etc.? Oui, parce que c’est ce qui est juste, parce que tout le monde à le droit à la santé, au savoir et à vivre des moments difficiles sans sacrifier sa dignité. Mais aussi parce que, à moyen et à long terme, c’est rentable. Alors, évangélistes de la croissance, réduisez les inégalités et vous investirez dans les profits. Ainsi, le gouvernement peut garder ses objectifs d’une société basée sur la croissance économique, et la population obtiendra les services dont elle a besoin. Tout le monde y gagne.

»Le capitalisme est résilient. Le néolibéralisme aussi. Flairant l’occasion de faire de l’argent tout en dissolvant un peu plus le lien social (en prime sous un confortable couvert altruiste), on se retrouve avec les obligations à impact social. Voici comment ça fonctionne.

Le capitalisme est résilient. Le néolibéralisme aussi. Flairant l’occasion de faire de l’argent tout en dissolvant un peu plus le lien social (en prime sous un confortable couvert altruiste), on se retrouve avec les obligations à impact social. Voici comment ça fonctionne.

»Le gouvernement demande aux acteurs privés d’investir spécifiquement dans un projet. Si celui-ci atteint ses objectifs dans les temps prescrits, alors l’État rembourse et paie des intérêts aux investisseurs. Sinon, l’argent est remboursé seulement en partie ou pas du tout. Le risque est ainsi assumé entièrement par le projet lui-même et ses investisseurs, le gouvernement ne dépensant que s’il y a succès tangible et mesurable. Il ne s’agit pas de philanthropie ou de charité. L’objectif est bel et bien d’avoir un retour sur investissement, de voir son argent fructifier.

»En acceptant une telle logique, on en vient à avoir une vision comptable des programmes sociaux. Tout doit être compté, classifié, évalué. La réalité est bien plus complexe. Le succès d’un groupe communautaire d’alphabétisation par exemple, est-ce qu’on le mesure aux mots lus à la minute? Au nombre de mots compris? Au taux d’activité des personnes qui sont passées par le programme? Comment comptabilise-t-on la réduction de l’isolement? L’augmentation de l’estime de soi? Et si l’objectif est, par exemple, le raccrochage scolaire, acceptera-t-on une mère monoparentale de quatre enfants vivant avec un retard cognitif? Ce serait un choix potentiellement peu “rentable”.

»Est-ce une logique avec laquelle on est confortable quand on parle d’aide aux personnes dans le besoin? Et quand viendra le temps d’essayer quelque chose de vraiment innovateur, de mettre en application une nouvelle méthode avec un taux de succès inconnu, qui sera prêt à le financer? À l’État, les risques, et au privé, les profits? Et pour tout le monde, plus de rapports, de contrôles, d’évaluations et de devoirs de résultats quantitatifs selon des barèmes décidés à l’externe...

»Les obligations à impact social sont relativement nouvelles dans le paysage de l’investissement. Les premières ont été mises en place en 2010 en Grande-Bretagne, un pays qui a également triplé ses droits de scolarité en 2012 et ouvert son système de santé à une privatisation de plus en plus rampante. Bref, il s’agit d’une innovation provenant d’un État où la responsabilité collective des services sociaux est en train de s’effriter.

»Bien qu’il soit encore trop tôt pour avoir une évaluation finale des projets qui ont bénéficié de ce type de financement, les premiers bilans provisoires montrent des échecs quant à l’atteinte des objectifs. Aux États-Unis, les tentatives n’ont pas non plus connu les succès espérés. En Ontario, on ne vient que de dévoiler les projets retenus, aucun résultat n’existe encore.

»Qu’à cela ne tienne. Le simple fait de retirer à l’État certaines responsabilités quant à l’investissement dans les programmes sociaux séduit nos gouvernements. Mieux encore, on transforme “aider les autres” en “faire des profits”. On est loin d’un projet collectif de solidarité et de justice sociale...»





L’exécution de l’innovation

2015/11/26

«Pourquoi l'ENA reste indispensable»




Nathalie Loiseau, directrice de l'ENA. La Tribune



«Jugements hâtifs

»Monsieur Venard évoque en effet de façon péremptoire une école qu'il ne connait pas mais qu'il critique sur la base de données erronées et de jugements hâtifs. Quelques exemples:

»- L'auteur méconnait les réformes entreprises depuis trois ans à l'ENA et reproduit au présent des critiques qui n'ont plus lieu d'être. Il affirme ainsi, en s'appuyant sur un ancien rapport de jury, que le recrutement des élèves de l'école se ferait sans aucune consigne sur les compétences et les qualités attendues des futurs serviteurs de l'État. Or depuis trois ans, les jurys s'appuient au contraire sur un référentiel de compétences qui comporte quatre grands domaines (éthique, compétences liées à l'action, à la relation, à l'intelligence des situations) et qui sont décrites notamment dans le rapport du jury des concours 2013. Le rapport étant accessible sur le site internet de l'ENA, il est dommage que Monsieur Venard ne s'y soit pas référé.

»- L'auteur, pourtant professeur de management, a une lecture très personnelle du budget de l'ENA. Il déduit en effet du budget global de l'école (42 M€ en 2014) ce qu'il pense être le coût unitaire d'un élève (265 000€ par an, en effet un record!). Ce faisant il omet les missions exercées par l'ENA au-delà de la formation initiale des hauts fonctionnaires français, qui sont nombreuses: rémunération des stagiaires des cycles préparatoires, missions de coopération internationale, formations de cadres et d'élèves français et étrangers aux questions européennes et préparation aux concours européens, formation continue de hauts fonctionnaires français et étrangers...L'ENA ne se résume pas à deux promotions annuelles d'élèves hauts-fonctionnaires.


»Éviter la sélection par l'argent

»S'agissant de ces derniers, outre le fait qu'à la différence des universités, l'école supporte intégralement le coût de ses concours d'entrée, on notera également qu'elle rémunère ses élèves, contre leur engagement à servir deux ans dans la Fonction publique d'Etat, mais aussi qu'elle les envoie en stage une année durant, partout à travers le territoire ainsi qu'à l'étranger. Si Monsieur Venard souhaite connaitre le coût annuel d'un élève de l'ENA, il lui suffit de se référer à la loi de finances qui le mentionne. Il est d'environ 80 000 euros. A la différence des écoles de commerce par exemple, ni l'inscription au concours, ni la scolarité, ni les stages ne sont payants pour les élèves, ce qui évite toute sélection par l'argent.


»Des différences sensibles avec les universités américaines

»C'est aussi l'un des points qui différencie l'ENA d'une université comme Harvard et sa célèbre Kennedy School of Government, où les droits d'inscription pour une seule année universitaire atteignent 49 000 dollars. On ajoutera en outre que l'ENA et les universités américaines peuvent difficilement se comparer en termes de formation à l'administration publique, puisque le système des dépouilles américain repose sur le renouvellement de toute la haute administration à chaque changement de majorité, là où la France a fait le choix d'une haute fonction publique spécifiquement formée aux métiers qu'elle est appelée à exercer et tenue à un devoir de neutralité.


On ajoutera en outre que l'ENA et les universités américaines peuvent difficilement se comparer en termes de formation à l'administration publique, puisque le système des dépouilles américain repose sur le renouvellement de toute la haute administration à chaque changement de majorité, là où la France a fait le choix d'une haute fonction publique spécifiquement formée aux métiers qu'elle est appelée à exercer et tenue à un devoir de neutralité.

»L'absence de cors enseignant?

»Monsieur Venard s'émeut par ailleurs de l'absence de corps enseignant permanent à l'ENA et en tire la conclusion que l'école serait inférieure aux établissements d'enseignement supérieur que lui-même fréquente. Ce faisant, il méconnait deux réalités:

»- La première s'appuie sur le profil des élèves de l'ENA: tous rejoignent l'école après un minimum de 5 ans d'études supérieures, parfois beaucoup plus. Ils ont donc bénéficié des enseignements les plus stimulants. Leurs connaissances et leurs capacités à apprendre ne font aucun doute et sont testées au moment du concours d'entrée.

»- L'ENA est une école d'application où des praticiens en prise avec le réel et le terrain viennent partager avec les élèves leur savoir-faire, leur expérience et leur réflexion.

»Contrairement aux établissements dotés d'un corps professoral permanent, l'école peut à tout moment choisir les enseignants les plus à jour, les plus adaptés aux besoins et les plus ouverts à l'innovation. Et contrairement aux universités, qui y sont résolument hostiles, les intervenants sont tous évalués par les élèves, ce qui permet à l'école d'assurer en permanence l'excellence de son vivier d'enseignants. Il n'y a de ce fait aucune situation de rente pour celui ou celle qui enseigne à l'ENA...

»S'agissant de la démocratisation de l'entrée à l'ENA, je partage le constat d'une représentativité insuffisante de la société française. Mais est-ce l'apanage de la seule ENA, si l'on constate que seuls 23% des jeunes d'une même classe d'âge obtiennent une licence et que le vivier de candidats dans lequel nous puisons (bac + 5) n'est déjà lui-même que très peu représentatif de la diversité sociale? Si notre système éducatif a pris la forme d'un entonnoir, n'est-ce pas en amont qu'il faut concentrer nos efforts plutôt que de s'étonner hypocritement de la sélection sociale et culturelle qu'il produit? C'est d'ailleurs la conclusion à laquelle Monsieur Venard aboutit lui-même.


»Le modèle français salué

»C'est sur la base de ces constats erronés, de ces informations incomplètes que l'auteur conclut à la nécessité de fermer l'ENA, au moment même où, partout à travers le monde, la question de la qualité du recrutement et de la formation des hauts fonctionnaires fait débat et où le modèle français est salué comme l'un des plus convaincants.

»Mais sans doute aurait-il fallu s'intéresser au sujet autrement que de manière superficielle et à l'emporte pièces pour en avoir la plus petite idée.»





Une innovation