2014/01/07

«Serge Kergoat: “Pour réussir, la curiosité est essentielle”»



«Référence mondiale de la crêpière professionnelle, Krampouz affiche une belle santé. Renommée, l’entreprise finistérienne aurait pu être tentée de vivre sur son produit phare, créé en 1949. “Surtout pas”, réagit son président Serge Kergoat, à la tête de l’entreprise depuis 2006. Krampouz innove, imagine de nouveaux produits, conquiert de nouveaux marchés. Ancrée dans son territoire, bâtie sur des valeurs qu’elle entretient, l’entreprise cultive une curiosité qui, selon son président, est une des sources de son succès.


»Paré à Innover: Votre crêpière est toujours une référence mondiale pour les professionnels; vous auriez pu vous contenter de ce leadership...

»Serge Kergoat: Si Krampouz se porte bien malgré la crise, c’est justement parce que nous ne nous sommes pas reposés sur nos lauriers. Aucune entreprise ne peut faire ça aujourd’hui. On doit bouger en permanence: il faut réfléchir à de nouveaux produits, de nouveaux marchés, de nouveaux territoires. Pour réussir, la curiosité est essentielle, tout comme la volonté. Nous avons sans cesse les yeux et les oreilles ouverts pour ne rien laisser passer de ce qui se passe non seulement autour de nous, mais dans le monde entier. On bouge, on voyage pour observer et comprendre les modes de consommation, déceler les nouveaux usages, les besoins, anticiper les attentes de nos clients. Notre politique d’innovation découle de cette curiosité. C’est une volonté forte de notre part, presque une philosophie. C’est à l’écoute de nos distributeurs qu’on a compris qu’il nous fallait proposer une gamme élargie: les planchas, les gaufriers, les grils créent un effet de gamme qui ouvre de nouveaux marchés. Notre Contact Grill (pour le snack, les panini...) s’adresse à la terre entière!


»PAI: Vous observez ce qui se passe... et ensuite?

»S.K.: Nous avons une démarche très structurée, rien n’est laissé au hasard. Les idées “captées” sont traitées en interne, par notre bureau d’étude puis nos équipes projet. Il y a 5 ou 6 ans, nous ne pouvions gérer qu’un projet à la fois. Aujourd’hui, nous pouvons en mener plusieurs de front. Nous avons un plan de développement à 3 ans: notre stratégie de développement de nouveaux produits n’est pas figée, et peut être remise en cause en permanence. La sortie d’un produit peut être annulée si le marché, les matériaux, les besoins des consommateurs changent. Innover, c’est aussi avoir cette capacité d’adaptation, d’ouverture d’esprit, de remise en cause qui implique des discussions et du consensus en interne. Cela exige une grande rigueur et énormément de boulot, mais c’est payant. Et c’est excellent pour les relations au sein de l’entreprise.


»PAI: L’ancrage en Bretagne, le développement durable, la fabrication française, les fournisseurs de proximité, c’est important?

»S.K.: Pour les clients, c’est un plus. Ils sont avant tout sensibles à la qualité, la fiabilité, le confort de nos produits. Pour la société, c’est primordial. Krampouz est membre de Produit en Bretagne depuis 2012. Aller chercher des pièces à 10 km de chez nous, c’est mieux que les faire venir de Chine, et ça nous rassure sur nos approvisionnements. Il faut bien sûr qu’on s’y retrouve économiquement.


»PAI : Vous vous développez énormément à l’international...

»S.K.: Nous réalisons aujourd’hui 33% de notre CA à l’export, et sommes présents, à travers nos distributeurs dans plus de 140 pays sur les 5 continents. Krampouz exporte depuis les années 60, l’international n’est pas une nouveauté pour nous. Nous pouvons aussi compter sur des partenaires pour nous épauler, comme Bretagne Commerce International: la structure est un levier pour nos démarches. Lorsque nous nous posions des questions sur l’opportunité d’aborder le marché russe, elle a su nous accompagner. Nous avons également bien travaillé ensemble au Mexique: BCI nous a proposé d’embaucher à plusieurs un VIE (Volontaire International à l’Étranger) pour démarcher de nouveaux distributeurs. Cette formule nous a séduits.»



Paré à Innover, n.º 56, décembre 2013, PDF.
Website de la newsletter: http://www.bretagne-innovation.tm.fr/Pare-a-innover







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire