2013/12/03

«Montebourg: l’innovation doit réconcilier “les Français avec le risque”»



«Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a affirmé lundi que la politique d’innovation du gouvernement doit “réconcilier les Français avec le risque”, à l’occasion du lancement du Concours mondial de l’innovation par le président François Hollande.


»“Dans ce monde qui n’aime pas le risque, la France a fait le choix du risque et de l’innovation et c’est avec les innovateurs du monde entier que la France va participer à la préparation d’un changement de société”, a affirmé le ministre lors du lancement du concours au CentQuatre, à Paris, en présence de M. Hollande, de Geneviève Fioraso (Enseignement supérieur, Recherche) et Fleur Pellerin (PME, innovation).

»“L’objectif de notre politique d’innovation est de réconcilier les Français avec le risque”, a souligné M. Montebourg. “Nous pouvons par le langage politique dire aux Français que ce qu’ils ont dans la tête, le désir d’entreprendre et de prendre des risques, appartient à l’esprit de notre nation”, a-t-il assuré.

»M. Montebourg a rappelé une longue liste d’inventions réalisées en France, de la calculatrice au cinéma. “Ce sont des Français qui depuis la France ont changé le monde”, a-t-il dit.

»Selon lui, le Concours mondial d’innovation “permettra à la France depuis la France de reprendre ce récit extraordinaire qui a été interrompu”.

»Ce concours, préparé par la commission “Innovation 2030” présidée par Anne Lauvergeon, est destiné à attirer en France des projets technologiques innovants et favoriser le développement d’entreprises dans les domaines de la transition écologique et énergétique, des sciences du vivant et de la santé ainsi que des nouvelles technologies numériques.

»Pour promouvoir ce concours, le chef de l’Etat a visité lundi matin l’entreprise Mauna Kea, à Paris, qui a mis au point le plus petit microscope flexible du monde, le Cellvizio, utilisé dans le domaine de l’imagerie médicale.»


L’Entreprise, L’Express





«Un philosophe (Michel Serres), une spationaute (Claudie Haigneré), des physiciens (Mathias Fink et Jean-Claude Lehman), des économistes (Philippe Aghion, Jean Pisani-Ferry), des entrepreneurs (François Bourdoncle, Didier Lombard), et même un journaliste (Jean-Louis Caffier). Les vingt membres de la commission Innovation 2030, présidée par l’ex-patronne d’Areva, Anne Lauvergeon, installée vendredi à l’Élysée par François Hollande, forment un groupe délibérément éclectique et pluraliste. Leur mission: dénicher et soutenir des entreprises porteuses “d’innovation de rupture” qui se développeront en France d’ici à 2030.»

Le Figaro










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire