2013/12/04

«Compte-rendu de la Table Ronde : Open Innovation: espoir ou désillusion ?»



«ideXlab, spécialisée dans l’Open Innovation a organisé une table ronde avec la participation de Jean-Luc Beylat, Président du Pôle Systematic et Directeur des Bell-Labs France, co-auteur du rapport sur l’innovation commandé par le gouvernement ; Bernard Scherrer, - Directeur Innovation d’EDF ; Christian Travier, Directeur Laval Mayenne Technopôle, leader de projets Européens promouvant l’Open Innovation auprès des PMEs et Jean-Louis Liévin, Fondateur d’ideXlab et ancien Directeur de la Recherche et l’Innovation chez British Telecom, autour du sujet : Open Innovation - espoir ou désillusion ?

»L’Innovation est l’une des priorités affichées par les politiques en France et en Europe. De nombreux rapports et événements récents ont souligné son importance pour la croissance, la compétitivité et l’emploi : Le rapport Beylat-Tambourin remis au gouvernement en Avril 2013; le rapport La Nouvelle France Industrielle, identifiant les 34 programmes d’innovation prioritaires en Septembre ; Un principe et 7 ambitions pour la France, conclusions remises par la commission Innovation 2030 présidée par Anne Lauvergeon en octobre.

»L’objectif de cette table ronde était de partager les analyses de spécialistes concernant l’Open Innovation : une opportunité pour le tissu économique ou une désillusion liée à l’adhérence de la société ou des entreprises.


»Quelle est la définition de l’Open Innovation ?

»Pour Jean-Luc Beylat, l’Open Innovation ne s’arrête pas à la R&D, mais va jusqu’à la mise sur le marché. La meilleure illustration est l’avènement des logiciels libres et du Cloud Computing. Bernard Scherrer reprend une image : « La recherche transforme les euros en connaissance, l’innovation transforme les connaissances en euros. ». Pour Christian Travier, l’Open Innovation est une méthode qui permet de chercher de la connaissance chez des clients, des experts, des étudiants, etc. Jean-Louis Liévin ajoute que l’Open Innovation repose sur des nouveaux outils qui tirent parti de nouvelles technologies et données et permettent d’innover plus efficacement et plus rapidement.


»Des cas d’Open Innovation exemplaires

»Laval Mayenne Technopole a cité un exemple de programme en partenariat avec l’école des Arts et Métiers. Les entreprises ont présenté leurs sociétés à des étudiants, qui ont eu 10 jours pour proposer à ces entreprises une innovation. Un outil marketing de Réalité Virtuelle, permettant de présenter son activité a séduit un Mouliste, qui l’utilise maintenant sur tous les salons internationaux où il est présent.

»L’axe de travail d’EDF est de détecter et comprendre ce que font les start-up. Via cette démarche, ils travaillent par exemple actuellement sur un projet de GPS pour voitures électriques, qui prend en considération le vent et le relief.

»ideXlab utilise l’Open Innovation depuis ses débuts: son logo, dessiné par une personne en Indonésie, ou sa technologie Sémantique développée en Slovénie. Plusieurs exemples utilisant sa plateforme ont été donnés : Une société cherche un système de freinage très particulier pour décélérer des véhicules lourds. La plateforme d’ideXlab permet d’identifier des experts dans plusieurs pays (US, France, Japon, Canada, Allemagne) ayant travaillé sur des solutions possibles. Ils concluent avec une PME utilisant la technique des courants de Foucault pour des engins de fêtes foraines. Améliorer des matériaux résistant à des très hautes tensions: le client s’inspire de ce qui se fait à des échelles microscopiques, dans les semi-conducteurs. Besoin de simuler des mouvements de foule: des experts en hydrodynamique paramètrent leur modèles pour simuler une foule au lieu de simuler un fluide.


»Perception globale de l’Open Innovation : évolution, mutation, révolution, désillusion ?

»Pour Jean-Luc Beylat, il y a un fort appétit et une compréhension en France autour de ce sujet, mais beaucoup de freins persistent : propriété intellectuelle, mauvaise appréhension. L’Open Innovation permet pourtant d’aller beaucoup plus vite, ce qui apporte un avantage concurrentiel. Pour Bernard Scherrer, il y a désillusion si on croit que c’est facile. Il faut de la patience et de la persévérance. Christian Travier ajoute que le discours doit être adapté, les PME ne parlent pas le même langage. A Laval, une boutique Neoshop a été ouverte où une trentaine de start-ups mayennaises exposent leurs produits : test, mise en œuvre et vente. Jean-Louis Liévin insiste sur : « Trop d’information, tue l’information. ». Les gens doivent être aidés pour naviguer dans ce flot de connaissances. Le volume d’information est considérable et peut entrainer des opportunités manquées, en cas de non utilisation d’outil de filtrage. Plus de 5 millions d’experts sont détectés par la plateforme ideXlab, les entreprises doivent être aidées et accompagnée pour faciliter la mise en relation.

»Pour conclure, l’Open Innovation sera bénéfique à la création d’emplois. Mais les compétences des salariés doivent être adaptées, d’autant qu’il n’est plus possible de rester à un même poste toute une vie sans évoluer. Des outils doivent être donnés très tôt aux jeunes pour anticiper cette mutation. Enfin, si l’Open Innovation est déjà très répandue aux Etats-Unis, c’est plus à la véritable culture d’entreprenariat présente aux US qu’il faut l’attribuer. Avec l’essor des besoins technologiques, l’Open Innovation va continuer à se développer en France via la 3ème révolution industrielle.


»A propos d’ideXlab

»ideXlab est une société d’intermédiation entièrement dédiée à l’innovation ouverte ideXlab. Créée en 2011 par 4 associés, ideXlab est actuellement hébergée par Paris Incubateurs. Elle propose ses services en Europe et s’appuie sur une communauté d’experts mondiale. La plateforme met en relation les entreprises avec une communauté globale d’experts découverts « en temps réel », via un moteur de recherche dédié, en fonction du problème exprimé. Ses clients sont aujourd’hui de grands groupes industriels mais ideXlab élargit progressivement sa cible à des acteurs de l’innovation de toutes tailles (start-ups, PMEs, Laboratoires, Universités, Agences spécialisées, etc.). Les outils d’ideXlab s’intègrent de façon transparente dans les processus, organisations et cultures de leurs clients, afin de leurs garantir un retour rapide sur investissement.»



The Financial Year







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire